Publié par Pierre Rehov le 15 décembre 2020

Nous allons vous révéler un secret. Il existe une organisation dont le sigle comporte trois lettres, dont presque personne n’a entendu parler, qui existe bien pourtant, et qui est plus puissance que la CIA, le FBI, l’IRS ou la NSA. Une organisation si puissante qu’elle a son propre sceau et son propre drapeau. Mesdames et Messieurs, nous vous présentons le Senior Executive Service, ou SES.

Cette organisation, ou agence, ne fait pas partie de la Sécurité Intérieure ou de la FEMA… Bien que ses tentacules pénètrent profondément dans chacune de ces agences. Les grands médias le mentionnent rarement par son nom. La plupart des Américains n’ont donc aucune idée de son existence. Mais grâce à un obscur ordre exécutif et aux actions secrètes, voire traîtresses, de l’ancien président Barack Hussein Obama, elle est devenue la force cachée derrière le coup d’État d’un président dûment élu et la « transformation complète de l’Amérique » en cours. Et ce n’est qu’en la révélant et en la faisant sortir de l’ombre qu’elle pourra être stoppée.

Le 15 décembre 2015, six mois après que Donald J. Trump ait déclaré sa candidature à la présidence et commencé à monter dans les sondages, l’ancien président B. Hussein Obama a signé ce qui, à l’époque, semblait être un ordre exécutif inoffensif. Cependant, les intentions d’Obama étaient beaucoup plus complexes et sinistres. Car avec ce seul décret, B. Hussein Obama a lancé une purge accélérée de milliers de patriotes américains de pratiquement toutes les agences gouvernementales – y compris les services de renseignements et l’armée – tout en les remplaçant par des loyalistes du parti et des agents politiques loyaux non pas au pays et à la Constitution, mais à lui et à ses programmes mondialistes et progressistes-socialistes.

Ce fut une purge de patriotes et une prise de pouvoir du gouvernement qui a commencé dès le début de son premier mandat… Une purge qui a commencé par transformer une obscure agence fédérale cachée au plus profond des entrailles du gouvernement, en ce qui est vite devenu une armée privée et clandestine.

Une armée d’agents politiques engagés pour deux buts :

  • La transformation politique, culturelle et économique complète de l’Amérique, comme promis par Obama lors de sa campagne présidentielle de 2008.
  • Et le renversement d’une présidence de Donald J. Trump s’il était élu.

Le Senior Executive Service, ou « SES », a été créé le 19 septembre 1979 sous l’administration Carter. Il a été créé à l’origine pour professionnaliser la fonction publique de carrière, tout en attirant les meilleurs et les plus brillants éléments de la nation dans un effort pour améliorer et moderniser la gestion de la bureaucratie fédérale. Un poste au sein du « SES » est considéré comme l’équivalent du grade d’officier général ou d’officier du drapeau dans les forces armées américaines. Pour cette raison, on les appelle souvent les « généraux civils ».

Leur échelle de rémunération commence au-dessus du niveau supérieur de la fonction publique (GS-15), avec des salaires de base allant d’un minimum de 127 914 dollars à un maximum de 192 300 dollars. En apparence, le SES devait être un corps de gestionnaires de carrière non partisans qui servent de direction exécutive aux agences fédérales… Leur travail consiste à mettre en œuvre une politique et non à la créer. Du moins, jusqu’à ce qu’Obama ait changé cela d’un simple coup de plume. C’est à dire en rendant les membres du SES presque impossibles à licencier, une fois engagés.

Dire que la transformation du SES par Obama en une armée d’agents politiques a été efficace serait un euphémisme. Il y a plus de 2 millions d’employés du gouvernement fédéral. Et au sommet de cette pyramide, il y a environ 8 000 employés du SES (Senior Executive Service) qui constituent la classe professionnelle managériale reliant les dirigeants politiques américains à la base de la fonction publique.

B. Hussein Obama, en tant que président, a remplacé plus de 6 000 membres des 8 000 membres du SES au cours de ses deux mandats, rassemblant ce qui est devenu une armée d’agents politiques en retrait…

Voici une liste du nombre d’employés du SES qui étaient intégrés dans les agences gouvernementales suivantes à la fin du 2e mandat d’Obama en 2016 :

Département de l'éducation - 86
Département du logement et du développement urbain - 115
Département de l'armée de l'air - 182
Département du travail - 200
Département d'État - 204
Ministère des transports - 231
Ministère de l'intérieur - 258
Département de l'armée de terre - 261
Département de la marine - 326
Département des affaires des anciens combattants - 357
Ministère de l'agriculture - 361
Ministère du commerce - 425
Département du Trésor - 458
Département de la santé et des services sociaux - 468
Département de la défense - 478
Département de l'énergie - 490
Département de la sécurité intérieure - 639
Ministère de la justice - 821
Toutes les autres agences (toutes les agences qui n'ont pas le niveau d'un cabinet) - 1 796

Et ce n’était pas seulement une purge de patriotes des agences gouvernementales… La purge de l’armée par Obama a été particulièrement préjudiciable à la sécurité nationale des USA, car il a littéralement vidé la structure de commandement de l’armée américaine. Sans parler de la démoralisation des rangs due à ses politiques de politiquement correctes radicales.

Le général Carter Ham a été relevé de ses fonctions à la tête du Commandement américain pour l’Afrique parce qu’il a défié les ordres d’Obama de ne pas monter une mission de sauvetage en réponse à l’attaque du 11 septembre 2012 à Benghazi.

En tout, la purge patriotique d’Obama a inclus 9 généraux de haut rang, 2 commandants nucléaires, 197 officiers supérieurs, généraux et officiers du drapeau de haut rang, ainsi que des milliers de sous-officiers… L’exemple le plus flagrant est peut-être celui des licenciements du général Carter Ham et du contre-amiral Chuck Gaouette de l’armée américaine. Le général Carter Ham a été relevé de ses fonctions à la tête du Commandement américain pour l’Afrique parce qu’il a défié les ordres d’Obama de ne pas monter une mission de sauvetage en réponse à l’attaque du 11 septembre 2012 à Benghazi. Et le contre-amiral Chuck Gaouette, commandant du John C. Stennis Carrier Strike Group, a été relevé de ses fonctions pour avoir désobéi aux ordres lorsqu’il a envoyé son groupe le 11 septembre pour « aider et fournir des renseignements aux forces militaires ordonnées par le général Ham ».

Obama n’a pas été l’architecte de ces changements, mais simplement le chef de file chargé de les mettre en œuvre en tant que président de l’État profond et du gouvernement de l’ombre

Aussi dommageable que soit la purge de l’armée par Obama, c’est sa prise de contrôle et la transformation du ministère de la Justice, du FBI et des agences de renseignement qui constituent la plus grande menace pour l’Amérique aujourd’hui. Car au lieu d’être des outils pour mettre en oeuvre les politiques du président et du gouvernement des Etats-Unis, ils sont devenus de facto la quatrième branche du gouvernement et dictent et mènent maintenant leurs propres politiques, tout en subvertissant et en sabotant ouvertement celles d’un président dûment élu.

Avant d’aller plus loin, comprenez bien ceci. B. Hussein Obama n’a pas été l’architecte de ces changements, mais simplement le chef de file chargé de les mettre en œuvre en tant que président de l’État profond et du gouvernement de l’ombre. Et c’est là que réside la source des problèmes du président Trump…
La seule chose qu’ils ne peuvent plus jamais permettre, c’est d’avoir un outsider qui n’est pas sous leur contrôle devenir président. Et Donald J. Trump est sans aucun doute un étranger qui n’est pas sous leur contrôle. C’est pourquoi ils ont lancé leur « police d’assurance », avant même que le président Trump ne soit assermenté. La « police d’assurance » à laquelle Peter Strzok (le chef du contre-espionnage du FBI) faisait référence dans le texte désormais tristement célèbre qu’il a envoyé à l’avocate du FBI Lisa Page.

Il s’agissait du « Plan B », au cas où Trump serait élu. C’est ce que révèlent le dossier Steele, l’enquête Mueller, tout le canular du « Russiagate » et leur actuelle chasse aux sorcières de mise en accusation. Car pour l’État profond et le gouvernement américain fantôme, le bureau du président des États-Unis d’Amérique tel que nous le connaissons n’existe plus. Un vrai président, comme JFK, ou Reagan, ce n’est plus acceptable.

Surtout un qui a été choisi par le peuple et non par eux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Albert Soued  pour Dreuz.info.

Source: https://stpaulresearch.com/2019/10/31/obamas-secret-stay-behind-army/

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

32
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz