Publié par Magali Marc le 3 janvier 2021

Onze Sénateurs républicains demandent la création d’une commission électorale chargée de vérifier les résultats. C’est une belle initiative qui les honore mais même s’ils obtiennent gain de cause, il est peu probable que cela favorise la réélection de Donald Trump. En fait, la liste des votes électoraux des États fraudeurs ne sera rejetée que si la Chambre et le Sénat votent tous deux en ce sens. Compte tenu de la majorité démocrate à la Chambre des Représentants et de la pression les leaders républicains au Sénat afin que les Sénateurs républicains certifient les votes des Grands électeurs, cela ne risque pas de se produire. À moins, que l’opportuniste, Mitch McConnell, sentant le vent tourner, ne change d’avis et entraîne les autres …

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit (en le modifiant quelque peu) le texte du reportage d’Adam Shaw, paru sur le site de Fox News, 2 janvier.

***************************

Des sénateurs du GOP, menés par Cruz, s’opposent à la certification du Collège électoral et demandent un audit d’urgence

Un groupe de sénateurs républicains dirigé par le Sénateur du Texas, Ted Cruz, s’opposera à la certification des résultats de l’élection présidentielle du 6 janvier prochain, à moins qu’une commission électorale ne prenne dix jours afin de procéder à un audit d’urgence des résultats électoraux du 3 novembre.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

M. Cruz et les autres sénateurs affirment que l’élection du 3 novembre « fait l’objet d’allégations sans précédent de fraude électorale et de conduite illégale ».

Ted Cruz a obtenu l’appui des Sénateurs. Ron Johnson (Wisconsin), James Lankford (Oklahoma), Steve Daines (Montana), John Kennedy Lousiane), Marsha Blackburn (Tennessee), et Mike Braun (Indiana), ainsi que Cynthia Lummis (Wyoming), Roger Marshall (Kansas), Bill Hagerty (Tennessee), et Tommy Tuberville (Alabama).

Leur effort est distinct de celui annoncé par le sénateur Josh Hawley (Montana) qui a déclaré la semaine dernière qu’il s’opposerait à ce qu’il considère comme étant l’échec de certains États – notamment la Pennsylvanie – à respecter leurs propres lois électorales.

La fraude électorale a posé un défi persistant dans nos élections, bien que son ampleur et sa portée soient contestées », ont déclaré les sénateurs, samedi, dans un communiqué. « Les allégations de fraude et d’irrégularités lors des élections de 2020 sont plus nombreuses que jamais.

À ce jour, des douzaines d’actions en justice intentées par l’équipe juridique de M. Trump et ses partisans ont été rejetées par les juges de plusieurs États.

Une source, familière de cette action ultime des sénateurs républicains, a déclaré à Fox News que c’est M. Cruz qui a orchestré l’initiative quelques jours avant la session conjointe du Congrès mercredi (le 6 janvier) qui doit approuver officiellement les votes du Collège électoral.

Les sénateurs affirment qu’il existe des précédents de Démocrates s’opposant aux résultats des élections de 1969, 2001, 2005 et 2019.

« (…) tant en 1969 qu’en 2005, un sénateur démocrate s’est joint à un membre démocrate de la Chambre pour forcer les votes dans les deux chambres sur l’acceptation ou non des électeurs présidentiels contestés », ont-ils déclaré.

Les sénateurs demandent au Congrès de nommer une commission chargée de procéder à un audit d’urgence d’une durée de dix jours des résultats des élections dans les États où les résultats sont contestés.

Ils citent comme précédent l’élection de 1877 entre Samuel Tilden et Rutherford Hayes lors de laquelle il y a eu des allégations de fraude dans plusieurs États :

En 1877, le Congrès n’a pas ignoré ces allégations et les médias n’ont pas non plus simplement rejeté ceux qui les ont soulevées comme étant des radicaux essayant de saper la démocratie » ont-ils écrit dans leur déclaration. «Au lieu de cela, le Congrès a nommé une commission électorale — composée de cinq sénateurs, cinq membres de la Chambre et cinq juges de la Cour suprême — pour examiner et résoudre les rapports contestés. Nous devrions suivre ce précédent. Le Congrès devrait immédiatement nommer une Commission électorale, avec un pouvoir d’investigation et d’enquête complet, pour mener un audit d’urgence de 10 jours des résultats électoraux dans les états contestés. Une fois cette vérification terminée, chaque État évaluera les conclusions de la Commission et pourrait convoquer une session législative spéciale pour certifier un changement dans leur vote, si nécessaire.

Si cela ne se produit pas, les sénateurs ont l’intention de voter contre la certification :

En conséquence, nous avons l’intention de voter le 6 janvier pour le rejet des électeurs des États contestés comme n’ayant pas été nommés «régulièrement » et « légalement certifiés » (la condition requise par la loi), à moins que et jusqu’à ce que cet audit d’urgence de 10 jours soit terminé.

Il n’est pas certain qu’ils rallieront davantage de Républicains à leur cause, étant donné que le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a accepté publiquement la victoire de Biden. Bien que les sénateurs notent que la plupart des Démocrates et certains Républicains voteront pour certifier les résultats, ils affirment qu’un audit augmenterait la confiance du public dans le processus.

Ce sont des questions dignes du Congrès, et dont la défense nous a été confiée. Nous ne prenons pas cette action à la légère. Nous n’agissons pas pour contrecarrer le processus démocratique, mais plutôt pour le protéger. Et chacun d’entre nous devrait agir de concert pour s’assurer que l’élection a été menée légalement en vertu de la Constitution et pour faire tout ce qui est en notre pouvoir pour rétablir la foi dans notre Démocratie.

L’initiative de ces Sénateurs marque une victoire pour le Président Trump qui conteste les résultats de l’élection.

M. Trump a affirmé à plusieurs reprises qu’il avait battu Biden, lequel a frauduleusement fait basculer un certain nombre d’États, dont la Géorgie et l’Arizona, pour obtenir les 270 voix du Collège électoral nécessaires pour arriver à la Maison Blanche.

La campagne de M. Trump a donné lieu à un certain nombre de contestations judiciaires, tandis que M. Trump lui-même a exhorté les États dotés de gouverneurs et de corps législatifs républicains à annuler les victoires de M. Biden – car selon lui, la fraude électorale généralisée a fait pencher la balance.

Les dirigeants du GOP au Sénat s’opposent aux efforts visant à contester la victoire de M. Biden. Le Sénateur McConnell a exhorté les Républicains à huis clos à ne pas contester les résultats des élections.

Mais si le groupe de Sénateurs du GOP s’y oppose, ainsi que les Républicains de la Chambre des Représentants, la session conjointe du Congrès sera dissoute, et la Chambre et le Sénat se réuniront alors séparément pour débattre des votes électoraux de tout État contesté.

Ensuite, chaque Chambre votera pour accepter ou rejeter les votes contestés. Puis, la Chambre et le Sénat se réuniront à nouveau en session conjointe.

À la Chambre des Représentants, au moins 10 Représentants nouvellement élus devraient soutenir la proposition du représentant Mo Brooks (Alabama), de s’opposer à la certification.

La dernière fois que cela s’est produit (c’était seulement la deuxième fois dans l’histoire des États-Unis), c’était en janvier 2005, après la victoire serrée du Président George W. Bush sur son adversaire démocrate John Kerry du Massachusetts lors de sa réélection.

Une Démocrate du Sénat – Barbara Boxer (Californie) – et une Démocrate de la Chambre des Représentants – Stephanie Tubbs Jones (Ohio) – se sont opposées à la réélection.

En 2017, une poignée de Démocrates de la Chambre des Représentants s’est opposée à la victoire de Trump sur Hillary Clinton, mais aucun Démocrate du Sénat ne les a appuyés.

La liste des votes électoraux d’un État ne sera rejetée que si la Chambre et le Sénat votent tous deux en ce sens, ce qui est peu probable compte tenu de la majorité démocrate à la Chambre des Représentants et de la pression exercée par les dirigeants du GOP au Sénat afin qu’ils certifient les votes des Grands électeurs.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Foxnews

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz