Publié par Team 100 jours le 22 décembre 2020

Mardi 1er décembre

  • 23h35 : Le DOJ a clarifié la déclaration de M. Barr, un porte-parole ayant déclaré qu’un certain nombre de médias ont « rapporté de manière incorrecte que le Département a conclu son enquête sur la fraude électorale ». « Certains médias ont rapporté à tort que le ministère a conclu son enquête sur la fraude électorale et a annoncé une conclusion positive d’absence de fraude électorale », a déclaré le porte-parole. « Ce n’est pas ce que l’Associated Press a rapporté, ni ce que le procureur général a déclaré. Le Département continuera à recevoir et à poursuivre vigoureusement toutes les allégations spécifiques et crédibles de fraude aussi rapidement que possible ».
  • 21h10 : le deep state s’active tout près du président. William Barr, que Trump croyait fidèle, assure ses arrières et sa future carrière à Washington et lâche le président Trump (Dreuz sait depuis longtemps à quoi s’en tenir avec Barr car les dossiers de la collusion russe sont verrouillés, et le rapport Durham a été enterré, et il ne sortira jamais)

    L’avocat général Bill Barr vient de déclarer sur Associated Press qu’il n’y a AUCUNE preuve de fraude électorale suffisante pour changer le résultat de la victoire de Joe Biden.

    Pour avoir suivi cette élection en continu, comme ce fil l’atteste, nous pouvons témoigner que le FBI n’a pas enquêté, n’a pas interrogé de témoins sauf un, et n’a pas confisqué les machines de Dominion pour les analyser.

    C’est ce que vient de déclarer la campagne Trump dans un communiqué (au moment d’écrire ces lignes, il est impossible de trouver ce communiqué sur Google. Bing, qui est moins efficace, l’a en premier dans son moteur de recherche :

« Avec tout le respect que je dois au procureur général, il n’y a eu aucun semblant d’enquête du ministère de la Justice.

• Nous avons recueilli de nombreuses preuves de votes illégaux dans au moins six États, qu’ils n’ont pas examinées.
• Nous avons de nombreux témoins qui ont juré sous serment avoir vu des crimes être commis en relation avec la fraude électorale. Pour autant que nous sachions, pas un seul n’a été interrogé par le DOJ.
• Le ministère de la Justice n’a pas non plus vérifié les machines de vote ni utilisé ses pouvoirs d’assignation pour déterminer la vérité.

« Néanmoins, nous poursuivrons notre recherche de la vérité par le biais du système judiciaire et des assemblées législatives des États, et nous continuerons à nous rapprocher du mandat de la Constitution et à veiller à ce que chaque vote légal soit compté et que chaque vote illégal ne le soit pas. Encore une fois, avec le plus grand respect pour le procureur général, son opinion semble être sans connaissance ni enquête sur les irrégularités substantielles et les preuves de fraude systémique ».

Rudy Giuliani, avocat du président Trump, et Jenna Ellis, conseillère juridique principale de la campagne Trump et avocate du président Trump

  • 20h39 : Un avocat du comté de Chenango, New York, lâche une bombe au tribunal : 55 votes anticipés non comptés viennent d’être découverts, n’ayant jamais été vus auparavant.

    Dans une course au Congrès séparée par seulement 12 votes, ces votes anticipés nouvellement découverts pourraient faire la différence
  • 20h14 : Kamala Harris a nommé Tina Flournoy au poste de directrice de cabinet.
  • 19h36 : Ce jeudi, un juge du tribunal de district de Carson City examinera les preuves de fraude électorale dans le Nevada.
  • 19h33 : Giuliani comparaîtra mercredi à l’audience sur les élections du Michigan. L’objectif de cette audience est d’examiner les allégations de fraude électorale dans l’État.
  • 18h33 : « Vous ne pouvez pas conclure de bonne foi le recomptage légal en cours avant d’avoir institué un audit de concordance des signatures ». Un avocat de Trump demande l’audit de pas moins de 45 000 signatures de bulletins de vote potentiellement frauduleux ou illégaux en Géorgie.
  • 17h54 : Une enquête sur les dossiers de la SEC (Commission des opérations de bourse des États-Unis) a révélé que la société qui possède Dominion Voting Systems a reçu 400 millions de dollars d’une banque suisse ayant des liens étroits avec le gouvernement chinois moins d’un mois avant l’élection.

    L’enquête, menée par Austin Security and Investigation Solutions, est centrée sur Staple Street Capital, qui a acquis Dominion Voting Systems en 2018.
  • 17h13 : La campagne de Trump engage un procès dans le Wisconsin pour rétablir l’intégrité des élections.
  • 16h29 : vous pouvez suivre en direct live sur Dreuz l’audition et la transcription de la commission de surveillance du Sénat de l’État du Michigan sur les fraudes électorales :

Les échanges sont publiés dans l’ordre chronologique

  • Expert sénateur Colbeck : 140 à 180 000 votes ont été ajoutés sur la tabulation, alors qu’il est impossible de compter autant de votes en si peu de temps.
  • Expert : j’ai vu une des machines connectées à un câble Ethernet, lequel allait à un modem, donc il était connecté à un réseau local et à internet.
    Si on est connecté à internet, n’importe quel acteur peut intervenir et avoir accès aux résultats.
  • Panel : OK, mais où sont les preuves de tout ce que vous avancez ?
  • Expert : en ayant accès aux données, et les flashcard et clés USB.
  • Panel : le fait que nous conservons les papiers des bulletins n’empêche-t-il pas les fraudes électroniques.
  • Panel : où est le département de la Justice dans cette affaire ?
  • Expert : je ne sais pas. J’ai contacté le DOJ, je suis très inquiet par leur absence.
  • panel : si vous étiez à la place d’un candidat, et que vous avez perdu, vous auriez demandé à un recomptage ?
  • expert : je doute que le recomptage permette de voir la fraude. Ce qu’il faut faire c’est un audit judiciaire détaillé.
  • panel : excusez-moi, mais en écoutant votre témoignage. Nous avons besoin de preuve. Nous n’avons que vos estimations, mais aucune preuve.
  • expert : il y a 8,1M d’électeurs enregistrés ici dans le Michigan. Le seul problème avec ça, c’est que les données démographiques montrent qu’entre 300 000 et 600 000 personnes ne devraient déjà pas être sur les listes électorales. Donc, vous voulez faire recomptage ? Mais vous avez déjà un lien logique brisé dès le début.
  • panel : un autre membre émet des doutes sur la validité du témoignage de Colbeck sur la vérification des signatures.
  • témoin : au TCF Center, le centre de dépouillement, nous avons pris une personne en photo qui transportait une centaine de bulletins de vote vierges sous le bras. Le 4 novembre, j’ai vu un camion derrière le centre de dépouillement, gardé par deux gardiens, ils m’ont dit que le camion était vide. Quand on est revenu 4 heures plus tard, à 22h, ils étaient toujours là, puis le camion a disparu dans un entrepôt et les policiers m’ont interdit l’accès. J’en conclus que l’absence de chaîne de traçabilité est un sérieux problème, et rend impossible de garantir les résultats de l’élection.
  • panel : envoyez nous les noms, adresses des conducteurs des camions en question. J’ai besoin de savoir si les personnes qui transportent les bulletins ont donné leurs noms, leur identité complète.
  • Témoin : je surveille les élections depuis 9 ans. j’ai imprimé pour vous des témoignages sous serment d’observateurs. Quand on a tenté de surveiller la duplication de bulletins mal remplis, on nous a empêché de le faire et de surveiller si les duplications étaient attribués au même candidat. Quand on est revenu de déjeuners, les portes étaient fermées. Les votes des militaires : les bulletins étaient tous identiques, c’était des photocopies, ils étaient tous pour Biden, il n’y en avait pas un seul pour Trump, et aucun des électeurs n’étaient enregistrées, il a fallu entrer leurs noms manuellement – et leur date de naissance était 1/1/2020.
  • Autre témoin : je vais vous apporter mon témoignage sous serment : j’ai vu en dehors du TCF Center, une femme dans un van noir, remettre des Tupperware plein de bulletins, et le remettre à un homme, sans aucun contrôle, totale absence de chaîne de traçabilité. J’ai pris des photos. Puis le lendemain, j’ai vu un homme aller au bureau de poste tout proche prendre des boîtes contenant des enveloppes de vote et les mettre dans sa voiture. J’ai pris des photos et j’ai son immatriculation. Quand il a vu que j’avais pris des photos, il est devenu agressif, j’ai eu peur, j’ai arrêté de le suivre, mais il est reparti en direction du TCF center.
  • Autre témoin : j’ai vu passer 20 000 bulletins qu’il était impossible de comparer au Fichier des électeurs qualifiés (QVF). A Detroit, j’ai vu des centaines de milliers de bulletins arriver, et les observateurs étaient incapables de vérifier ni le QVF, ni le journal des entrées. Pourtant ils ont été entrés dans la machine et comptabilisés. J’ai essayé de contester, j’ai réussi à en contester 2, mais les employés électoraux ont refusé et m’ont attaqué verbalement.

    Après cela, je suis devenu volontaire de l’association GuardTheVote. Ces 3 dernières semaines, nous avons examiné 30 000 votes sur les 170 000 votes par procuration de la ville de Detroit, et les avons comparés au Fichier des électeurs qualifiés (QVF). Voici les résultats :
    • 239 sont des personnes décédées – et je vous ai joint les documents.
    • 2260 ont des fausses adresses – des terrains vagues ou des maisons qui ont brûlé.

      Rapporté aux 170 000 votes, cela veut dire que 13,000 pourraient être décédés, et 15,000 pourraient avoir des fausses adresses. Pour la seule ville de Detroit 8,9% sont des bulletins illégaux qui auraient dû être rejetés. (150 000 votes séparent Trump de Biden).
  • panel : vous commencez à m’intéresser. Donc 13 000 personnes décédées ont voté. Avez-vous transmis ces données au bureau du ministère de la justice des Etats-Unis, ou de l’Etat ?
  • Témoin : cela va être fait.
  • Nouveau témoin : j’ai vu des bulletins de militaires arriver dans des enveloppes bizarrement belles, et elles avaient toutes la même date de naissance : 1/1/1900. J’ai du fortement insister pour qu’ils soient rejetés.
  • Nouveau témoin : j’ai vu les tabulateurs connectés au réseau, puis à l’ordinateur principal, lequel était connecté à internet. J’ai des photos. Et c’est totalement illégal.
  • Une femme, Melissa Carone, témoigne qu’elle est spécialiste IT et qu’elle a été recrutée pour travailler pour Dominion au TCF Center.

    « J’ai vu de mes yeux des bulletins être tabulés plusieurs fois, 8 ou 10 fois, »

    J’ai vu des adjudicateurs, tous démocrates, décider entre eux comment attribuer certains votes »

    Pendant les 27 heures où j’étais là [en deux jours], je n’ai pas vu un seul bulletin, pas un seul, pour Donald Trump. C’est effrayant, il n’y a aucune raison que cela arrive. »
  • panel : vous faites quoi, vous avez été employée par qui, pour faire quoi ?
  • témoin : Je suis un travailleur indépendant dans le domaine de l’informatique. J’ai été recrutée par PDS pour assister à du travail informatique pour Dominion.
  • panel : pourquoi ont-ils dit qu’ils avaient besoin d’un assistant pour le logiciel ?
  • témoin : je ne sais pas. Ils étaient très secrets et très autoritaires. Je n’ai jamais dit que j’étais républicaine et les commentaires qu’ils faisaient était dégoûtants.
  • panel : allons droit au but, pour quelle raison avaient-ils besoin du support d’un informaticien ?
  • témoin : il me semble que les deux employés de Dominion devaient tous les deux travailler sur la plate-forme, et qu’ils avaient besoin d’une assistance informatique.
  • panel : donc d’après vous, c’est eux qui avaient besoin d’être sur place. Mais là tout de suite, est-ce qu’il y a quelque chose qui s’est produit avec le logiciel pour lequel les deux employés ont dû aller apporter leur assistance ?
  • témoin : Samuel (l’un des deux employés de Dominion) a manqué pendant à peu près 3 heures. Quand il est revenu, je lui ai demandé où il était et il m’a dit qu’il était « à l’entrepôt ».
  • panel : expliquez-nous comment les bulletins ont été recomptés plusieurs fois.
  • témoin : lorsque un bulletin se bloquait dans les scanners, ils affichent une erreur : recompter ou rejeter ? La façon normale est de rejeter tout le paquet, et de le recompter. Ils ne rejetaient pas. Ils rescannaient, rescannaient, rescannaient, et comptait des bulletins 8 ou 10 fois. Ils recomptaient des paquets de 24 bulletins de vote 8 ou 10 fois au lieu de les rejeter et de les recompter une fois.
  • Un témoin a vu un camion de votes par correspondance qui s’est présenté à 4 heures du matin le soir de l’élection. Le camion a livré environ 50 000 bulletins de vote, qui n’ont pas été effectués de la même manière que tous les autres bulletins de vote. Il est entré dans le centre suivi par Linda Brandon. Le témoin a vu Esther Baxter apporter des boîtes de bulletins par l’arrière après que quelqu’un ait vu un camion circuler à l’arrière du bâtiment.
  • Un témoin explique que les « tabulateurs » sont comme des imprimantes, et une fois les bulletins de vote scannés, des gens y ont accès et peuvent les reprendre et les rescanner autant de fois qu’ils veulent.
  • Un témoin qui est ingénieur : au moins 20 ordinateurs de vote avaient un message disant qu’ils devaient être mis à jour. A peu près un tiers des ordinateurs n’avaient pas la bonne heure. A 10 h du matin, ils affichaient 14h59. Le mercredi, j’ai vu une personne se connecter à un des ordinateurs en temps q’administrateur, ce qui veut dire qu’elle avait total accès et pouvait faire absolument tout ce qu’elle voulait. J’ai également vu les routeurs avec beaucoup d’activité, même quand les machines de vote ne tournaient pas.

Témoin après témoin, toujours le même horrible récit : les observateurs empêchés d’observer, insultés, menacés, voire expulsés dès qu’ils tentaient de contester un bulletin clairement illégal. Le spectacle de ce compte rendu électoral à Detroit est précisément conforme à une république bananière. Des bulletins de vote qui arrivent de nulle part, que personne ne peut vérifier, des listes de gens qui ne sont pas sur les registres des électeurs inscrits mais sont acceptées et comptabilisées, des camions chargés de cartons de bulletins de vote que personne ne peut voir, dont personne ne connaît la provenance, qui arrivent au milieu de la nuit par des portes dérobées, des contrôleurs de l’intégrité du vote qui sont incapables de voir les bulletins, des ordinateurs connectés à internet , des administrateurs qui accèdent aux ordinateurs, des scanners qui tombent en panne et les bulletins de vote sont recomptés plusieurs fois, des ordinateurs qui ne sont pas à l’heure – et l’heure de limite des élections en dépend, des morts qui votent, des gens qui donnent comme adresse des terrains vagues et des maisons qui ont brûlé, des bulletins de militaires tous remplis avec la même date de naissance : 1/1/1900, et tous pour Biden, des agitateurs professionnels qui provoquent les observateurs Républicains afin qu’ils haussent le ton et se fassent expulser par les policiers présents, puis ils s’activent sur une autre personne, des bulletins de vote qui sont toujours accessibles après avoir été tabulés, ce qui permet de les retabuler alors qu’ils devraient tomber directement dans une boîte scellée, des boîtes de bulletins de vote rejetés mais qui sont mal scellées et permettent d’ajouter ou sortir autant de bulletins qu’on veut, etc.


  • 16h23 : Un représentant du Dominion pris la main dans le sac : au centre électoral du comté de Gwinnett en Georgie, responsable du dépouillement et de la certification des résultats :

    L’employé télécharge les données sur une clé USB à partir du serveur de gestion des élections, la branche sur un ordinateur portable, manipule les données, puis prend la clé USB.
https://www.youtube.com/watch?v=WjUz-kfS_qo
  • 16h16 : ne dites pas ça au médias, les informations ne les intéresse pas :

    67% des électeurs soutiennent la décision de Donald Trump de recompter les élections là où les écarts sont seulement d’1%.

    Ceci s’applique à la Georgie, la Pennsylvanie, le Wisconsin et l’Arizona. Boum.
  • 11h47 : Les législateurs de Pennsylvanie introduisent officiellement une résolution pour contester les résultats des élections de 2020.
  • 07h47 : Bobby Piton, qui a témoigné hier lors de la cession sénatoriale d’Arizona de la fraude qu’il a détectée (et a été suspendu de Twitter pour cela) a utilisé les données officielles du gouvernement de l’Arizona pour effectuer son analyse. Après avoir analysé ces données, il a estimé qu’il s’agit de la « plus grande fraude de l’histoire de notre république constitutionnelle qui se déroule sous nos yeux ».

    Il pense qu’il y a entre 120 000 et 306 000 faux électeurs qui ont voté lors de cette élection en Arizona, alors qu’un peu plus de 10 000 voix séparent Trump de Biden.

    Piton a présenté ses conclusions et a déclaré qu’il n’aurait jamais certifié les résultats des élections en Arizona.

    Son témoignage et ses analyses auron-t-ils la force d’une preuve devant le tribunal ?
  • 06h19 : Nevada : Un juge a ordonné aux fonctionnaires du comté de Clark d’autoriser une inspection du matériel électoral et des conteneurs scellés utilisés pour les élections de 2020 avant 13 heures demain.
  • 06h05 : Le Comité de surveillance du Sénat du Michigan entendra ce mardi 1er décembre les témoignages de personnes qui pensent avoir été témoins d’irrégularités dans le processus de comptage des bulletins de vote du Michigan au TCF center de Detroit. L’audience doit commencer mardi à 10h15 à Lansing heure locale, 16h en France et Belgique.
  • 05h58 : Les Démocrates déclarent victoire dans une course très disputée de l’Etat de New York, ajoutant un nouveau siège après avoir obtenu une supermajorité au Sénat de l’Etat.

    Le professeur John Mannion a battu le Républicain Angi Renna dans la région de Syracuse.
  • 05h50 : Bret Roberts, député de l’Arizona : « Après les témoignages que nous avons entendus à l’audience, je crois maintenant qu’il existe un doute plus que raisonnable sur l’existence d’une fraude lors des élections du 3 novembre. »
  • 05h44 : Les médias n’en peuvent plus de flatteries pour Joe Biden qui est « le premier à avoir choisi une équipe de communication entièrement féminine. »

    Sauf que les hauts responsables de la communication de l’administration Trump sont TOUTES des femmes, et ce depuis un certain temps, et les médias n’ont jamais dit un mot à ce sujet.
  • 05h40 : Nevada : Il semble que Joe Gloria, le responsable des votes du comté de Clark, se cache pour ne pas répondre à une assignation à comparaître devant la justice.
  • 05h37 : En réponse aux groupes de pression de Stacey Abrams [la Démocrate qui a perdu les dernières élections gouvernatoriales de Georgie], les responsables des élections ont étendu l’utilisation des douteuses « boîtes de dépôt de votes par procuration » pour les élections sénatoriales du 5 janvier + accordé leur traitement précoce, ce qui a incité un responsable du GOP du comté à lancer un avertissement : « Nous allons perdre nos deux sièges au Sénat en janvier ».
  • 05h34 : Sidney Powell a déclaré que les témoins de fraude risquent de perdre leur emploi et que leur « vie a été menacée ». Powell a également déclaré qu’un témoin a été « battu et se trouve à l’hôpital ». Quoi de surprenant, de la part du parti qui défend la dignité humaine ?
  • 05h10 : Arizona : la secrétaire d’Etat Katie Hobbs, une Démocrate, vient de tweeter :

Comme je l’ai dit depuis le début : Nous avons mené cette élection conformément à la loi de l’Arizona, malgré ce que les théoriciens de la conspiration vous disent. [Si quelqu’un accuse à l’emporte pièces de conspiration, c’est qu’il veut tuer le messager parce qu’il ne peut pas tuer le message.]

  • 04h59 : Le candidat républicain sortant Mike Garcia bat la Démocrate Christy Smith en Californie dans le district CA25 – c’est la 15ème victoire du GOP à la chambre.
  • 04h51 : Rappel : en septembre 2020, Judicial Watch a annoncé avoir conduit une étude qui a révélé que 353 comtés américains comptaient 1,8 million d’électeurs inscrits de plus que de citoyens en âge de voter. En d’autres termes, les taux d’inscription de ces comtés dépassaient 100 % des électeurs admissibles.

    Il s’agissait de comtés en Alaska, Colorado, Maine, Maryland, Michigan, New Jersey, Rhode Island et Vermont.
  • 04h20 : Twitter a suspendu le compte d’un témoin de l’audition d’Arizona Bobby Piton.
  • 03h24 : A l’issue de l’audition publique d’Arizona, les législateurs demandent à leurs collègues de soutenir une résolution qui retarderait la publication des votes du Collège électoral de l’État.

    Mark Finchem, représentant de l’État de l’Arizona, a déclaré aux journalistes qu’ils espéraient avoir une résolution « dans les prochaines 24 à 48 heures ». L’État détient 11 votes du Collège électoral.

« Nous récupérons nos votes du Collège électoral, nous ne les rendrons pas publics », a déclaré Finchem. « C’est ce que j’appelle nos collègues de la Chambre et du Sénat à faire – exercer notre autorité plénière en vertu de la Constitution américaine. »

  • 01h30 : La victoire de Joe Biden dans l’Etat disputé du Wisconsin a été certifiée lundi à la suite d’un recomptage partiel qui n’a fait qu’ajouter à sa marge de 20 600 voix sur le président Donald Trump, lequel a promis d’intenter un procès pour annuler les résultats.

    Vendredi dernier, Lisa Van Wyk, une observatrice des sondages, a posté une vidéo sur Facebook et a décrit le recomptage du Wisconsin comme une « imposture complète ».

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

4
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz