Publié par Jean-Patrick Grumberg le 3 décembre 2020

Nevada : le collège électoral des grands électeurs pour Trump a intenté un procès contre les grands électeurs présidentiels pour l’ancien vice-président Joe Biden.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Le procès – Jesse Law v. Judith Whitmer (1) – sera entendu aujourd’hui, le 3 décembre 2020, à 13h15 heure locale. 15 dépositions de témoins pour chaque partie au procès ont été autorisées.

Baselice and Associates, qui a réalisé un audit pour la campagne Trump au Nevada, a téléphoné aux électeurs identifiés sur chaque bulletin de vote par correspondance. Le résultat a révélé que 2 % des bulletins ont été déposés par une personne autre que celle identifiée sur le bulletin, et 1 % ont été exprimés au nom d’électeurs qui disent ne pas avoir voté du tout à cette élection.

L’équipe juridique a présenté ces résultats le 2 décembre, au cours duquel les avocats ont présenté les grandes lignes du procès qui se tient à Carson City, dans le Nevada.

  • Le juge avait précédemment ordonné que l’équipe Trump soit autorisée à inspecter les machines électorales. Mais l’équipe juridique a déclaré que les fonctionnaires du comté de Clark les en ont empêchés malgré la décision du tribunal.

« Les machines n’étaient pas utilisables, et nous n’avons pas été en mesure de déterminer l’exactitude et l’intégrité du processus électoral sur la base de cette inspection », a déclaré l’équipe lors d’un point de presse.

« Nous avons droit à une inspection légale des ordinateurs conformément à la décision du juge. On nous a empêchés de le faire. Il s’agissait d’une élection numérique et nous n’avons pas eu droit à une inspection numérique.

L' »inspection » d’aujourd’hui était comme essayer de déterminer si une voiture avait des freins défectueux sans regarder sous la voiture » et sans la conduire.

L’idée maîtresse de la contestation de l’élection porte sur des bulletins de vote qui, selon l’équipe de Trump, ont été déposés illégalement. Cela inclut 130 000 bulletins de vote du comté de Clark dont les signatures ont été vérifiées uniquement par une machine Agilis qui, selon les plaignants, n’a pas fonctionné correctement.

Le traitement des bulletins de vote par les machines Agilis qui ont été utilisés dans tout l’État est mis en cause.

« La fiabilité des machines de vérification des signatures pour analyser les votes par correspondance n’a pas été établie par des études et des tests scientifiques à un degré qui justifie leur utilisation lors d’élections », a déclaré la campagne dans son procès.

Il y a également des allégations selon lesquelles des observateurs se sont vus refuser l’accès au processus de duplication des bulletins de vote [la duplication consiste à recopier un bulletin de vote mal écrit que le scanner ne pourrait pas lire, sur un bulletin vierge, et doit être faite devant un observateur de chaque parti, sous peine d’être rejetée] et l’utilisation de « programmes de sensibilisation » destinés aux natifs qui auraient entraîné l’achat de votes.

Selon la campagne, au moins 40 000 votes ont été touchés, bien que ce chiffre puisse être plus élevé.

Un chercheur de données travaillant pour les plaignants a identifié 100 000 votes supplémentaires potentiellement illégaux, dont 20 000 électeurs hors de l’État, 8 000 bulletins de vote provenant d’adresses inexistantes et 15 000 bulletins de vote provenant d’électeurs inscrits à des adresses commerciales et de propriétés inoccupées.

33,396 votes séparent Trump de Biden.

Pourquoi ce procès est important

L’audience du 3 décembre est la première fois que l’équipe juridique de Trump présente des preuves devant un juge dans le cadre d’un procès électoral.

Trois autres procès électoraux sont en cours dans le Nevada. Ils sont intentés par des candidats Républicains. Deux de ces candidats contestent l’utilisation des machines à voter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://cdn.donaldjtrump.com/public-files/press_assets/nov-17-doc-2.pdf

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

13
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz