Publié par Magali Marc le 10 décembre 2020

On peut se demander, avec Andrea Widburg, quelle mouche a piqué le juge Sullivan qui a finalement accepté de lâcher sa proie. Tandis que l’Affaire Flynn était classée par le DOJ et que le Président l’a gracié le 25 novembre, le juge Sullivan ne semblait pas pressé de mettre fin à ce procès corrompu. M’est avis que le bon juge a senti le vent tourner ce mardi 8 décembre (tandis que les enquêtes et poursuites pour fraude électorale vont bon train) et, contrairement aux médias de masse, a cessé de croire à la victoire de Joe Biden. Sans une présidence Biden et un DOJ démocrate, impossible de continuer à faire subir à M. Flynn le supplice d’un faux procès pour mensonge, pour trahison, enfin pour tout ce qui lui tombait sous la main.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, le 9 décembre.

*****************************

Emmet Sullivan a finalement classé l’Affaire Michael Flynn

Le FBI a monté un dossier contre le Lieutenant général Michael Flynn, et le Ministère de la Justice l’a poursuivi. M. Flynn, qui a été ruiné, a vu ses enfants menacés de poursuites et a été défendu par un cabinet d’avocats compromis qui lui a donné de mauvais conseils, avait accepté un accord de plaidoyer exigeant qu’il reconnaisse sa culpabilité.

Puis est arrivée Me Sidney Powell, qui est partie en croisade pour faire triompher la vérité. Elle a forcé le gouvernement à révéler des documents démontrant l’innocence de M. Flynn, et le DOJ a dû accepter de classer l’affaire.

Le juge Emmet Sullivan, moralement corrompu, a refusé de classer l’affaire, s’engageant dans une série d’efforts afin d’éviter ses responsabilités légales.
Le Président Trump ayant gracié M. Flynn, le juge Sullivan a finalement, à contrecœur, fait son devoir, mais de la manière la plus méchante, la plus disgracieuse et la plus mesquine imaginable.

Comme je pense l’avoir clairement fait savoir lors de ma collaboration à ce sujet pour American Thinker, je n’ai que du dédain pour les juges qui se conduisent comme des partisans politiques. Ce sont des gens dont la fidélité n’est pas envers la Constitution ou la loi comme il se devrait. C’est plutôt leurs valeurs politiques de gauche qui déterminent leurs décisions. Ils décident des affaires en fonction de la place qu’occupent les parties dans la hiérarchie politique de gauche, puis ils réadaptent un semblant de lois pour créer un simulacre de décision juridique valable.

Ce ne sont pas des gens stupides ; ce sont des gens moralement corrompus, sans éthique, qui espèrent que vous êtes soit idiot, soit intimidé (comme vous devriez probablement l’être) par le pouvoir qu’ils exercent.

Bien que le juge Sullivan ait fait de son mieux pour garder en vie le procès contre le Général Flynn, ce qui signifiait ignorer à la fois la Constitution et tous les précédents juridiques déterminants, lorsque M. Trump a gracié M. Flynn, l’affaire était terminée. Néanmoins, le juge Sullivan a pris son temps. Certains se sont demandé si M. Sullivan espérait que, s’il parvenait à garder en vie le procès contre M. Flynn dans la salle d’audience jusqu’à la présidence de Biden, le Ministère de la justice du nouveau président pourrait porter des accusations qui feraient en sorte que M. Flynn demeure prisonnier de la toile juridique.

D’autres ont supposé que M. Sullivan essayait simplement de faire durer l’agonie ce qui, bien entendu, contribuait à l’augmentation des frais d’avocat de M. Flynn. (Le fait que M. Flynn ait été financièrement démoli n’est qu’une des punitions que l’État profond inflige à ceux qui se mettent en travers de son chemin.) Il s’avère que ce qui a pris tant de temps au juge Sullivan, c’est son besoin narcissique et compulsif d’écrire une décision de 43 pages disant qu’il croit toujours que M. Flynn est coupable – peu importe que les documents publiés par le FBI et le DOJ aient démontré que M. Flynn était innocent de toutes les charges et que le FBI le savait.

Le Général Flynn est enfin libéré de l’attaque corrompue contre son intégrité et sa liberté. J’espère qu’il donnera de merveilleuses conférences qui alimenteront son compte en banque.

Ce qui est agaçant, c’est de savoir que le juge Sullivan n’obtiendra jamais sa juste punition. Il se moque bien du fait qu’une journaliste conservatrice, comme moi le méprise. Ses collègues, y compris les juges « conservateurs », parleront de lui sur un ton feutré et respectueux, réservé même aux pires de ces cadres en robe noire ; il prendra sa retraite avec honneur et il vivra une vie de luxe grâce au généreux fonds de pension du gouvernement.

Cela ne peut pas être ce que les pères fondateurs avaient l’intention de faire lorsqu’ils ont créé le système judiciaire fédéral.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : American Thinker

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

15
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz