Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 janvier 2021

L’État du Texas revient aux premières lignes contre Biden. Il a poursuivi l’administration Obama des dizaines de fois avec succès pour mettre fin à des initiatives anticonstitutionnelles telles que le Clean Power Plan ou Obamacare.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

« Je vais au bureau, je poursuis le gouvernement fédéral en justice, et je rentre chez moi »

Le Texas a une longue tradition de résistance contre les abus du gouvernement fédéral. Le gouverneur Greg Abbott a eu cette phrase que connaissent bien les Texans : « Je vais au bureau, je poursuis le gouvernement fédéral en justice, et je rentre chez moi ».

La Fondation conservatrice Texas Public Policy Foundation (TPPF), qui a contesté l’Affordable Care Act (Obamacare) qui est maintenant devant la Cour suprême des États-Unis en attente d’une décision, se prépare à une importante vague de nouvelles contestations judiciaires contre l’administration Biden.

« A la veille des élections, nous avons discuté en interne de ce qui se passerait si Biden gagnait. Une chose sur laquelle tout le monde était d’accord, c’est que notre département contentieux augmenterait probablement de manière significative », a déclaré Chuck DeVore, vice-président des initiatives nationales à la TPPF.

« Et nous sommes assez enthousiastes à ce sujet. »

Robert Henneke, l’avocat général de la TPPF, a déclaré au San Antonio Express-News (1) qu’il s’attendait à ce que l’administration Biden « reprenne là où l’administration Obama s’est arrêtée ». Et donc, la TPPF fera de même, et reprendra ses procès là où elle s’est arrêtée.

« Les litiges contestant les actions anticonstitutionnelles de l’administration Biden seront au centre de nos préoccupations », a déclaré M. Henneke.

« Si la nouvelle administration cherche à sortir des limites des pouvoirs qui lui ont été délégués, ou si elle adopte des politiques et des règles qui ne sont pas étayées par des données scientifiques, je m’attends à ce que nous soyons les premiers à contester ce type de politiques », a-t-il ajouté.

Une récente enquête nationale (2) du Pew Research Center montre que la plupart des Républicains souhaitent que les dirigeants du Congrès défient M. Biden sur des questions importantes.

Selon le Pew Research Center, « une forte majorité de 69% de Républicains souhaite que les dirigeants de leur parti s’opposent à Biden », et avec eux, 44 % de modérés et libéraux.

Pour se mettre en bouche, l’Etat du Texas entend poursuivre l’administration Biden sur les sujets suivants :

DACA

Le Texas conteste le programme d’action différée pour les arrivées d’enfants (DACA) de l’ère Obama, auquel la Cour suprême a empêché le président Donald Trump de mettre fin.

Biden a déclaré qu’il s’efforcerait de le protéger. Cette affaire est devant Andrew Hanen, un juge conservateur de la Cour fédérale de district de Houston qui a déclaré qu’il pense que DACA tel qu’il a été promulgué par Obama est inconstitutionnel.

L’administration Biden, quant à elle, envisage d’étendre le programme.

Droit d’asile et immigration

Il est presque certain que l’immigration sera un point de friction dans les premières années de l’administration Biden. Biden a déclaré vouloir défaire la plupart des politiques d’immigration strictes de Trump, y compris ses politiques d’asile, qui obligent des dizaines de milliers de migrants à attendre des audiences au Mexique et non sur le sol américain, où ils disparaissent et ne se présentent jamais devant les tribunaux – quand il est possible de les localiser.

Mais ses conseillers ont averti Biden ces dernières semaines que cela pourrait ne pas se produire le premier jour comme il l’avait promis, car ils craignent que cela n’entraîne une nouvelle vague de migration à la frontière – que veulent les Démocrates afin de fabriquer des nouveaux électeurs – surtout au Texas qui, s’il passe Démocrate par inondation d’immigrants, donnera à tout jamais la présidence à un Démocrate, et mettra fin à l’alternance des pouvoirs dans un pays qui est et reste de centre droit.

Certains Texans, dont le représentant américain Henry Cuellar, un Démocrate de Laredo, demandent à M. Biden de mettre rapidement fin à la construction du mur frontalier. C’est maintenant confirmé : Biden ne veut pas perturber le trafic de drogue et la traite humaine, ni l’immigration illégale organisée désormais par les cartels.

Energie

Biden a choisi une équipe de progressistes sur la question du changement climatique et il a le contrôle sur les deux chambres du Congrès, ce qui lui donne une chance de détourner la nation des combustibles fossiles à un degré qui dépasse de loin les efforts des anciens présidents.

Le Texas a mené 25 États dans les poursuites intentées pour mettre fin au plan d’Obama pour une « énergie propre », qui visait à lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de carbone des centrales électriques existantes.

« Nous avons été le seul groupe conservateur à intenter un procès pour contester l’autorité dont disposait l’EPA pour faire ce type de réglementation en premier lieu », a déclaré M. Henneke.

Cette affaire est maintenant devant un tribunal de Washington., et un jugement en faveur de la TPPF pourrait compliquer les efforts de Biden.

Taxes

Biden dit qu’il veut réécrire le code des impôts pour annuler les réductions d’impôts Trump votées par le Congrès en 2017 et augmenter les impôts sur les sociétés et les riches : ces réductions d’impôts ont fortement augmenté la compétitivité des entreprises américaines – la bourse a été projetée à plus de 30 000 points – mais surtout permis un taux de chômage et une hausse du revenu moyen des familles modestes dans des proportions jamais vues depuis les années 70. L’objectif socialiste ne peut pas être atteint avec le plein emploi mais avec un chômage élevé, et il ne peut pas être consenti si les salaires progressent. Biden doit donc détruire l’économie pour parvenir à ses fins.

Le projet de loi fiscale de 2017 avait fixé un plafond de 10 000 dollars pour la déduction fédérale qui peut être demandée par ceux qui paient des impôts d’État et locaux. Selon M. DeVore, cette mesure a donné au Texas un avantage supplémentaire pour courtiser les entreprises installées dans des États Démocrates comme la Californie et New York. La suppression du plafond, affirme M. DeVore, porterait un coup aux efforts de développement économique du Texas.

Droits civils

Le Texas avait intenté une action en justice pour faire cesser les règles de l’ère Obama qui obligent les écoles à autoriser les élèves transsexuels à utiliser des toilettes correspondant à leur identité sexuelle. Le Texas a également intenté un procès pour obtenir, entre autres, l’obligation d’accorder des avantages professionnels à certains couples de même sexe.

L’administration Biden a déjà déclaré qu’elle sera de nouveau axée sur ces mesures en faveur de microscopiques minorités au détriment de la majorité, et elle pourrait cibler le Texas.

  1. https://www.expressnews.com/politics/texas/article/A-new-crop-of-Texas-led-lawsuits-awaits-Joe-15874024.php
  2. https://www.pewresearch.org/politics/2021/01/15/biden-begins-presidency-with-positive-ratings-trump-departs-with-lowest-ever-job-mark/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

70
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz