Publié par Jean-Patrick Grumberg le 9 janvier 2021

La grande purge a commencé. Les conservateurs se battent pour leur droit d’exister dans un pays censé être libre. Et ils perdent. Ils vont faire disparaître tout mouvement pro-Trump de l’internet.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Ce que nous vivons est effrayant. L’histoire se répète, le mur de Berlin vient d’être reconstruit ; le régime soviétique est debout. Les presses clandestines s’installent et s’organisent : Parler, Signal, Rumble etc. et Big Tech les pourchasse au fur et à mesure qu’elles apparaissent. Les Démocrates ne sont même pas encore aux commandes… que nous réservent-ils à partir du 20 janvier ?

Big Tech a le pouvoir de nous effacer complètement de la vie moderne. Toute notre liberté d’expression est liée à des moyens de communication qu’une poignée de gauchistes à l’âme totalitaire contrôlent. L’idée qu’ils peuvent exercer le pouvoir de censure sans aucune contrainte légale est une folie dont on parle depuis longtemps. Cette idée est devenue réalité. Il leur fallait un prétexte. Ce fut le Capitole.

Facebook, Twitter, Google, Apple, etc. agissent tous de concert avec le parti Démocrate aux Etats-Unis, et avec tous les gouvernements occidentaux qui aiment tenir leur peuple d’une main de fer, les faire taire, en jurant qu’ils vivent dans le pays des droits de l’homme.

Ces entreprises de la Silicon Valley contrôlent le flux d’informations de 3 milliards de personnes sur terre, et en appuyant sur un bouton, ils peuvent faire taire ceux qu’ils n’aiment pas. C’est la plus grande force de censure que la race humaine ait jamais connue.

Ces entreprises sans lesquelles la vie moderne est impossible viennent d’annoncer qu’elles contrôlent le système politique américain pour le bénéficie du parti Démocrate – qui vient de capturer par la fraude la présidence et le Congrès.

Le sénateur démocrate Ron Wyden a appelé les sénateurs républicains Ted Cruz et Josh Hawley à démissionner pour leur rôle dans la « formation d’une foule violente ». S’ils ne démissionnent pas, Big Tech se chargera de les faire disparaître. Sans les réseaux sociaux, aucun politicien ne peut espérer se faire élire.

Coup d’envoi

Le directeur de la FCC, Ajit Pai, a déclaré que son agence ne travaillerait pas à l’application du décret du président Trump concernant la responsabilité des réseaux sociaux au titre de l’article 230.

Il a ainsi donné le feu vert aux Big Tech, qui ont lancé une purge dont nous ne voyons que le début et qui a pour objectif de museler les dissidents. Entre le moment où j’ai commencé la rédaction de cet article, et le moment de sa publication, le compte du président Trump et ses 88,7 millions d’abonnés a été effacé.

  • Twitter a suspendu les comptes suivants :
    • @realDonaldTrump
    • @POTUS
    • @thedonalddotwin
    • @garycoby
    • @TeamTrump
  • Twitter a suspendu le compte du général Flynn.
  • Tracy Beanz, Editrice en chef de @UncoverDC (exposer la corruption de Washington) a été suspendue.
  • Le compte de l’avocate Sidney Powell a été suspendu.
  • Le compte d’un autre avocat, qui vient de poster des documents de la Cour, a été suspendu : @Techno_Fog a été suspendu pour avoir posté des documents/analyses juridiques sur le général Flynn. L’avocat avait reçu et publié de nombreux documents de la Cour sur Jeffrey Epstein, et a déterré des documents de la Cour datant de 20 ans sur David Asimov, fils d’Isaac Asimov, et son arrestation en 2000 pour pornographie infantile. Son compte a constamment battu tous les médias grand public sur l’affaire de la Cour Flynn. Il postait essentiellement des documents légaux disponibles publiquement.
  • Le journaliste @ElijahSchaffer a été interdit par Facebook et Instagram.
  • Facebook vient d’interdire le conservateur gay @BrandonStraka qui a initié le mouvement WalkAway de gens qui ont quitté le parti Démocrates. WalkAway n’a pas été mêlé aux émeutes.
  • Le commentateur politique Matt Walsh vient d’écrire :

 » Juste pour ajouter au refrain, j’ai perdu environ 5 000 abonnés Twitter. Il est clair que Twitter est en train d’anéantir les comptes conservateurs. C’est pourquoi le nombre de vos abonnés diminue. C’est la plus grande purge que nous ayons vue, et pas la dernière. »

  • Ron, un commentateur politique prolixe a également vu son compte Twitter suspendu.
https://twitter.com/maggmountains/status/1347656629102194691?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1347656629102194691%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.zerohedge.com%2Fpolitical%2Fcancel-crusade-reignites-reddit-bans-pro-trump-forum-facebook-unpersons-walk-away%3Futm_source%3Dfeedburnerutm_medium%3Dfeedutm_campaign%3DFeed3Azerohedge2Ffeed28zerohedge-onalongenoughtimeline2Cthesurvivalrateforeveryonedropstozero29
  • Reddit a encore interdit un forum pro-Trump,/r/DonaldTrump « à cause des violences au Capitole américain ».
  • YouTube a fermé le podcast de la War Room de Steve Bannon– Un des meilleurs podcasts des Etats-Unis.
  • Twitter a banni définitivement le compte du célèbre conservateur Rush Limbaugh.
  • Twitter a suspendu le compte Twitter officiel de la campagne Trumpcam, @TeamTrump, après avoir publié du contenu anti-Biden : il est interdit de critiquer Biden.
  • Dan Bongino a également été suspendu.

(Mais Téhéran peut poster sur Twitter des tweets antisémites et anti-israéliens, la Chine peut censurer son peuple avec l’aide de Google, envoyer des Ouïghours dans de prétendus camps de « rééducation », faire disparaître des citoyens sans suspendre aucun compte appartenant à des communistes chinois.)

Apple menace de bannir Parler.com– l’alternative de libre expression à Twitter– à moins que le service n’adopte des politiques de censure draconiennes exigées par les oligarques de gauche de Big Tech, selon deux sources familières avec les menaces d’Apple.

Le PDG de Parler John Matze a répondu à la menace d’Apple de dégager son Appli de l’App Store.

« … Apple croit qu’ils sont dans une position politique suffisamment forte pour protéger leurs intérêts anticoncurrentiels… ».

Comme il résistait, Google s’est joint à Apple et menace aussi de retirer Parler du Google Play Store, à moins que Parler ne commence à censurer le contenu.

Mise à jour : Google a supprimé Parler du Google Store.

  • L’éditeur Simon & Schuster a décidé d’annuler la publication du livre à venir du sénateur Josh Hawley, parce qu’il a dirigé les sénateurs républicains qui ont contesté les listes des grands électeurs– dans le strict respect de ses droits constitutionnels.

Et bien entendu, la présidente de la Chambre Nancy Pelosi veut que les officiers militaires interdisent au commandant en chef, le président des Etats-Unis, d’exercer son autorité constitutionnelle en vertu de l’article II.

Pendant ce temps, les démocrates du Congrès veulent à la fois faire démettre le président au titre de l’article 25 de la Constitution– cela ne se produira pas et le vice-président Pence a rejeté la répugnante demande, et déclenché une nouvelle mesure d’impeachment, un nouveau coup d’État.

La cancel culture se déchaîne en force. Elle se sert du prétexte du « raid » du Capitole pour justifier ses actions de censure, alors qu’elle a donné à son propre camp un laissez-passer pendant les quatre mois de violence suite à la mort de George Floyd, et n’a jamais censuré la rhétorique insultante contre Trump et ses partisans.

  • Twitch et Snapchat ont désactivé les comptes de Trump.
  • Shopify a supprimé deux boutiques en ligne affiliées au président.
  • Facebook et Instagram ont interdit à Trump de publier des messages pendant au moins deux semaines et ont dû répondre à des appels pour le virer définitivement du site, notamment de l’ancienne première dame Michelle Obama.
  • Twitter a gelé le compte de Trump mercredi avant de le rétablir jeudi après avoir supprimé les tweets « problématiques ». Mais dans une lettre interne adressée au directeur général Jack Dorsey et à ses cadres supérieurs, environ 350 employés de Twitter ont demandé une décision claire concernant les tweets du président.
  • YouTube a annoncé qu’il accélérait la suppression de toutes les vidéos parlant ou documentant la fraude électorale.

L’objectif : la fin de tout mouvement pro-Trump sur Internet, la disparition des voix conservatrices. C’est la grande purge. Et si les suppressions de compte pour « violation des règles de la communauté » ne suffisent pas, l’administration Biden va donner un coup de pouce au Big Tech en créant le délit de « terrorisme intérieur »– contre les supporters de Trump.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

115
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz