Publié par Magali Marc le 16 décembre 2020

L’équipe de Joe Biden, le Parti Démocrate, les médias de masse, les géants du Web, la Chine et d’autres étrangers se croient autorisés à affirmer que Joe Biden a remporté les élections. Joe Biden (toussant beaucoup et n’ayant pas l’air joyeux) a prononcé un discours de «victoire» plutôt colérique critiquant le fait que Donald Trump continue de contester le résultat des élections. Les Grands Électeurs républicains de la Pennsylvanie, de la Géorgie, du Michigan, du Wisconsin, de l’Arizona, du Nevada et du Nouveau-Mexique se sont mobilisés et ont enregistré leurs votes pour le Président Trump afin de préserver ses recours juridiques.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, 15 décembre.

******************

Les Grands Électeurs créent un événement historique

Il est assez facile de critiquer les Républicains. Souvent, ce sont des types qui préfèrent se montrer conciliants. Ils ne veulent pas faire de vagues. Ils cèdent. Ils négocient volontiers. Ils reculent. S’ils sont vraiment mauvais, ils deviennent des NeverTrumpers. Et parfois, ils nous surprennent.

Lundi (le 14 décembre), sept États, en plus de laisser voter leurs électeurs démocrates supposément victorieux, ont autorisé les électeurs républicains à voter afin de consigner officiellement leur appui au Président Trump.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

C’était beau à voir.

Je suis sûre que d’autres écrivains décriront avec plus de talent ce qui s’est passé lundi, mais voici ce que j’en pense.

Lundi est le jour où les États ont désigné leurs électeurs afin qu’ils déterminent qui est élu président. À la fin de la journée, l’effrayant et confus Joe Biden avait obtenu 306 votes électoraux.

Les Démocrates sont en extase, croyant que maintenant la Maison Blanche leur est irrémédiablement livrée, destinée, que l’affaire est réglée.

Ce n’est pas le cas.

En ce moment, la Cour suprême semble être une institution de lâches. Beaucoup pensent que la SCOTUS essaie de dire que, si les candidats démocrates au Sénat gagnent en Géorgie, donnant la Maison Blanche et le Congrès aux Démocrates, elle approuvera tout ce que les Démocrates voudront faire. De cette façon, les juges espèrent éviter que le nombre de juges à la Cour soit augmenté (NdT: le «court packing» promis par les Démocrates), ce qui aurait pour effet de diminuer leur prestige et leur cachet.

Mais ils pourraient avoir une surprise.

En outre, de nouvelles preuves de fraude massive continuent d’apparaître. L’audit des machines d‘Antrim Dominion montre qu’elles ont été programmées pour la fraude et presque certainement utilisées comme prévu. Il existe également des déclarations sous serment signées sous peine de parjure par des témoins oculaires et des experts à travers l’Amérique, concernant la fraude et les indices de fraude.

Il y a la tristement célèbre vidéo de la Géorgie (et il se pourrait que d’autres vidéos voient le jour, (c’est en tout cas ce que j’espère).

Et bien sûr, il y a la redoutable Me Sidney Powell, qui dit avoir des preuves documentaires que des votes ont été envoyés à l’étranger et manipulés là-bas. Cela, dit-elle, pourrait déclencher l’application du Décret de 2018 du Président Trump, imposant des sanctions au cas où il y aurait la preuve d’une ingérence étrangère dans une élection. A l’époque, ce décret semblait être une réponse au canular de la soi disant collusion avec la Russie, mais M. Trump regardait peut-être vers l’avenir et non vers le passé.

Le directeur du renseignement national, John Ratcliffe, publiera son rapport le 18 décembre. S’il est vraiment prouvé qu’il y a eu une fraude massive ou une ingérence étrangère, les élections pourraient être annulées.

Afin de se préparer à ces éventualités – soit un courage des tribunaux, soit une fraude tellement massive que l’élection s’en trouverait annulée – sept États ont fait quelque chose d’inhabituel et de courageux.

La Pennsylvanie, la Géorgie, le Michigan, le Wisconsin, l’Arizona, le Nevada et le Nouveau-Mexique ont tous sélectionné deux listes électorales : Une liste accepte une victoire démocrate, mais l’autre liste prévoit un retournement de situation, que ce soit sur le plan judiciaire ou en raison de preuves tellement accablantes de fraude ou d’ingérence étrangère que la «victoire» de Joe Biden se changera en défaite.

Dans le Michigan, il y a même eu un drame supplémentaire. La police d’État (NdT: sur ordre de la Gouverneure, la Démocrate Gretchen Whitmer) a tenté d’empêcher les électeurs républicains d’entrer dans le Capitole de l’État du Michigan, mais ces efforts ont été déjoués.

Selon Reuters*, si les États sélectionnent des listes électorales différentes, la Chambre et le Sénat peuvent simplement ignorer l’une de ces listes.

Cependant, si la Chambre et le Sénat choisissent des listes différentes de celles des États, on ne sait pas ce qui se passe ensuite, d’autant plus que la loi sur le décompte des voix (qui ne peut pas l’emporter sur la Constitution) est confuse :

Les universitaires ont esquissé plusieurs scénarios. Selon l’un d’eux, le vice Président Mike Pence, en tant que président du Sénat, pourrait rejeter les deux listes électorales d’un État. Un autre scénario envisage que la Chambre des Représentants finisse par choisir entre Biden et Trump. [Ce scénario donnerait une voix à chaque État et, puisque les Républicains ont plus d’États à majorité républicaine, le président Trump serait probablement le vainqueur]. Il existe même un scénario selon lequel la présidente de la Chambre, la Démocrate, Nancy Pelosi, pourrait devenir présidente par intérim. (pris sur le site de Gateway Pundit **)


Sir Austen Chamberlain, s’exprimant à Birmingham, a cité une vieille malédiction chinoise dont l’existence est incertaine. Chinoise ou pas, elle semble pertinente pour l’élection à laquelle nous sommes confrontés : « Puissiez-vous vivre une époque intéressante. » Espérons que tout le poids de la malédiction retombe sur les tricheurs, et non sur ceux qui ont été floués.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources :

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

14
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz