Publié par Jean-Patrick Grumberg le 5 décembre 2020

Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Tant que le Sénat des Etats-Unis n’a pas confirmé les élections, dans une dizaine de jours, rien n’est joué.

C’est la leçon qu’il convient de tirer de la décision que vient de prendre la législature de l’Arizona, quelle que soit l’issue : Donald Trump ne lâche rien, ne renonce à rien, et il continue à se battre jusqu’à épuiser tous les recours possibles. Pourquoi ? Pour l’Amérique, pour les 74 millions de personnes qui l’ont soutenu comme nous n’avons jamais vu un président être soutenu, pour son héritage politique, pour la justice, pour ne pas que le Mal et la corruption l’emportent sur le Bien, pour son amour-propre aussi.

Je parle d’un coup de tonnerre en Arizona.

Je parle d’une décision courageuse, qui demande une audace qui n’est pas dans l’ADN des neuneus Républicains.

Je parle des présidents du sénat et de la chambre des représentants de l’Arizona qui demandent un audit des logiciels et équipements électoraux Dominion du comté de Maricopa.

Je parle du parti politique de la stupidité, des nigauds et des niais qui a trouvé un peu de courage pour se tenir droit devant le parti du mal, le parti de la perversion et du vice.

La présidente du sénat Karen Fann, et le président de la chambre Rusty Bowers, ont publié vendredi un communiqué expliquant qu’ils ont eu eu de nombreux échanges téléphoniques – entendre par là qu’ils ont supplié, prié, demandé, menacé et finalement tapé du poing – avec les membres du Conseil de surveillance électorale du comté de Maricopa, comté Démocrate dans un Etat Républicain, qui a, par la fraude, fait basculer l’élection de l’Etat au profit de Joe Biden.

Et le conseil du comté a accepté un audit par un organisme indépendant des logiciels et équipements de Dominion utilisés dans leur comté de Maricopa.

Je croise les doigts pour que ces godiches de Républicains ne se fassent pas une fois de plus rouler dans la farine par ces vicelards de Démocrates, que l’audit soit réellement assuré par un organisme indépendant, qu’il soit réellement effectué, qu’il soit vraiment complet, qu’il aille vraiment au fond des choses, et qu’il apporte les réponses aux accusations nombreuses, documentées, mais jamais examinées à ce jour, sur les machines Dominion.

« Un grand nombre d’électeurs sont convaincus qu’il y a eu de la fraude et avec le nombre d’irrégularités qui se sont produites, il est facile de comprendre pourquoi », a déclaré le chef de la majorité parlementaire Leader Petersen.

« Les accusations contre Dominion sont particulièrement inquiétantes. Il est impératif que le comté procède immédiatement à une expertise informatique du logiciel Dominion et de leur équipement afin de s’assurer que les résultats sont exacts.

  • Les résultats de l’Arizona ont donné à Biden une minuscule avance sur le président Trump d’environ 10 457 voix, soit 0,3 %.
  • Si les nombreuses accusations de fraudes n’aboutissent pas à un résultat judiciaire, ce serait la première fois qu’un candidat Démocrate à la présidence remporte l’Arizona depuis 1996.
  • L’Arizona affiche un taux de participation de 79,9 %, le plus élevé du pays selon les derniers résultats cumulés de Statista.
  • Il s’agit également du taux de participation le plus élevé de l’histoire de l’État.

Fraude, quelle fraude ?

Une audition sénatoriale exceptionnelle destinée à présenter les arguments en faveur de la fraude électorale s’est tenue le 1er décembre.

  • Le colonel retraité Phil Waldron, expert en cybersécurité, a témoigné qu’un email anonyme d’un fournisseur de technologie du comté de Pima prétendait que 35 000 votes avaient été illégitimement donnés à des candidats démocrates dans ce comté. Si l’accusation se vérifie, c’est plus qu’assez pour donner la victoire à Donald Trump.
  • Anna Orth, une résidente du comté de Pima et travailleuse électorale Républicaine, a témoigné devant la commission qu’on lui a refusé la possibilité d’observer environ 2 000 bulletins de vote dupliqués. Les bulletins de vote dupliqués sont généralement des bulletins qui ne sont pas clairs ou qui sont mal remplis, et que la machine ne peut pas lire. Ils sont donc dupliqués à la main sur un bulletin vierge, et cela doit évidemment être fait par des observateurs des deux parties, sans quoi ils sont remplis pour le candidat du parti Démocrate (dans les comtés aux mais des Démocrates)

Le problème de ces témoignages est qu’ils ne sont pas contradictoires : les avocats du parti adverse ne les ont pas mis en doute, pas questionné, et ils n’ont pour l’instant qu’une valeur indicative – mais suffisante pour avoir donné le courage et la motivation aux législateurs de l’Etat de demander cet audit : bien joué Rudy Giuliani !

Les soupçons de fraude des électeurs lors de l’élection présidentielle sont innombrables. Ils méritent toute l’attention du gouvernement et des médias, lesquels sont aux abonnés absents.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

18
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz