Publié par Magali Marc le 17 janvier 2021

Les Démocrates croient qu’ils peuvent arriver et se maintenir au pouvoir en faisant taire toute dissidence. Mais ils ne voient pas qu’ils ne sont pas en phase avec la plupart des Américains. Les Américains, surtout les Conservateurs travaillent et s’occupent avant tout de leur famille. Ils souhaitent payer moins d’impôt et ne veulent pas que le gouvernement intervienne trop souvent dans leur vie. Ce ne sont pas des militants, ils donnent l’impression d’être passifs sur le plan politique. Ils n’ont pas apprécié le confinement dû à la pandémie et ils ont été écœurés par les émeutes de l’an dernier. Les Démocrates ont beau faire déplatformer par les Big Tech tous ceux qui dénoncent les fraudes électorales, il n’en reste pas moins qu’une majorité d’Américains croient qu’il y a eu fraude. L’effet boomerang qu’ils susciteront ne manquera pas de les surprendre.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de William L. Gensert, paru sur le site d’American Thinker, le 15 janvier.

*******************

Essayez de nous faire disparaître à vos propres risques

Les gauchistes ont redéfini le langage. Ce sont eux qui décident du sens des mots. Le silence peut devenir «violence». La violence et la destruction réelles peuvent parfois être « essentiellement pacifiques » ou dans d’autres circonstances deviennent «insurrection» ou «sédition».

Contrôlez le sens des mots et vous contrôlez le récit — contrôlez le récit et vous contrôlez la communication. Grâce au contrôle de la communication, par le biais des médias sociaux comme Twitter, Instagram et Facebook, ils espèrent contrôler l’Amérique et les Américains.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

C’est pourquoi les Démocrates perçoivent Donald Trump comme un danger ; il a utilisé Twitter avec brio, niant leur contrôle narratif. Ils ont passé quatre ans à essayer de le détruire à coup de mensonges.

Pourtant, les élites de la gauche se sont condamnées à l’échec par leur incompétence et une mauvaise compréhension des raisons pour lesquelles les gens ont élu M. Trump en premier lieu.

Les émeutes de la colline du Capitole ont terrifié la gauche car elles se sont produites alors que les Démocrates étaient sur le point de triompher d’un électorat insipide qu’ils pensaient trop lâche pour se défendre. Ils détestent les Américains et ont si peu de respect pour nous qu’ils n’ont fait aucun effort pour dissimuler les fraudes électorales.

Pour les Démocrates, l’assaut du Capitole le 6 janvier a été leur pire cauchemar, les plongeant au plus profond de leur insécurité et de leurs peurs – cela leur a montré que leur emprise sur les rênes du pouvoir était au mieux ténue et au pire illusoire.

Quand ils ont vu ces gens dans le bâtiment du Capitole, pas un seul Démocrate n’a pensé à essayer de leur parler. Trop effrayés, ils ont tourné le dos et ont fui ces mal lavés.

En toutes choses, la gauche est motivée par la haine. Le Parti Démocrate est une organisation haineuse. Aveuglés par leur animosité envers l’Amérique et une haine viscérale pour les Américains, ils ont vu dans les émeutes de la COVID et de Floyd des opportunités à saisir afin de prendre le contrôle sur « Nous le peuple ».

À l’inverse, ils ont vu dans le chaos devant le Capitole, une attaque du 11 septembre 2001 ou la tragédie de Pearl Harbor.

Plus horrible encore, ils savaient aussi qu’il ne s’agissait pas seulement des partisans de M. Trump.

Les militant d’Antifa infiltrés, comme l’homme au sac à dos et au chapeau noir qui a intimidé l’officier et brisé la fenêtre avec l’outil caché dans sa main juste avant qu’Ashli Babbitt ne soit abattue, ont contribué à transformer une manifestation essentiellement pacifique en émeute.

Effrayés par le peuple et ne contrôlant plus leurs propres paramilitaires, ils ont pris la fuite.

Mais lorsque leur peur s’est dissipée, ils ont réalisé que l’émeute pouvait être providentielle.

Enfin se produisait une émeute « de la droite » qu’ils appelaient de leurs vœux depuis des décennies, mais qui leur avaient toujours échappé.

Il en ont fait une crise dont ils pouvaient se servir pour attaquer le Président Trump.

Les Démocrates et leurs valets dans les médias, les Big Tech et les élites de la haute finance en ont profité pour purger M. Trump de la place publique.

Exerçant leurs instincts millénaires visant à «changer le monde», ils entendent utiliser les pouvoirs d’urgence pour déclarer la guerre à plus de la moitié du pays.

Pourtant, ils en font toujours trop.

Ils ont volé une élection et font semblant de croire qu’ils sont des gagnants.
Ils pensent qu’ils peuvent abolir l’Amérique et que nous ne ferons rien.

La raison pour laquelle ils font grand cas de l’assaut du Capitole, le qualifiant d’insurrection tout en menaçant de peine de mort tous ceux qui étaient impliqués, est qu’ils ont peur du mouvement conservateur.

Ils croient qu’ils dirigent le pays, mais ils sont déconnectés de tout le monde, sauf de leur propre base.

Ils font la même chose avec Donald Trump ; ils veulent le ruiner parce qu’ils en ont une peur bleue, sachant que s’il se présente en 2024, il sera le favori. Dans le but de contrer sa candidature éventuelle, ils recommencent une procédure d’Impeachment (NdT: qui n’a aucune chance d’aboutir).

Et ils sont déterminés à nous faire payer aussi. Quiconque est en désaccord avec eux sur une quelconque politique doit être démoli. Quiconque a soutenu M. Trump doit être ostracisé et non seulement réduit au silence, mais aussi perdre son emploi et sa carrière.

Le 6 janvier a permis à Joe Biden d’étiqueter tout doute sur sa victoire électorale, comme étant un « gros mensonge ». Sa solution, bien sûr, est toujours la solution de la gauche, un millier de petits mensonges.

Il dit qu’il veut «unifier» les Américains. Mais M. Biden et ses acolytes définissent l’«unité» de la même façon que Barry (Obama) et ses acolytes définissaient le «bipartisme».

Les deux offrent d’épargner les opposants politiques qui obéissent. Nous avons déjà vu ça. Cela n’a pas fonctionné pour M. Obama et ça ne fonctionnera pas pour Joe le chiliastique.

Joe Biden est un être humain méprisable, un pédéraste, corrompu, pas très brillant, même avant le début de sa démence aphasique. Il montrera au monde entier qui il est exactement, et il y a fort à parier qu’il le fera assez tôt. Il n’a pas le choix, car comme pour le scorpion, c’est dans sa nature.

La «Cancel Culture» appartenait autrefois aux «Woke». Aujourd’hui c’est l’outil de la Gauche Inc., un ensemble hétéroclite de Démocrates, de médias, de Big Tech et de Big Finance. Ils vont manier cette arme avec brutalité – tout en obtenant plus de pouvoir et en amassant d’énormes richesses.

Les Démocrates ont caché ce qu’ils étaient vraiment. Aujourd’hui, le masque est tombé. Ils veulent que nous sachions comment ils sont – ils veulent que nous ayons peur. Ils font des listes et les vérifient deux fois. Ils veulent que nous sachions qu’ils vont nous pourchasser. Et aucun de nos droits n’est sacro-saint.

Récemment, une grande fille de Boston (selon sa propre description) en commentant un de mes Tweets m’a informé qu’elle m’avait dénoncé au FBI pour le contenu belliqueux de mes articles. Je lui ai donné un «like». Elle a rapidement supprimé son Tweet.

Je me suis demandé pourquoi je recevais des courriels de sources bien informées me disant que je devais « riposter dès aujourd’hui » et « Vos droits au titre du 2e amendement vous permettent d’acheter une mitrailleuse… cliquez ici », et ajoutant que je pouvais acheter une arme illégale (gaz toxiques, grenades, mortiers de campagne et artillerie) en ligne, si je cliquais simplement sur ce bouton dans le courriel. C’était des courriels sans fioritures – pas de titre ni de publicité. Cela ressemblait à un piège, mais vous avez entendu parler du FBI ?

Je me sentais comme George Papadopoulos ou Carter Page, les autorités essayant de me piéger mais le faisant de manière si maladroite, que personne ne voulait (ou ne devait) se laisser prendre au piège. Joe Biden devrait nommer comme directeur du FBI un homme portant un bandeau à l’œil, caressant un chat.

Ils ont complètement déplatformé Trump, ce que j’avais prédit qu’ils feraient. J’ai perdu plus d’un millier d’adeptes en l’espace de deux jours. C’est le goutte à goutte du voyage vers l’inexistence.

Si l’Ayatollah a encore ses comptes (Facebook et Twitter), c’est parce que les Démocrates et l’Ayatollah veulent la même chose : « Mort à l’Amérique». Et s’ils le peuvent, ils élimineront autant d’Américains qu’il le faudra au cours du processus.

Mais la gauche est isolée et incompétente. La plupart des Américains ne veulent rien savoir de leur programme «progressiste». Ils vont donc essayer d’utiliser une quelconque situation d’«urgence» pour imposer leur politique à la nation tout en réduisant au silence tous ceux qui s’y opposent.
Pour paraphraser Talleyrand, les Démocrates, tout comme les Bourbons, « n’ont rien oublié et rien appris ».

Pendant quatre ans, Trump a pu twitter, et 50 000 personnes se présentaient à l’aéroport… sous la pluie… en pleine pandémie, tandis que Biden ne pouvait pas rassembler 10 personnes au même endroit, en même temps.

Donald Trump et ses partisans ne vont pas disparaître.

Le site Parler reviendra — il y a trop d’argent en jeu pour qu’ils ne le fassent pas. (Il a été rapporté qu’ils ont obtenu l’accès à des serveurs indépendants.) Et il y aura toujours des codeurs de contrebande qui peuvent mettre au point des applications qui fonctionneront sur iOS et Android.

Les Démocrates jouent avec le feu. C’est comme s’ils voulaient provoquer une «insurrection». Ils sont fous. Ils devraient regarder la carte électorale des États-Unis par comté. Ils peuvent contrôler les villes, mais le vaste territoire qu’est l’Amérique est contrôlé par les gens dont ils cherchent à abroger les droits – et il y a beaucoup plus d’Américains que de Démocrates.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

15
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz