Publié par Manuel Gomez le 14 décembre 2020

Tout comme la Grèce et l’Italie, et actuellement peut-être même davantage, l’Espagne est confrontée à une arrivée massive de migrants clandestins, notamment en provenance des côtes africaines de l’Atlantique vers les différentes îles des Canaries.

Quotidiennement des embarcations légères débarquent ces centaines de jeunes qui fuient la misère de leurs pays, ceux surtout qui ont eu la chance de parvenir à destination et de ne pas périr noyés dans l’Océan, comme des centaines d’autres.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Sur place, aux Canaries, des organisations mafieuses prennent en charge ceux qui peuvent payer afin de les transférer vers la péninsule ibérique.

La police vient de démanteler l’un de ces réseaux mafieux qui les dirigeaient vers différents aéroports d’Espagne, en toute légalité apparemment, mais avec de faux documents d’identités.

Une note interne de la police nationale, en date du 4 décembre 2020, en provenance de l’aéroport de Granada, en Andalousie, a permis ce démantèlement en interpellant ces migrants clandestins pourvus des papiers nécessaires pour obtenir des titres de séjour.

Cette information est parvenue au média «& nbsp;Voxpopuli » par l’intermédiaire de la Brigade provinciale des migrations étrangères et a été confirmée par le chef du poste frontière de l’aéroport de Granada, Federico Garcia-Lorca : & nbsp ;«& nbsp;Nous avons confirmation que dans notre aéroport arrivent des vols intérieurs dans lesquels peuvent voyager des citoyens de différentes nationalités. Par ce moyen, les migrants en situation irrégulière, utilisant des faux documents d’identité, ou ceux d’une autre personne, fournis par cette organisation criminelle qui vient d’être démantelée à Lanzarote, l’une des îles Canaries, et qui leur permettaient de pouvoir s’installer dans cette grande ville andalouse ». & nbsp ;

Cette même information indique que ces dernières semaines il a été constaté une augmentation massive d’individus en provenance des îles Canariennes, mais qui peuvent également, grâce au même processus criminel, parvenir à destination d’autres aéroports d’Espagne.

C’est d’ailleurs ce qui s’est déroulé tout récemment sur l’aéroport de Manises, à Valencia, qui, fort heureusement et grâce à cette information du 4 décembre, avait mis en place un dispositif spécial de vigilance : deux policiers chargés de contrôler les atterrissages qui ont pu intervenir à l’arrivée de sept avions, en provenance des Canaries, et qui ont pu interpeller 16 migrants, qui tentaient d’une manière illégale de pénétrer à Valencia, dont deux étaient infectés par le «& nbsp;coronavirus ». & nbsp ;

Théoriquement, tous ces migrants illégaux devraient pouvoir être expulsés immédiatement, mais il existe, dans la situation politique actuelle de l’Espagne, des circonstances qui ne permettent pas l’expulsion de citoyens étrangers, notamment à cause de la pandémie «& nbsp;Covid », qui oblige de nombreux pays d’origine de ces migrants, à fermer leurs frontières.

Ces arrivées de migrants clandestins à l’aéroport de Granada ont été filmées et diffusées sur les réseaux sociaux, prouvant notamment que les mesures sanitaires n’étaient pas appliquées.

Le ministre de l’égalité, de la sécurité sociale et de la migration, José Luis Escriva, en charge des programmes d’accueil «& nbsp;pour la protection internationale des profils vulnérables (les migrants), a nié «& nbsp;avoir organisé ces transferts, en tous les cas les plus récents » & nbsp ;!& nbsp ;

La province et la mairie de Granada ont attaqué le gouvernement socialo-gauchiste en l’accusant de «& nbsp;déloyauté, pour ne pas les avoir tenus informés de ces délocalisations présumées ». & nbsp ;

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

9
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz