Publié par Christian Larnet le 10 décembre 2020

« Chacun de nous a le droit de suivre ce que notre conscience nous dicte et les exigences de notre conviction religieuse. » Président Donald J. Trump.

Le président Donald Trump a juré de protéger la fête de Noël, affirmant que « certaines personnes » veulent changer le nom de la fête et qu’une « guerre de Noël » a été engagée. Les progressistes ne le lui ont jamais pardonné. Maintenant, ils jurent de se venger. Au centuple.

Lorsqu’en septembre 2019, le président Trump a accueilli « l’Appel mondial pour la protection de la liberté religieuse » à la Maison-Blanche, ce n’était pas destiné principalement à protéger l’islam, « l’autre », mais à balayer devant notre porte ; pour protéger la liberté religieuse la plus attaquée de toutes ; la seule qui soit attaquée par les médias ; la plus ignorée par les progressistes du monde, le trio Macron, Trudeau, Merkel, que le faible et fourbe Biden risque de rejoindre : la chrétienté.

1 Mr et Mme Hunt, un couple de Saint Antoine, une ville du Minnesota a reçu une lettre anonyme critiquant les lumières de Noël sur leur maison comme étant « nuisible ». « Nous devons faire un travail d’éducation sur l’impact néfaste qu’un étalage tourné vers l’extérieur comme le vôtre peut avoir », dit l’auteur anonyme.

La lettre commence ainsi :

« Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer vos guirlandes de Noël. En ces temps sans précédent, nous avons tous connu des difficultés que les mots ordinaires ne décrivent pas. L’idée de lumières scintillantes et colorées nous rappelle les divisions qui continuent à sévir dans notre société, les préjugés systémiques contre nos voisins qui ne fêtent pas Noël ou qui ne peuvent pas se permettre d’installer leurs propres lumières ».

Le détestable auteur poursuit :

« Je vous mets au défi de respecter la dignité de tous, tout en vous efforçant de tirer les leçons des différences, des idées et des opinions de nos voisins ». Nous devons nous rassembler collectivement et remettre en question ces inégalités institutionnelles. Saint Antoine est une communauté accueillante pour tous, et nous devons exiger mieux pour nous-mêmes ».

Notez-bien l’intolérance extrême : « Saint Antoine est une communauté accueillante pour tous » – mais pas pour les chrétiens qui respectent leurs traditions et leurs convictions : eux doivent disparaître – dans un climat d’accueil pour tous, bien entendu.

Mme Hunt a ajouté sur Fox News que trois autres maisons de la région ont reçu la même lettre.

Sur Twitter, de rares réactions en défense ont été écrites :

  • « Il est ironique que l’auteur de la lettre fasse exactement ce qu’il accuse le propriétaire de la maison de faire – ne pas accepter les autres ».
  • « Si j’habitais dans ce quartier, j’aiderais le propriétaire à installer encore plus de lumières. »
  • « Si j’étais le destinataire de cette lettre, j’installerais TROIS FOIS la quantité de lumières que j’avais installée à l’origine ».

2 Un père Noël Woke a fait pleurer un petit garçon, Michael DeCarlo. Le cruel père Noël d’un centre commercial de Norridge, dans l’Illinois, a dit à l’enfant en pleurs qu’il refusait de mettre sous son sapin de Noël un « pistolet Nerf », ou « n’importe quelle arme à feu. »

« Non, je… non. Pas d’armes », lui dit le Père Noël. « Pas même un pistolet Nerf. Si ton père veut te l’apporter, c’est bien, mais je ne peux pas te l’apporter. Qu’est-ce que tu veux d’autre ? »

Le garçon a fondu en larmes.

« Mon pauvre bébé. C’était la première année que Michael était excité d’aller voir le Père Noël. C’était censé être magique, mais au lieu de cela, j’ai dû regarder mon petit garçon pleurer parce que le Père Noël lui a dit non en raison de ses croyances personnelles », a écrit la mère du garçon sur son post sur Facebook.

« J’ai dû réfléchir vite et lui expliquer que ce Père Noël n’était qu’un assistant et non le vrai. Je voulais juste consoler mon bébé et le sortir de ce mauvais moment. Si j’avais réagi auprès du Père Noël, cela n’aurait fait qu’empirer les choses », a-t-elle ajouté.

L’aventure de Michael a brisé des cœurs sur Internet, lorsque sa mère Sabella a partagé la vidéo le montrant en train de pleurer.

La vidéo a provoqué – vous vous en doutez – une furieuse controverse sur les médias sociaux. Good Karma est passé par là, et l’ignoble Père Noël en question a démissionné de son poste. Puis le centre commercial a réparé le drame en envoyant un Père Noël bien plus joyeux chez Michael, avec un énorme pistolet Nerf qu’il lui a livré en mains propres.

Hélas, cela ne fait que commencer. Parce que les gens sont passifs.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

21
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz