Publié par Dreuz Info le 26 décembre 2020

Après presque 14 ans de scission, de règlements de comptes, de crimes et de divisions entre le Hamas et le Fatah, il semble que l’Egypte ait renoncé à tout espoir de réconciliation entre eux.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Il n’y a guère plus que les journalistes pour ignorer le conflit profond qui oppose les Arabes du Fatah, qui vivent en Judée Samarie et sont principalement d’origine jordanienne et syrienne, et les Arabes du Hamas, essentiellement égyptiens d’origine, qui vivent à la limite nord de l’Egypte.

Mercredi dernier, l’Egypte a jeté l’éponge sur ces deux clans que seule la haine de l’autre unit, et fermé définitivement son bureau de représentation dans la bande de Gaza.

Une délégation du ministère égyptien des Affaires étrangères, qui est arrivée dans la bande de Gaza mercredi, a supervisé le transport du reste du mobilier du bureau vers l’Égypte.

L’Egypte a gardé ce bureau fermé, mais était prête à une réouverture rapide pendant près de 14 ans, depuis la sanglante prise de contrôle de Gaza par le Hamas (le lendemain d’une élection démocratique qui donna une majorité au Hamas, les terroristes jetèrent certains de leurs opposants du Fatah du haut des immeubles de Gaza).

Il y a environ quatre ans, l’Égypte a cessé de louer la maison de son consulat général à Gaza et a déménagé son contenu dans ce bureau qui se trouve dans la rue Al-Thawra dans la ville de Gaza.

Il y a seulement trois mois, en grande pompe, le Hamas et le Fatah ont tenu des pourparlers de réconciliation en Turquie. Une grande partie du monde voulait croire en fait que cette fois, les deux groupes s’unifieraient ; ils ont même annoncé une date pour des élections nationales – une fois de plus.

Tout cela s’est écroulé, comme cela s’était déjà produit à de nombreuses reprises. En fait, comme cela s’est toujours produit.

Et l’Égypte en a finalement eu assez.

Le dégoût de l’incapacité des Palestiniens à se gouverner eux-mêmes a été l’une des raisons pour lesquelles le monde arabe s’est montré plus ouvert aux relations avec Israël. Il est devenu de plus en plus intenable de boycotter Israël afin de soutenir des Palestiniens qui tendent la main et font la manche et ne peuvent même pas s’entendre sur l’identité de leurs dirigeants.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

4
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz