Publié par Guy Millière le 31 décembre 2020

Je n’ai pas écrit d’article cette année sur la fête juive de Hanoucca. J’aurais dû le faire. C’est une fête essentielle pour les Juifs du monde, et c’est une fête que tous ceux qui sont du côté de la liberté et de la dignité de l’être humain devraient traiter avec joie et avec un infini respect. Sans ce que célèbre Hanoucca, il n’y aurait plus de judaïsme, et l’essentiel des valeurs éthiques qui fondent la civilisation occidentale viennent du judaïsme.

Il n’y aurait par conséquent pas eu de Christianisme, puisque le Christianisme ne serait rien sans ce qu’il a emprunté au judaïsme.

Hanoucca est une fête qui célèbre une identité préservée, des valeurs affirmées, une résistance face à l’oppression et face à la dissolution et à l’anéantissement d’une culture et d’une religion sans lesquelles nous serions vraisemblablement dans une barbarie relativiste. La victoire des Maccabées contre l’hellénisation mise en place par les Séleucides est une victoire essentielle. Elle est la Victoire d’une minorité imprégnée de transcendance sur des forces bien supérieures en nombre. Elle rappelle que la résistance face à l’oppression, à la dissolution et à l’anéantissement peut gagner lorsqu’elle est une résistance imprégnée d’un esprit de vérité.

L’allumage des lumières sur la hanoukkia commémore le miracle de la fiole d’huile : une fiole dont l’huile ne devait pas permettre d’allumer la menorah du Temple de Jérusalem libérée pendant plus d’un jour, et qui a permis de l’allumer pendant huit jours, jusqu’à ce que la fabrication d’huile nouvelle ait été assurée.

Donald Trump, le premier Président des Etats-Unis à avoir une famille juive et des petits enfants juifs, un homme très proche du judaïsme, le plus grand ami d’Israël et du peuple juif qui ait jamais été élu Président   a célébré la fête de Hanoucca chaque année à la Maison Blanche depuis 2017. Et il l’a fait en respectant cette fête.

Avant lui, Barack Obama avait prétendu la respecter aussi, mais il en avait souillé le sens profond, et il avait trouvé des rabbins qui avaient accepté de parler à la Maison Blanche pour y tenir des propos très éloignés du sens de Hanoucca (ainsi Susan Talve, responsable de l’organisation juive gauchiste T’ruah qui, pour “célébrer” Hanoucca, avait couvert de louanges Black Lives Matter et chanté Inch Allah). Ce n’était pas étonnant de la part de Barack Obama : ses propos sur les Juifs et le judaïsme frôlent souvent l’antisémitisme et sa vision d’Israël est imprégnée des falsifications de l’histoire communes aux dirigeants terroristes “palestiniens” et aux marxistes (dans le livre récemment paru appelé Une terre promise, Barack Obama continue à frôler l’antisémitisme et à énoncer une vision falsificatrice d’Israël qui ne peut qu’inciter à la haine des Juifs et d’Israël, et la “terre promise” dont il est question serait une terre américaine devenue l’Union des Etats socialistes d’Amérique, donc la fin des Etats-Unis définis dans la Déclaration d’indépendance de 1776).

La gauchiste Kamala Harris, choisie par Barack Obama pour devenir Présidente des Etats-Unis, et qui pourrait l’être bientôt, si le sénile Joe Biden s’installe à la Maison Blanche, a épousé un Juif de gauche américain et prétend respecter Hanoucca. Elle figure dans une vidéo mise en ligne sur Twitter il y a quelques jours, et elle explique ce que Hanoucca signifie pour elle. Ses propos ressemblent à ceux de Barack Obama : en plus niais. Hanoucca, explique-t-elle est ”la fête de la lumière et de la joie. C’est une fête qui apporte de la lumière où il y a de l’obscurité. C’est une célébration de Tikun Olam, le combat pour la justice et la dignité de tous les peuples”.

Non seulement ces propos sont niais, mais ils constituent une trahison de l’esprit de Hanoucca. Une fête n’apporte pas de la lumière où il y a de l’obscurité. Toute fête peut être associée à la joie. Tikun Olam est un principe juif qui renvoie à l’idée de réparation du monde, mais la réparation du monde dans le judaïsme est censée se faire selon la Loi, Torah. Elle n’est pas censée se faire selon des idées vagues de justice et de “dignité pour tous les peuples”, idées qui, pour la gauche américaine, sont des idées socialistes pour lesquelles la justice est la justice sociale et la dignité synonyme d’aides financières et de redistribution forcée.

Kamala Harris, comme la gauche américaine, est prête à s’approprier n’importe quelle fête, à la vider de sa substance et à remplacer sa substance par du socialisme. Le mari de Kamala Harris est juif. Il est à côté d’elle sur la vidéo, et il approuve en souriant ce qu’elle dit. Il est à l’image de nombre de juifs américains qui se disent encore juifs, mais ont en réalité changé de religion et adopté la méta-religion constituée par le socialisme américain. Des Juifs figureront dans ce qui sera peut-être une administration Biden. Ils parleront comme Kamala Harris. Ils le font déjà. Ils parleront comme Barack Obama et auront la même vision falsificatrice d’Israël que lui.

Si Donald Trump quitte la Maison Blanche, des jours difficiles, sombres et âpres pour Israël s’annonceront très vite. L’Autorité Palestinienne verra l’argent américain revenir dans ses caisses, ce qui pourra lui permettre de financer à nouveau des tueurs de Juifs, qui pourront être définis comme des “combattants pour la justice et la dignité”. Les Etats-Unis renoueront avec le régime des mollahs qui verra lui aussi l’argent revenir dans ses caisses puisque les sanctions américaines seront levées très vite, et le régime des mollahs pourra à nouveau financer le terrorisme islamique (Hezbollah, Hamas, milices Houthi) et menacer Israël.

On soulignera dans la grande presse que des hommes comme Anthony Blinken, ou Dennis Ross, pressenti pour être ambassadeur des Etats-Unis en Israël si une administration Biden voit le jour sont juifs, et cela sera censé montrer qu’ils ne sont pas antisémites et ne peuvent pas être anti-israéliens. Ils ne seront, le cas échéant pas antisémites, mais dès lors qu’ils tolèreront et financeront des tueurs de Juifs, cela ne changera pas grand-chose pour les Juifs menacés. Ils ne seront pas officiellement anti-israéliens, mais cela ne les empêchera pas de prendre des positions anti-israéliennes.  

On ne dira pas dans la grande presse qu’une Américaine d’origine arabe se disant “Palestinienne”, et qui a légitimé dans un passé proche les attentats suicides pratiqués par des terroristes assassins de Juifs israéliens, Reema Dodin, sera l’une des responsables du bureau des affaires législatives si une administration Biden voit le jour : même Barack Obama n’a pas osé en son temps procéder à ce genre de nomination. On ne dira pas dans la grande presse qu’une Américaine d’origine haïtienne, venue de l’association d’extrême gauche Move On, et qui n’a cessé de dénoncer Israël ces dernières années pour “crimes de guerre”, résolument “propalestinienne”, Karine Jean-Pierre sera l’une des secrétaires à la presse, donc l’une des porte-paroles d’une hypothétique administration Biden : Barack Obama n’a pas procédé en son temps à ce genre de nomination non plus. Des degrés supplémentaires vers l’extrémisme odieux sont franchis.

Et oui : si Donald Trump quitte la Maison Blanche, des jours difficiles, sombres et âpres pour Israël s’annonceront très vite. Israël devra rester fidèle à l’esprit de Hanoucca et se défier de faux “amis”.

Dois-je dire qu’en ce contexte, voir que les Israéliens vont devoir une nouvelle fois se rendre aux urnes, et voir que, bien que la droite soit majoritaire en Israël, elle se divise parce que certains politiciens de droite se donnent pour objectif primordial de renverser Binyamin Netanyahou, me consterne. J’ose espérer qu’Israël aura très vite un gouvernement stable, cohérent, fort, uni. C’est plus que jamais nécessaire. Je n’ai jamais compris la haine anti-Netanyahou. Je la comprends moins que jamais. Elle ne constitue pas à mes yeux un programme politique et rabaisse ceux qui s’y adonnent.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

37
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz