Publié par Verlaine le 31 décembre 2020

Lorsque dans un billet publié sur le blog Médiapart, Houria Bouteldja écrit : « On ne peut pas être Israélien innocemment »,

Toute l’intelligentsia française a d’une seule voix dénoncée les propos tenus par la militante indigéniste. On était donc nombreux à attendre des suites judiciaires dans cette affaire.

Plus d’une semaine après, toujours pas de nouvelles du côté des experts es procédures, sauf la Licra qui a fait un communiqué dans lequel elle dit « Examiner l’opportunité de saisir la justice ». Oui vous lisez bien et vous avez bien compris le fond de cette phrase, la ligue contre le racisme et l’antisémitisme réfléchit à l’opportunité de porter plainte, ce n’est pas une blague… M’enfin, comment peut-on nous prendre pour des ignares ?

Les propos de madame Bouteldja sont absolument inacceptables, surtout quand on les inscrit dans le contexte où ils ont été écrits, en réaction aux attaques contre les personnes qui ont fait preuve d’insultes antisémites contre Miss Provence.D’ailleurs, si l’hébergeur du blog, Médiapart, n’avait eu aucun doute sur le caractère haineux de la publication de l’activiste née en Algérie, il ne l’aurait pas supprimé, c’est pour dire.

Où sont SOS RACISME, la LDH, le CRIF, le MRAP et autres associations si promptes à se constituer parties civiles pour moins que ça ?

Imaginons un seul instant Éric Zemmour écrire « On ne peut pas être algérien innocemment » ou « On ne peut pas être malien innocemment », l’intellectuel aurait droit à une levée de boucliers de tous les objecteurs de conscience, des plaintes en cascades seraient sur le bureau du procureur, le parquet se serait peut-être auto-saisi, on aurait à n’en point douter une mobilisation pour faire pression sur l’employeur du journaliste, il serait banni des médias et des annonceurs refuseraient de diffuser des messages publicitaires sur les canaux hébergeant encore des émissions avec Zemmour.

Mais quand il s’agit de dame Houria Bouteldja, le système hésite pour une saisine de la justice, mieux, son employeur Jack Lang, patron de l’Institut du Monde Arabe s’est fendu d’un communiqué assez clair dans lequel il estime n’avoir aucun problème avec Houria Bouteldja…

Circulez il n’y a rien à voir !!

Depuis 2011 cette antisémite qui en vérité est dans un combat anti-blanc, malgré des propos pouvant tomber sous le coup de la loi, est très rarement inquiétée, de quoi se poser cette question :

Mais qui protège Houria Bouteldja ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Verlaine pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

46
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz