Publié par Dreuz Info le 19 décembre 2020

Voilà ce qu’il pourrait se passer le 6 Janvier au congrès : 

Chaque Etat est appelé alphabétiquement et les votes des électeurs sont alors pris en compte par le président du Sénat (Mike Pence). Mo Brooks (Républicain-Alabama) de la chambre des représentants va contester l’élection dans chacun des états contestés (6). Il l’a déjà annoncé. Et c’est une procédure assez fréquente dans l’histoire des élections.

Il doit avoir l’appui écrit d’un sénateur, on parle de Ted Cruz pour le moment. Ce qui est délicat et périlleux pour l’avenir politique d’un membre du sénat, quelque soit son opinion sur le déroulement de l’élection. 

Ce “duo” est indispensable pour que les deux chambres s’affrontent pendant 2 heures max dans un débat, puis un vote. La chambre des représentants étant à majorité Démocrate devrait s’opposer à la contestation. Le sénat à majorité républicain (52-48, ou 51-49) devrait approuver (mais la difficulté réside dans les RINO comme Mitt Romney ou deux ou trois autres membres qui ont infiltré le parti Républicain et qui sont des anti-trumpistes avérés). Si et seulement si le sénat approuve la contestation du collège électoral, alors on entre dans un territoire constitutionnel inconnu et inédit. Là où les deux chambres s’opposent entre elles aux résultats. (Il faut bien que les deux chambres soient en accord pour approuver une contestation).

Dans ce cas, deux lois s’opposent :

  • La loi fédérale stipule que c’est au gouverneur de chaque Etat contesté de certifier les grands électeurs (et dans ce scénario, les Démocrates ont 4 gouverneurs sur les 6 états contestés), et donc Biden est confirmé.
  • La constitution stipule que c’est aux législateurs de chaque Etat de certifier les grands électeurs, c’est pour cela que l’équipe Trump a demandé aux législateurs Républicains de voter pour des grands électeurs alternatifs le 14 décembre dernier. Dans cette option, Trump passe. 

La cour suprême pourrait alors avoir à intervenir pour décider qui des gouverneurs ou des législateurs aura autorité. Sans même statuer sur la fraude évidente. 

Cela réduit les chances de Donald Trump mais sans en fermer les options. L’élection risque de se jouer avec ces RINOS (Republicains In Name Only). Et la pression va s’accentuer sur eux. 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manu Aboucaya pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading