Publié par Jean-Patrick Grumberg le 14 janvier 2021

Lorsque seulement trois présidents ont fait l’objet d’un impeachment en moins de deux cents ans, mais qu’un président est mis en accusation trois fois (et aucune n’a abouti à sa destitution), c’est le congrès qui s’attire la honte, pas le président.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Seuls trois présidents américains ont été mis en accusation avant Donald Trump : Andrew Johnson en 1868, Bill Clinton en 1998, tandis que Richard Nixon a démissionné avant de pouvoir être mis en accusation en 1974.

  • La procédure d’impeachment de Johnson a duré 83 jours,
  • Celle de Clinton a duré 37 jours,
  • La première procédure de Trump a échoué au vote (364 contre 58), en décembre 2017 (1),
  • La seconde a duré 21 jours, et Trump a été acquitté lorsque le sénat, qui a seul le pouvoir de destitution, a examiné les charges,
  • La troisième n’a duré que 8 heures ! Nancy Pelosi et les Démocrates se sont totalement ridiculisés et ils ont discrédité la procédure, qui a été prévue par la constitution pour des motifs de la plus grande gravité et non parce que la tête du président leur déplaît.

Les médias représentent une chambre d’écho tellement puissante que les gens finissent malgré eux par être influencés, et par croire que ce que rapportent les médias représente l’opinion publique. C’est en réalité tout l’inverse :

  1. 82% des Américains désapprouvent le Congrès, seulement 15% approuvent son travail.
  1. Donald Trump a été élu la personnalité la plus admirée par les Américains en 2020, selon Gallup, supplantant Barack Obama.
  2. Une grosse majorité de 60% des électeurs américains est hostile à l’impeachment, selon le sondage McLaughlin.
  3. 100% des journalistes des grands médias sont fous de joie de cette destitution – même si elle est tombée à l’eau, parce que le réel ne les concerne plus.

Quant au fond, il est maintenant établi de manière certaine (2) – et cela est confirmé par les médias de gauche – que l’émeute au Capitole a été préméditée, préparée depuis bien avant le discours du président Trump qui a soi-disant mis le feu aux poudres, et la transcription du discours innocente totalement Donald Trump : à aucun moment est-il fait mention d’une quelconque insurrection ou d’une attaque – bien au contraire.

Alors, qui s’est discrédité dans cette affaire ? Qui est ridiculisé ? Le Congrès qui a fait le guignol pour faire plaisir aux journalistes et aux excités de gauche, ou le président Trump ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.texastribune.org/2017/12/06/us-rep-al-green-begins-bid-force-impeachment-vote-us-house-floor/
  2. https://www.dreuz.info/2021/01/13/cinq-preuves-irrefutables-que-trump-na-pas-incite-a-la-violence-au-capitole/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

41
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz