Publié par Rosaly le 19 décembre 2020

Joe Biden a déclaré mardi avoir choisi P. Buttigieg pour la fonction de secrétaire aux transports, un poste en or pour un candidat qui abandonna la course à la présidence avant le Super Tuesday, afin de soutenir l’ancien Vice-Président. Il reçoit aujourd’hui sa récompense.

Le maire @PeteButtigieg est un leader, un patriote et un résolveur de problèmes. Il parle au mieux de ce que nous sommes en tant que nation. Je le nomme au poste de secrétaire aux transports parce qu’il est capable de relever les défis à l’intersection de l’emploi, des infrastructures, de l’équité et du climat.

Mais ce choix n’est pas du goût des BLM.

Joe Biden, l’ingrat, semble oublier qu’il doit aussi sa fausse victoire, non seulement aux fraudes massives orchestrées par les Démocrates, mais aussi aux BLM et autres aimables antifas. Ces derniers estiment que la « victoire » de Biden est aussi la leur, dès lors ils ont légitimement le droit de s’opposer aux décisions prises par Joe Biden.

Comme souligné par Fox News, Buttigieg, l’ancien maire de South Bend, le résolveur de problèmes, a été vertement critiqué pour avoir négligé de faire réparer les jolis nids de poule qui décorent les routes de la ville, routes considérées comme étant parmi les plus mauvaises de l’Etat de l’Indiana.

En outre ce maire blanc a été confronté à une forte opposition de la part de la communauté noire locale pour avoir rétrogradé le premier chef de police noir. Comment a-t-il osé ? Et la mort d’Eric Logan, un Noir abattu par un policier blanc n’a rien arrangé dans ses rapports avec la communauté. Les militants de Black Lives Matter protestèrent systématiquement contre Buttigieg tout au long de sa brève campagne électorale.

Et comme ils ont la rancune tenace, ils exhortent aujourd’hui Biden de revenir sur sa décision, qu’ils estiment injuste.

Les tentatives hypocrites de P. Buttigieg pour apaiser la communauté noire, notamment ses visites obséquieuses au révérend Al Sharpton – une personnalité politique et médiatique controversée, catalyseur des BLM, qui se rêve en Martin Luther King du XXIe siècle – furent perçues comme de la vulgaire flatterie. En Caroline du Sud, par exemple, Buttigieg déclara aux électeurs noirs, qu’il n’avait pas « leur vécu ». Il s’est continuellement attiré des critiques pour avoir exagéré son soutien aux Noirs.

Mardi, Jordan Geiger, le leader du mouvement BLM de South-Bend a déclaré :

Nous demandons instamment le rejet de notre ancien maire Pete Buttigieg, du maire de Los Angeles Eric Garcetti, de l’ancien maire de Chicago Rahm Emanuel, et du gouverneur du Rhode Island Gina Raimondo pour le poste de secrétaire aux transports ou tout autre fonction au sein du cabinet.

Les dirigeants de BLM de Los Angeles, South Bend, Indiana, Rhode Island et Chicago ont uni leurs forces pour s’opposer à une liste de candidats à tout poste ministériel au sein de l’administration Biden.

Selon Beatrice-Elizabeth Peterson de la chaîne ABC, les leaders du mouvement BLM cherchent à rencontrer Joe Biden depuis plus d’un mois, mais ils n’ont reçu aucune invitation à ce jour. Imprudent ce cher Joe !

Nous sommes inquiets, nous savons que l’administration Biden Harris a rencontré, disons plutôt des leaders traditionnels des droits civils, mais a refusé de répondre à notre lettre demandant une rencontre avec le BLM.

Après avoir été les idiots utiles de Sleepy Joe, puis apparemment rejetés comme des kleenex, deviendront-ils des épines empoisonnées sur le chemin peu glorieux du peut-être futur président des USA ? Les BLM n’ont pas voulu de Donald Trump, pourtant le Président qui a le plus œuvré en faveur des Noirs, ils ont maintenant Joe Biden. Ne jamais faire confiance aux tricheurs, aux hypocrites et aux menteurs !

Joe Biden, ou comme il aime se surnommer, « Middle Class J », à l’instar de ses collègues E. Warren et B. Sanders, prêche la diversité, mais préfère vivre loin d’elle. L’une des premières propriétés de « Middle Class J », un domaine datant de 1723, d’une superficie d’environ 1.2 Ha, appartenait autrefois à un membre de la famille Du Pont de Nemours.

Sa propriété actuelle de 1.6 Ha se situe à Greenville, dans une zone peuplée à 85% de Blancs et moins de 5% de Noirs, mais il vit à McLean en Virginie dans un luxueux domaine de 6 millions de dollars, version miniature de la Maison Blanche. La région de McLean est habitée à 71% par des Blancs et sa population noire est inférieure à 2%.

« Middle Class Joe » possède également une petite maison de vacances à 3 millions de dollars à Rehoboth Beach avec vue sur l’océan Atlantique. Ce lieu compte au total 7 résidents noirs. Ce n’est pas un pourcentage, il s’agit bien de 7 personnes noires. Mais ce chiffre est bien supérieur au nombre de Noirs pro-Buttigieg à South Bend dans l’Indiana.

« Middle Class Joe » ne serait-il pas légèrement raciste ?

Les dirigeants démocrates, E. Warren, B. Sanders et Joe Biden, vivent confortablement dans de riches enclaves majoritairement blanches, très éloignées de la misère que leur politique désastreuse inflige aux centres-villes, rarement honorés de leur auguste présence.

Les questions dérangeantes sont éludées par de fortes doses de lutte des classes et de politique identitaire. Le vivre-ensemble est une politique qu’ils défendent, mais non la réalité dans laquelle ils préfèrent vivre.

Les millionnaires Warren et Sanders fulminent sur les super-riches, mais achètent des maisons à 6 chiffres. Ils dénoncent la suprématie blanche, mais vivent dans des zones très blanches.

Joe Biden fait appel aux votes des Noirs, mais vit dans un endroit où il y a moins de 2% de Noirs et passe ses vacances en un lieu où le nombre de personnes noires se limite à sept. C’est l’idée que se fait ce Démocrate de la si belle « diversité », de ce fabuleux « vivre-ensemble ».

Faites ce que je dis, mais non ce que je fais.

Les politiques démocrates sont destructives, mais leur hypocrisie est aussi corrosive. Dans une élection, où les candidats prétendaient être authentiques en devenant faussement plus radicaux, leur hypocrisie a révélé leur mépris à l’égard de leurs électeurs. Et ces derniers sont tombés dans le piège, tels des mouches dans un pot de miel, mus par leur haine aveugle envers Donald Trump.

La situation est identique dans nos pays. Les apôtres du vivre ensemble réservent ce privilège au petit peuple et le petit peuple continue à voter pour eux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Sources :

  • «Black Lives Matter Opposes Pete Buttigieg for Transportation Secretary.» (Breitbart)
  • «Warren, Sanders and Biden preach Diversity, They don’t live it.» (FrontPage Mag)

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz