Publié par Gaia - Dreuz le 20 décembre 2020

Source : Ripostelaique

Préambule : Voir le site http://www.islam-questions.com .  Pour une documentation détaillée sur les préceptes de l’islam, aussi bien dans le Coran que la Sunna de Mahomet. Ce site a été mis à jour aussi bien sur les sujets fondamentaux de l’islam (Naissance et expansion de l’islam, Coran, Djihad, esclavagisme…), mais aussi par des dossiers sur l’actualité liée à l’islam (suite du meurtre de Samuel Paty, répression des chrétiens dans les pays musulmans, la guerre contre l’Arménie, l’infiltration de l’Europe par les Frères musulmans…)

Alors que les responsables musulmans en Europe pratiquent le déni de vérité en n’hésitant pas à falsifier leur propre Coran, dans le monde musulman, non seulement les législations officielles condamnent à la peine capitale ou à des peines très lourdes toute personne qui offense le Prophète d’Allah. Et les imams enseignent les préceptes de l’islam qui condamne celui qui offense Mahomet à la peine capitale. La vidéo qui suit montre le grand imam de la Mosquée Al Aqsa, qui félicite le terroriste qui a décapité Samuel Patty. On rappelle que cet imam donne son prêche dans le troisième lieu saint de l’islam.

En France, le crime atroce commis contre le professeur Samuel Patty constitue, à notre sens, un tournant certain sur la perception du terrorisme islamiste dans nos pays. On constate en effet plusieurs points importants qui mettent en évidence cette évolution :

Contrairement aux attentats précédents où les médias attendaient une confirmation officielle pour qualifier de terroriste l’acte criminel, le meurtre de Samuel Patty a été quasi immédiatement qualifié de terrorisme islamiste. L’autre élément important réside dans le fait que les médias qualifiaient de “loups solitaires” les auteurs des attentats, pour souligner que le terrorisme n’avait rien à voir avec l’islam. En revanche, l’attentat contre de Samuel Patty a révélé un lien direct avec des imams et des parents d’élèves musulmans. Ces parents participaient à l’endoctrinement des élèves, allant jusqu’à les utiliser pour participer à l’identification du professeur.

On citera avec précision les versets qui ordonnent de combattre et tuer ceux qui offensent Mahomet. Ces versets figurent dans la partie médinoise du Coran. Il s’agit des versets 12 et 65-66 de la Sourate 9. Le troisième élément important réside dans le fait que cet attentat met en évidence la gravité de la situation dans nos écoles : une grande majorité des enseignants témoignent qu’ils subissent des pressions de la part des élèves musulmans. Dans ce cas, on ne peut plus affirmer que l’islamisme ne touche qu’une partie infime des musulmans. Le fait qu’une majorité d’enseignants ressentent cette pression de la part des élèves musulmans révèle une situation particulièrement préoccupante : l’endoctrinement d’une partie importante des enfants musulmans dans nos pays. Ces enfants n’hésitent pas à interdire aux professeurs d’enseigner certains sujets au seul motif qu’ils heurtent leur conviction. Même si ces sujets font partie du programme officiel établi par le Gouvernement français, la plupart des professeurs préfèrent céder aux injonctions qui leurs sont faites. Devant la pression exercée par leurs élèves et le manque de soutien officiel de la part des autorités, ces professeurs cèdent devant les revendications de l’islam politique, ce qui constitue une atteinte grave à la loi républicaine. Contrairement aux déclarations de responsables musulmans sur les médias qui affirment que la décapitation de Samuel Paty est contraire à l’islam, les imams et les parents d’élèves qui ont désigné Samuel Paty au terroriste se basent sur les versets du Coran qui condamnent  sévèrement toute offense envers Mahomet. Sur la vidéo qui suit, on verra le président d’Al Azhar, le plus grand institut musulman, faire référence au commandement du djihad dans le Coran, pour inciter les musulmans à combattre ceux qui offensent Mahomet.

On citera avec précision les versets qui ordonnent de combattre et tuer ceux qui offensent Mahomet. Ces versets figurent dans la partie médinoise du Coran. Il s’agit des versets 12 et 65-66 de la Sourate 9 :

Envers les non musulmans qui offensent Allah et son Prophète, le verset 12 de la Sourate 9 précise :

« Et si, après le pacte (qui lie les pays non musulmans à la Oumma musulmane, comme c’est le cas aujourd’hui pour les pays européens qui autorisent la construction et le financement des mosquées, ainsi que le prosélytisme musulman et la conversion à l’islam de leurs citoyens etc…), ils violent leurs serments (c’est-à-dire les clauses du pacte de paix qui interdit d’offenser l’islam et son Prophète) et attaquent votre religion (ce qui signifie le fait d’attaquer l’islam en offensant Allah et son Prophète), combattez (dans ce passage, Allah s’exprime à l’impératif et donne un ordre. Cet ordre, est valable pour l’éternité en tout temps et en tous lieux. La parole d’Allah est explicite parce qu’il utilise le terme « Qatilou » qui signifie « combattre dans le but de tuer ») les meneurs de la mécréance (par cette expression, le Coran désigne l’ensemble des personnes qui organisent l’offense contre l’islam : dans le cas des caricatures, il s’agit de dessinateurs qui sont les auteurs de ces caricatures et ceux qui les diffusent auprès du public) car, ils ne tiennent aucun serment – peut-être cesseront-ils (d’offenser Allah et son Prophète) ? »

Pour les musulmans qui offensent l’islam, en insultant ou en se moquant d’Allah et de son Prophète, Allah s’adresse ainsi à Mahomet dans les versets 64-65 de la Sourate 9 :

Et si tu interrogeais (ces personnes qui se moquent de l’islam et offensent le Prophète), ils diraient très certainement : « Vraiment, nous ne faisions que bavarder et jouer ». Dis-leur (Allah ordonne au Prophète et par voie de conséquence à tous les musulmans) : « N’est-ce d’Allah, de Ses versets (le Coran) et de Son messager (le Prophète Mahomet) que vous vous moquiez ? Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien rejeté la foi après avoir cru (ce qui signifie que ces personnes sont considérées comme des apostats ayant rejeté l’islam et qui devraient subir la peine capitale conformément au Droit musulman). Si nous pardonnons à une partie des vôtres (s’ils disposent d’excuses solides) , nous en châtierons (le terme « ‘Adhibou » en arabe signifie infliger le supplice ou même la torture. En arabe, le mot « ‘Adhab » signifie torture, alors que le terme « ‘Iqab » signifie est plus général et signifie : punition ou châtiment. Le verset du Coran fait référence au premier terme : au sens littéral, il fait référence au supplice) une autre pour avoir été des criminels (ce qui signifie que l’offense à Allah et à son Prophète constitue un crime). »

Ce passage du Coran confirme que l’offense à Mahomet et à l’islam constituent une apostasie et un acte criminel qui appellent un châtiment sévère. Les jurisconsultes musulmans, d’une manière unanime, comme le montrent les quatre écoles de jurisprudence (Hanafite, Malikite, Chafi’ite et Hanbalite), précisent que ce châtiment est la peine capitale. Ils se basent sur le fait que Mahomet lui-même a ordonné de tuer ceux qui l’offensaient.

La Sunna de Mahomet, par ailleurs, confirme de manière irréfutable la condamnation de celui qui offense le Prophète. Dans le Hadith de Sahih Bukhari (Livre du Djihad, Hadith 158 sur le mensonge dans la guerre), Mahomet pose la question :

« Qui est prêt à tuer Ka’b Ibn Al Ashraf parce qu’il a offensé Allah et son Prophète ?” Muhammad bin Maslama se porta volontaire et demanda qu’on lui accorde le droit de mentir pour mettre en confiance le poète. Mahomet lui confirma qu’Allah accorde ce droit de mentir. Muhammad bin Maslama, avec d’autres sbires, tuèrent et décapitèrent Ka’b Ibn Al Ashraf ».

Le fait que Mahomet a ordonné l’assassinat de Ka’b Ibn Al Ashraf et les autres poètes qui l’avaient offensé, constitue la preuve que la Sunna, comme le Coran, condamne à mort toute personne qui insulte Allah et son Prophète.

Le Droit musulman instaure comme règle éternelle les actes de Mahomet, en conformité avec le verset 21 de la Sourate 33 précise :

« Vous avez dans le Messager d’Allah (Mahomet) un excellent modèle à suivre, pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment. »

Dans le cas de la décapitation de Samuel Paty et du massacre des journalistes de Charlie Hebdo, il ne fait aucun doute que les assassinats ordonnés par Mahomet ont légitimé ces actes terroristes. Personne ne peut affirmer que les actes de Mahomet étaient en contradiction avec les prescriptions d’Allah dans le Coran.

Dans tous les articles et les débats, on ne cite jamais ces versets qui condamnent l’offense envers Mahomet. Tous les imams se contentent de citer uniquement des versets de la partie mecquoise du Coran qui appellent effectivement à la patience et rejettent toute forme de violence.

Le troisième élément important réside dans le fait que cet attentat met en évidence la gravité de la situation dans nos écoles : une grande majorité des enseignants témoignent qu’ils subissent des pressions de la part des élèves musulmans. Dans ce cas, on ne peut plus affirmer que l’islamisme ne touche qu’une partie infime des musulmans. Le fait qu’une majorité d’enseignants ressentent cette pression de la part des élèves musulman, révèle une situation particulièrement préoccupante : l’endoctrinement d’une partie importante des enfants musulmans dans nos pays.

Ces enfants n’hésitent pas à interdire aux professeurs d’enseigner certains sujets au seul motif qu’ils heurtent leur conviction. Même si ces sujets font partie du programme officiel établi par le Gouvernement français, la plupart des professeurs préfèrent céder aux injonctions qui leurs sont faites. Devant la pression exercée par leurs élèves et le manque de soutien officiel de la part des autorités, ces professeurs cèdent devant les revendications de l’islam politique, ce qui constitue une atteinte grave à la loi républicaine.

L’assassinat par égorgement et décapitation n’est pas dû au hasard. Cette façon d’agir fait partie d’un rituel depuis les premiers siècles de l’islam. Cette manière d’assassiner est destiner à terroriser et à jeter l’effroi parmi l’ensemble de la population. Les terroristes font référence au verset 14 de la Sourate 9 :

« Combattez-les. Allah, par vos mains, leurs infligera le supplice (Al ‘Adhab en arabe), les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les poitrines d’un peuple croyant. »

Ces différents éléments devraient être soulignés pour souligner que l’attentat atroce qui a visé Samuel Patty, constitue un tournant significatif dans les actes terroristes commis en France et dans le reste de l’Europe. Espérons que nos responsables politiques agissent avec détermination pour contrecarrer cette évolution sanguinaire.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz