Publié par Dreuz Info le 20 janvier 2021

Depuis des décennies l’Amérique s’est construite sur la hantise d’un ennemi extérieur : Germanique, Soviétique ou Islamique. Un ennemi souvent réel mais pas spécialement capable d’atteindre son but de la détruire.

Aujourd’hui et pour la 1ere fois de son histoire l’Amérique vient de plier face à un nouvel ennemi dormant mais jamais inactif depuis 2008, et l’élection d’Obama : elle-même. 

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

L’élection frauduleuse de l’incapable corrompu et répugnant Joe Biden n’a pas ouvert le bal des élections truquées dans le monde et ne sera surement pas la dernière fraude électorale du genre, mais elle déclenche, de par ses implications anti-Américaines, un tournant historique. 

Auparavant, les guéguerres de partis n’appauvrissaient pas la toute puissante Amérique sur sa stratégie avec ses ennemis. Aujourd’hui la bataille électorale largement remportée par Donald Trump et volée par Joe Biden, et son camp d’escrocs, anéanti les principes fondateurs de liberté et de justice. 

Jamais avant 2008 et l’élection d’un président (Obama), uniquement élu, pour ses qualités d’orateur Hollywoodien et surtout pour son teint salutaire dans une Amérique éprise de symboles, (1er président Noir), le fossé n’avait été aussi creusé.

Les huit années d’Obama qui ont pourri et appauvri l’Amérique ont permis l’avènement d’un Président Trump héroïque en tous points, et d’un mouvement, le Trumpisme, qui dépasse déjà sa Présidence. 

Ses succès économiques :

  • Chômage à 3%
  • Wall St battant des records absolus
  • 401k, la retraite boursière au plus fort pour les particuliers
  • Baisse des impôts de 20 points.
  • Baisse des régulations en tout genre
  • Réindustrialisation de l’Amérique profonde.
  • Rapatriement des unités de productions automobiles sur le sol Américain.
  • Rebond immobilier

Ses succès diplomatiques :

  • Président 0 guerres
  • Création de la Space Force
  • Rapatriement des troupes
  • Oblitération d’ISIS (qu’Obama avait aidé et financé)
  • Paix en Israël avec ses voisins du golfe ou du Maroc. (Accords d’Abraham)
  • Ambassade déplacée à Jérusalem.
  • Reconnaissance de la Judée Samarie et du Golan.
  • Arrêt au soutien financier du terrorisme palestinien.
  • Fermeture des bureaux palestiniens à Washington.
  • Traités transfrontaliers Mexique/Canada.
  • Annulation des accords désastreux de Paris sur le climat.
  • Tarifs douaniers rediscutés avec la Chine (ce qui aide les agriculteurs américains).
  • Menaces sur la CPI et L’ONU, devenus organes officiels anti-Américains et anti-Israéliens.

Ses succès politiques :

  • Nominations record des juges (250, soit le quart de la totalité des juges fédéraux, ainsi que 3 juges à la cour suprême)
  • Signature de la réforme des prisons
  • Lutte contre le trafic d’enfants et combat contre la pédophilie
  • Diminution des inégalités hommes/femmes, noirs et mexicains/blancs
  • Obamacare revisité
  • Chute de l’immigration illégale
  • Baisse du prix des médicaments
  • Meilleure qualité de l’air depuis des décennies !
  • Indépendance énergétique.

Face à son palmarès exceptionnel en à peine 4 ans et malgré les attaques permanentes sur son physique, sa façon de parler, ses frasques, ou sa politique, il a su tenir tête face à une horde haineuse composée de 99% des médias ou des célébrités, 90% du parterre politique, et environ 50% d’Américains endoctrinés de talk-shows, ces émissions télé qui sont une véritable arme de destruction massive de cerveaux déjà bien amochés.

Les conséquences sur la chute de l’empire Américain, et par effet de quilles, sur le déclin des démocraties occidentales, nous feront tous rentrer dans une nouvelle ère. 

Les géants du numérique, les « big tech », ont pris le pouvoir, sans vote, ni approbation du peuple. Ils ont réussi à éteindre la parole du président de la 1ère puissance mondiale. Ils ont tué leurs concurrents. Ils ont instauré la peur d’avoir une opinion libre et partagée. Les nouvelles raffles sont numériques. D’un simple clic, on tue le travail de millions de personnes, leur avenir professionnel ou ceux de leurs enfants (que certains comme PBS voudraient voir être « interner »). Ces monstres numériques savent absolument tout de vous.

Il y aura le passeport sanitaire en 2021 mais également le passeport « démocrate ». Si vous ne vous vaccinez pas contre le Trumpisme, espèrent-ils, ils vous interdiront de voler en avion, d’inscrire vos enfants en fac, de toucher des aides, ou d’utiliser votre compte bancaire.

Au niveau géo politique, les ennemis jurés habituels, théocraties ou dictatures socialistes, se frottent les mains et positionnent leurs pions. Ils savent que le pouvoir a été volé par des corrompus du billet vert, et qu’il n’y aura plus aucune résistance pour accomplir leurs velléités destructrices. C’est écrit d’avance. Et c’est pour cela que des peuples en danger, à des milliers de kilomètres, soutiennent quasiment tous Donald Trump. Les Taiwanais. Les Hongkongais, les Japonais, les Ukrainiens, les Polonais, les Arméniens, les Israéliens, les Pays du Golfe menacés par l’Iran, les Porto Ricains, les Sud-Américains, les Indiens, les Sud-Coréens, les Kenyans, les Philippins et j’en passe.

La question ne sera pas seulement de savoir quel pays ou peuple sera anéanti dans l’ignorance la plus totale, par son puissant voisin, mais également quel pays se fera piller de ses richesses par le marécage au pouvoir à partir du 20 Janvier prochain.

J’ai personnellement vécu l’élection et la Présidence de Trump de l’intérieur. Sur la Côte Ouest. 4 années qui nous ont données de l’espoir. De voir son acharnement de travail et sa résilience devrait encourager tout individu normalement calibré, à poursuivre ses propres idéaux.

Je suis évidemment écœuré de voir que Donald Trump ait dû céder sa place sans avoir pu livrer la bataille qui lui revenait de droit. Je suis également déçu d’avoir cette lucidité sur les enjeux de cette élection truquée. Car elle brise les espoirs et alimente les craintes.

Il n’est pas évident de s’épanouir ou de faire semblant quand un Monde souffre et qu’il plonge dans un précipice au lieu de remonter la pente. Trump était notre bouée de sauvetage dans ce marécage de haines et de corruptions.

Et pourtant, nous devons à nos enfants et aux générations futures, une éducation exemplaire pour qu’ils fassent les bons choix quand l’occasion se (re)-présentera.

Le choix de vivre libre, d’aimer et de prospérer sans avoir besoin de se faire dicter le bien ou le mal (surtout quand le mal dicte au bien). Ou de se faire dicter ce qui est néfaste ou bénéfique.

Mais avant tout, le choix simple de conserver notre libre arbitre.

Et c’est avec ces choix qu’il faudra combattre le nouvel ennemi juré de l’Amérique, L’Amérique elle-même. Celle des Big Tech, de l’état profond, des anarchistes, des socialistes, des médias, des universitaires, des célébrités, des racialistes, des antisionistes, des théoriciens du genre ou du climat, des mondialistes et de tous ceux qui ont permis la frauduleuse ascension au pouvoir de leur mentor corrompu, incapable et sénile.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manu Aboucaya (@manuredglasses)pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz