Publié par Pierre Rehov le 15 janvier 2021
Dennis Prager

Comme mes auditeurs et mes lecteurs peuvent en témoigner, j’ai passé ma vie à chercher à comprendre la nature et le comportement humains. Je suis triste de constater que j’ai appris davantage ces dernières années, en particulier en 2020, qu’au cours de toute autre période équivalente.

L’une des plus grandes révélations concerne une question qui m’a toujours tourmenté : Comment expliquer le « bon Allemand », le terme utilisé pour décrire l’Allemand moyen, vraisemblablement décent, qui n’a rien fait pour blesser les Juifs mais aussi pour les aider et qui n’a rien fait pour saper le régime nazi ? La même question pourrait être posée au sujet du Français moyen à l’époque de Vichy, du Russe moyen sous Lénine, de Joseph Staline, de Leonid Brejnev et de leurs successeurs, et des millions d’autres qui n’ont rien fait pour aider leurs concitoyens sous des dictatures oppressives.

Ces dernières années m’ont appris à ne pas juger aussi rapidement l’Allemand, le Russe, etc. Bien sûr, je continue à juger les Allemands qui ont aidé les nazis et les Allemands qui ont fait du mal aux Juifs de quelque façon que ce soit. Mais les Allemands qui n’ont rien fait ? Pas si vite.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Ce qui a changé ma façon de penser, c’est de regarder ce qui se passe en Amérique (et au Canada, en Australie et ailleurs, d’ailleurs).

Combien d’Allemands connaissaient la vérité et n’ont rien dit ?

La facilité avec laquelle des dizaines de millions d’Américains ont accepté des restrictions irrationnelles, anticonstitutionnelles et sans précédent de type État policier à leurs libertés, y compris même la liberté de gagner sa vie, a été, pour ne pas dire plus, révélatrice.

Il en va de même pour l’acceptation par la plupart des Américains de la censure rampante sur Twitter et toutes les autres grandes plateformes de médias sociaux. Même les médecins et autres scientifiques sont privés de la liberté d’expression si, par exemple, ils offrent un soutien scientifique à l’hydroxychloroquine en même temps que le zinc pour traiter le COVID-19 dans les premiers stades. Le Dr Vladimir Zelenko, médecin certifié, qui a sauvé des centaines de patients atteints de la COVID-19 de la souffrance et/ou de la mort, a été interdit de Twitter pour avoir fait connaître son protocole d’hydroxychloroquine et de zinc qui leur a sauvé la vie.

La moitié de l’Amérique, la moitié non gauche, a peur de dire ce qu’elle pense dans pratiquement toutes les universités, les studios de cinéma et les grandes entreprises – en fait, sur pratiquement tous les lieux de travail. Les professeurs qui disent tout ce qui offense la gauche craignent d’être ostracisés s’ils sont titularisés et d’être licenciés s’ils ne le sont pas. Les gens sont socialement ostracisés, honteux en public et/ou licenciés pour avoir été en désaccord avec Black Lives Matter. Et peu d’Américains s’expriment. Au contraire, lorsque les manifestants du BLM exigent que les dîneurs à l’extérieur des restaurants lèvent le poing pour montrer leur soutien au BLM, presque tous les dîneurs le font.

Biden n’est pas un dictateur, juste un politicien corrompu, mais ce n’est qu’un pantin de l’extrême-gauche et de la Chine.

Alors, qui sommes-nous pour condamner l’Allemand moyen qui a fait face à la Gestapo s’il n’a pas salué Hitler ou le Russe moyen qui a fait face au NKVD (la police secrète et l’agence de renseignement qui a précédé le KGB) s’il n’a pas démontré un enthousiasme suffisant pour Staline ? Les Américains sont confrontés à la culture d’annulation de la gauche, mais pas à la police secrète de gauche ni aux camps de rééducation. (Du moins pas encore – je ne doute pas que la gauche enverrait des conservateurs au franc-parler dans des camps de rééducation si elle le pouvait).

J’en suis venu à comprendre l’Allemand moyen vivant sous le nazisme et le Russe moyen vivant sous le communisme pour une autre raison : le pouvoir des médias de faire un lavage de cerveau.

La Garde Nationale s’est « emparée » du Capitole avant l’inauguration de Biden La Triche

En tant qu’étudiant du totalitarisme depuis mes études supérieures à l’école des affaires internationales de l’Institut russe de l’Université de Columbia (comme on l’appelait alors), j’ai toujours cru que seule une dictature pouvait entraîner un lavage de cerveau dans une société. J’avais tort. Je comprends maintenant qu’un lavage de cerveau de masse peut avoir lieu dans une société théoriquement libre. Le battement de tambour incessant de la gauche, du New York Times, du Washington Post, du Los Angeles Times et de presque tous les autres grands journaux, plus The Atlantic, The New Yorker, CNN, ABC, CBS, NBC, PBS, NPR, tout Hollywood et presque toutes les écoles, du jardin d’enfants à l’université, a lavé le cerveau d’au moins la moitié de l’Amérique aussi efficacement que l’a fait (et le fait encore dans ce dernier cas) la presse communiste allemande, soviétique et chinoise. Que des milliers d’écoles enseignent le mensonge qu’est le « Projet 1619 » du New York Times en est un exemple parmi d’autres.

Avant les fermetures, je prenais l’avion presque chaque semaine de l’année, et j’étais donc régulièrement approché par des personnes qui me reconnaissaient. De plus en plus, j’ai remarqué que les gens regardaient autour d’eux pour voir si quelqu’un était à portée de voix, puis me le disaient presque à voix basse : « Je soutiens Trump » ou, « Je suis un conservateur ». La dernière fois que les gens ont regardé autour de moi et m’ont murmuré des choses, c’était lorsque je visitais l’Union soviétique.

Au Québec, le week-end dernier, comme on peut le voir sur une vidéo virale, une famille a été condamnée à une amende et des membres ont été arrêtés parce que six – oui, six – personnes se sont réunies pour célébrer la nouvelle année. Un voisin les a dénoncés, et les célébrants ont été dûment arrêtés. Le gouvernement du Québec a loué les mouchards et a demandé plus de « collaboration » publique.

Les mouchards sont également loués et encouragés dans certains États et villes d’Amérique dirigés par les démocrates (le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, a déclaré en mars : « Les mouchards sont récompensés ») et par les gouvernements de gauche en Australie. Beaucoup d’Américains, de Canadiens et d’Australiens sont heureux de dénoncer les personnes qui refusent de mettre leur vie entre parenthèses.

Tout cela se passe sans camps de concentration, sans Gestapo, sans KGB et sans camps de rééducation maoïstes.

C’est pourquoi je ne juge plus l’Allemand moyen aussi facilement qu’avant. L’apathie face à la tyrannie ne se révèle pas être une caractéristique allemande ou russe. Je n’aurais jamais pensé que cela puisse arriver en Amérique.

Dennis Prager est un animateur et chroniqueur de talk-show radio, diffusé à l’échelle nationale. Son dernier livre, publié par Regnery en mai 2019, est « The Rational Bible », un commentaire sur le livre de la Genèse. Son film, « No Safe Spaces », a été diffusé dans tout le pays le 15 septembre 2020. Il est le fondateur de l’université de Prager et peut être contacté à l’adresse suivante : dennisprager.com.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Source : Saraacarter

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

33
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz