Publié par Guy Millière le 2 janvier 2021

L’année qui vient de s’achever restera l’une des plus sombres de l’ère contemporaine.

Ce qui l’a rendue très sombre est, bien sûr, l’irruption de la pandémie provoquée par le coronavirus chinois avec la complicité active du gouvernement communiste de Chine et de l’OMS, et la pandémie a tué des centaines de milliers de personnes sur la planète. Mais la pandémie n’a été qu’un élément de ce qui a rendu l’année 2020 aussi sombre.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Les décisions prises face à la pandémie ont été tout aussi cataclysmiques, voire davantage, que la pandémie.

De nombreux gouvernements occidentaux ont pris des décisions ineptes qui ont aggravé le mal, et ont ajouté des décisions ineptes aux décisions ineptes, avec pour conséquence des dégâts économiques et sociaux absolument immenses et des dégradations des libertés les plus élémentaires qui laisseront des traces.

Certains de ces gouvernements ont même vu, on peut raisonnablement le penser, dans les dégradations de libertés une manière d’étouffer le mécontentement des populations et de faire accepter un glissement vers un fonctionnement politique de type autoritaire.

Les démocraties d’Europe occidentale sont, pour la quasi-totalité d’entre elles durement touchées, et les dégâts économiques et sociaux y ont accentué un déclin déjà très marqué, les dégradations des libertés y ont elles-mêmes accentué l’érosion des libertés qui s’y disséminait déjà.

La démocratie américaine a subi une attaque sans précédent, et quand bien même les dégâts économiques et sociaux et les dégradations des libertés y ont été moins intenses qu’en Europe occidentale, cette attaque a conduit à une fraude électorale massive et à un coup d’Etat qui ne dit pas son nom et qui, s’il conduit à l’installation au pouvoir d’un imposteur corrompu  vendu à la Chine, conduira à des  dégâts économiques et sociaux et à des dégradations des libertés très graves dont les conséquences seront planétaires. .

Se sont ajoutées des actions de corruption de la médecine qui ont conduit à écarter, et dans certains pays, éliminer, un médicament efficace, mais peu rentable pour les grands laboratoires et à promouvoir des médicaments inefficaces mais très rentables, et ces actions, dès lors qu’elles ont ajouté des morts aux morts, ont été criminelles.

On a vu poindre dans ce contexte global un projet totalitaire qui lui-même ne dit pas son nom et dont le coup d’Etat qui ne dit pas son nom présentement en cours aux Etats Unis fait partie intégrante.

Ce projet se présente comme une “grande réinitialisation”, et se décrit, selon le slogan adopté par ses concepteurs, “Build back better” (reconstruire en mieux), comme un projet de reconstruction d’ensemble après une destruction globale.

Et ce projet peut conduire à se demander si la destruction n’a pas été voulue aux fins que la reconstruction envisagée puisse se faire sur les ruines et les décombres d’un monde ancien qui se trouverait relégué dans le révolu.

On verra davantage dans les semaines à venir ce que les concepteurs du projet entendent mettre en avant, mais on peut sans attendre discerner qu’au terme de l’année 2020, il y a des perdants et des gagnants.

Les perdants sont tous les peuples du monde occidental, qui sont plus pauvres et moins libres, mais aussi les peuples du monde sous développé, car toutes les analyses montrent que lorsque les peuples occidentaux deviennent plus pauvres, les peuples de pays déjà pauvres deviennent plus pauvres encore.

Les perdants sont aussi les pays occidentaux comme tels, car ils sont tous très affaiblis et très détériorés.

Les gagnants sont les milliardaires qui rêvent de constituer une nomenklatura mondiale et de mettre en place une “gouvernance planétaire”.

Ils sont aussi les membres de la nomenklatura chinoise à laquelle les milliardaires susdits sont très liés, et la “gouvernance planétaire” qui pourrait se profiler si la “grande réinitialisation”  devait avancer pourrait s’inspirer du modèle chinois: des dirigeants hors d’atteinte pour le commun des mortels décidant de ce qui doit se faire, de ce qui peut se dire et se penser, et en dessous d’eux, des gens qui font ce qu’on leur dit de faire, disent ce qu’on leur dit de dire, pensent ce qu’on leur demande de penser.

Cela ressemblerait à un cauchemar, je sais, mais le cauchemar, si on observe ce qui se passe en ce moment n’est peut-être pas aussi éloigné qu’on l’imagine.

L’Union Européenne avance dans cette direction. Les Etats-Unis après le coup d’Etat, si celui-ci réussit, avanceront dans cette direction eux aussi.

Les dirigeants chinois se réjouissent sans chercher à cacher leur joie. Les milliardaires susdits se réjouissent eux aussi.

J’aimerais souhaiter une bonne année 2021 à ceux qui me lisent.

Je crains, au vu de ce que je viens d’écrire, que l’année 2021 ne soit plus sombre encore que l’année 2020.

J’espère vivement me tromper, bien sûr…

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

21
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz