Publié par Bernard Martoia le 6 décembre 2020

Le drame de la France est l’absence de révolte du grand troupeau malmené par des bergers maléfiques.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Lettre à monsieur le député de la deuxième circonscription des Basses Alpes.

Je porte à votre connaissance, monsieur le député, une hécatombe qui est train de se produire à l’asile des vieillards de Jausiers. Dans le jargon pédant qui est celui de la novlangue en vigueur, cela s’appelle pudiquement un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. (Ehpad).

Comme un asile de vieillards est l’antichambre de la mort, un sujet tabou dans une France déchristianisée qui ne croit plus en Dieu, des élus progressistes ont eu l’idée sournoise de masquer cette triste vérité au peuple français avec l’acronyme Ehpad. Les journalistes répètent, à longueur de journée, des acronymes sans connaître vraiment leur signification.

Je ne suis ni médecin ni spécialiste des maladies infectieuses pour juger de la dangerosité ou de l’inefficacité de la molécule hydroxychloroquine qui est refusée par l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

Je ne suis qu’un modeste observateur international avec une quarantaine d’années au service de la diplomatie française. J’ai pris ma retraite à Jausiers qui marque mon retour dans les Basses Alpes de ma jeunesse. C’est le nom du département imprimé entre parenthèses au-dessous de la mairie de Manosque sur l’extrait portant le numéro 46 dans le registre des actes de naissance de l’année 1955 établi par l’officier d’état-civil.

Nul n’était offusqué par nos basses montagnes dont le point culminant est l’aiguille de Chambeyron à 3411 mètres d’altitude, soit 7 mètres de plus que le pic d’Aneto, le plus haut sommet de la chaîne des Pyrénées.

Nul n’était blessé d’être traité de ‘bas-alpin.’ Les écoliers connaissaient par cœur la géographie des Basses Alpes et de la France.

A présent, le ministère de l’éducation nationale qui a succédé à celui de l’instruction civique ne leur apprend plus rien. Il leur inculque de sombres revendications contre le capitalisme, la colonisation, l’esclavage, le racisme, la théorie du genre, le réchauffement anthropique de la planète ou la féminisation grotesque des noms de profession avec une écriture inclusive qui nuit à la compréhension des mots.

Néanmoins, cette administration sinistrée est sous la coupe de puissants syndicats d’obédience marxiste. Elle délivre le baccalauréat à nombre d’illettrés. Certains élèves ont ainsi plus de 20/20 de moyenne pour l’ensemble des épreuves à ce diplôme qui a perdu toute valeur de reconnaissance du travail accompli. Comprenne qui voudra cet illogisme mathématique ! Flatter la crasse ignorance des gens fait partie du mouvement dissident de la république en marche que vous avez lancé au sein du parti socialiste, votre matrice irréductible. Au royaume des aveugles, les borgnes seront toujours rois.

Ainsi donc, mes douces Basses Alpes ont été remplacées en 1970 par les Alpes de Haute Provence par des élus complexés qui voulaient péter plus haut que leur cul ! Pardonnez-moi, monsieur le député, cette saillie odorifique à laquelle mon cerveau n’a su résister.

‘Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde,’ disait Albert Camus.

Enfin, je porte à votre attention, monsieur le député, que je n’entretiens aucun conflit d’intérêt avec un laboratoire français ou étranger. Je m’exprime librement sur un sujet douloureux pour le peuple manipulé et martyrisé qui ne dispose plus d’une chaîne d’information digne de ce nom.

Toutefois, la propagande de votre gouvernement n’arrive pas à la cheville de celle du grand maître Joseph Goebbels. Dans le gouvernement du parti socialiste national des travailleurs allemands, Goebbels détenait le portefeuille du ministère de l’éducation du peuple et de la propagande.

Certes, il y a beaucoup de ratés dans sa communication mais Macron a atomisé l’opposition. Il pourra toujours raconter n’importe quoi aux Français.
Que vous soyez d’accord ou non avec nos idées, cela n’a plus d’importance.
Voyez ce qui arrive à ces ploucs en Amérique qui ont voulu résister à notre rouleau compresseur de la mondialisation. Les journalistes à notre solde ne diront pas un mot sur les multiples fraudes électorales que nous avons orchestrées pour virer Donald Trump de la Maison Blanche
.

Cette confidence fictive prêtée au grand Satan, George S., montre qu’une organisation mondiale sournoise de ploutocrates a mis en place votre poulain à l’Elysée après le coup d’État magistral du parquet national financier pour écarter le grand favori de l’élection présidentielle, François F.

Venons-en au sujet de cette lettre après ces prolégomènes indispensables par les temps qui courent.

Vous n’êtes pas sans savoir, monsieur le député, que cette hécatombe a été rapportée par deux journaux locaux. La Provence (1) a tiré la sonnette d’alarme en faisant mention de quatre décès dans cet asile. Puis Le Dauphiné Libéré (2) a fait état de trois nouveaux décès dans un communiqué du directeur de l’asile.

Dernière minute, en ce samedi 5 décembre marqué par de fortes chutes de neige, alors que j’écris ces quelques lignes, une dame vient de m’annoncer la mort de son oncle, survenue ce matin, et celle de son père, dans l’après-midi, dans ce même asile. Comme elle souhaite qu’une messe soit célébrée pour son père, je me suis empressé de transmettre sa requête au curé et au diacre qui ne chôment pas. On enterre à la chaîne malgré la neige et la bise. Cela porte à neuf le nombre de morts dans cet asile.

Reprenons le fil d’Ariane après cette pénible parenthèse car je connaissais les deux victimes qui étaient des voisins.

Vous n’êtes pas sans ignorer, monsieur le député, que l’utilisation de l’hydroxychloroquine, préconisée par le professeur Didier Raoult dès le début de la maladie pour faire baisser la charge virale, a été interdite par le gouvernement auquel vous avez appartenu.

Cet éminent professeur est classé numéro un mondial des maladies infectieuses par le site anglophone expertscape. (3) Nul n’est prophète en son pays, dit un proverbe.

Pour comprendre la haine que lui voue la nomenklatura parisienne, une citation d’Albert Einstein donne la clé : « Les grands esprits ont toujours rencontré une opposition farouche des esprits médiocres. »

Soigne-t-on les vieillards de l’asile de Jausiers avec du paracétamol comme le préconise l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ? (4) Si c’est le cas, l’hécatombe va se poursuivre.

Petit calcul cynique à Bercy, c’est autant d’économies réalisées pour notre système de retraite par répartition qui est une pyramide de Ponzi. N’en déplaise aux énarques qui régentent ce pays depuis 1974, le seul système viable est la retraite par capitalisation. (5)

Le gouvernement français a interdit l’hydroxychloroquine en alléguant à la fois sa dangerosité et sa non-efficacité

Environ deux milliards d’Africains et d’Asiatiques ont pris cette molécule depuis 1955 pour se prémunir du paludisme. Pourquoi cette vieille molécule serait-elle dangereuse à présent ? Y répondre, c’est poser la question à qui profite son interdiction.

Dans un courrier du 21 octobre 2020, le directeur de l’ANSM, Dominique Martin, a retoqué la demande du professeur Raoult en se basant sur des études internationales. (6)

On sait de quoi il en retourne avec l’étude bidonnée qui a été publiée par le journal médical britannique The Lancet (7) Fondée en 1823 par le chirurgien Thomas Wakley, la réputation de cette prestigieuse revue va pâtir de ce scandale commis par quatre pieds nickelés. Qu’importe ! La fin justifie les moyens.

Une enquête d’Interpol dont le siège est à Lyon devrait être diligentée pour connaître le commanditaire de cette étude bidonnée. Elle n’a eu d’autre but que de salir la réputation de notre éminent spécialiste qui est louangé par des sénateurs républicains à Washington.

Un faisceau d’indices montre que des forces du mal agissent dans les coulisses pour interdire le traitement avec l’hydroxychloroquine et imposer, à sa place, la vaccination

La fondation de Bill et Melinda Gates a donné 531 millions de dollars à l’organisation mondiale de la santé en 2019. Cela représente 12% de son budget. (8) Après avoir bâti une fortune colossale avec son entreprise Microsoft (118 milliards de dollars de fortune personnelle en 2020), le maléfique philanthrope s’intéresse à d’autres virus que ceux de l’informatique.

Les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. Évangile de Saint Luc 16, 1_8.

Comme le souligne, avec justesse, le documentaire Hold Up (9), l’organisation mondiale de la santé devrait s’appeler l’organisation  mondiale de la maladie.

A la fin de ce documentaire passionnant, Miguel Barthéléry, docteur en médecine moléculaire, explique qu’il a abandonné ses recherches à l’université d’Harvard quand il a compris que la santé est une incrémentation complexe de simplicités qui s’imbriquent comme des images fractales.

Des gens pourraient-ils se maintenir en bonne santé uniquement par une saine hygiène de vie ? N’y pensez plus ! Ce serait une calamité pour les grands laboratoires pharmaceutiques qui ont infiltré l’agence européenne des médicaments et l’OMS.

Les Africains sont plus chanceux que les Européens ou les Américains car ils peuvent encore se soigner avec l’hydroxychloroquine. La boîte de 30 comprimés de Plaquénil de Sanofi a été commercialisée en 2004 pour la modique somme de 5.19 €.

Nous comprenons d’autant mieux l’inquiétude de votre gouvernement inféodé à des puissances occultes qui redoute ce documentaire sulfureux. L’anathème, théorie du complot, a été lancé par les idiots utiles dans les médias pour le disqualifier.

Comme on nous l’a expliqué, maintes fois, il faudrait se prémunir des virus informatiques en souscrivant une protection annuelle d’un logiciel antivirus.

Dans le même registre, le gouvernement distille la peur au peuple en exagérant la menace du coronavirus (bâton) et en prônant la vaccination (carotte) Il applique fidèlement l’adage de Sir Winston Churchill : ‘ Il ne faut jamais gaspiller une bonne crise.’

Jusqu’à preuve du contraire, l’espérance de vie ne diminuera pas en 2020. La grippe de Hong Kong  a tué 31.000 Français durant l’hiver 1968-1969.

Cette pandémie ne fit aucune vague dans les journaux ou sur la chaîne de télévision ORTF  (Office de radiodiffusion-télévision-française) Nous avions la chance d’avoir pour Premier Ministre Georges Pompidou. Il avait remis à sa place son directeur de cabinet, l’énarque Jacques Chirac.

Mais arrêtez donc d’emmerder les Français ! Il y a trop de lois, trop de textes, trop de règlements dans ce pays ! On en crève ! Laissez-les vivre un peu et vous verrez que tout ira mieux ! Foutez-leur la paix ! Il faut libérer ce pays !

Sa phrase fut prononcée en 1966 quand les prélèvements obligatoires ne représentaient qu’un tiers du produit intérieur brut. Que dirait Pompidou de la situation actuelle ? La France est un enfer fiscal qui alimente inexorablement la fuite des capitaux.

La vaccination sera rendue obligatoire de facto. Dans un futur proche, nul ne pourra prendre un avion sans avoir un passeport de santé indiquant une date valide de vaccination.

Nos libertés se rétrécissent comme une peau de chagrin au profit d’un gouvernement mondial de ploutocrates dont le siège est à Davos en Suisse.

Veuillez agréer, monsieur le député, l’assurance de ma parfaite considération.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Bernard Martoia pour Dreuz.info.

Sources

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

31
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz