Publié par Magali Marc le 21 janvier 2021

Face à la répression d’un gouvernement démocrate mené par le tandem Biden/Harris, les Conservateurs doivent faire front. Ils ne doivent pas déserter le Parti Républicain (GOP) car cela ne ferait qu’aggraver les divisions. Certes, les Démocrates ont bénéficié des fraudes électorales, de l’appui des médias complices et des oligarques des médias sociaux. Mais le fait que les Républicains soient divisés en RINOs, en membres corrompus du marécage washingtonien, en Never-Trumpers et en Conservateurs partisans de Donald Trump a fait en sorte que leurs adversaires s’en tirent sans payer le prix de leurs malversations. Les Conservateurs peuvent éviter le désastre du Régime Biden/Harris s’ils se ressaisissent.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Sally Zelikovsky, paru sur le site d’American Thinker, le 20 janvier.

*****************************

Il est temps que les Républicains cessent de se lamenter et commencent à aller de l’avant

C’est le jour de l’Investiture du Potemkine, et j’espère que 74 millions d’électeurs de M. Trump auront boycotté cette farce.

Mais il est également temps d’arrêter de nous morfondre en lisant les courriels annonçant qu’un miracle va se produire et que M. Trump va demeurer Président des États-Unis (POTUS).

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Cela n’arrivera pas.

Les rumeurs selon lesquelles Donald Trump a un arrangement secret pour rester au pouvoir avec l’aide de l’armée semblent être de la désinformation pour distraire la base ou nous donner de l’espoir pendant qu’il se passe d’autres choses – avec en prime le fait de semer la confusion, le chaos et la discorde.

Ou alors le but de ces rumeurs est de convaincre le nouveau gouvernement Biden que le Méchant Bandit Orange a un plan directeur diabolique pour arracher le contrôle du pays aux Démocrates. Ou les deux. Mais il n’y aura pas de surprise finale avec M. Trump bondissant dans l’arène pour écraser ses ennemis.

Juste au bon moment, le parti favorable aux émeutiers qui a refusé l’intervention des troupes fédérales l’été dernier et préconise le démantèlement de la police a imposé la loi martiale à Washington en y déployant 25 000 soldats de la Garde Nationale.

Comme si cela n’était pas assez hypocrite, la paranoïa du Dr Stangelove-Biden, l’a porté à exiger que tous les militaires soient soumis à des contrôles de sécurité afin d’éliminer les sympathisants de M. Trump qui conspirent contre lui, comme si les Démocrates voulaient leur faire prêter les serments de loyauté qu’ils accusaient faussement Donald Trump d’exiger de son Administration.

Bon, j’ai compris, la situation est inquiétante.

Tous les aspects du mode de vie américain sont dans le collimateur des Démocrates ; de nombreux Républicains ont trahi leurs électeurs ; la presse et le système éducatif sont corrompus ; les élections n’étaient ni équitables ni sûres ; le pouvoir judiciaire a refusé de faire son travail ; la presse considère que son travail consiste à servir de machine de propagande au Parti Démocrate; nos droits au titre du Premier et du Deuxième Amendement sont attaqués tandis que les Conservateurs se voient refuser une protection égale et une procédure régulière comme celles qui sont mises à la disposition des insurgés de la gauche ; notre capacité à communiquer est entravée et nos dirigeants s’en moquent ; il est terriblement question de commissions «Vérité et Réconciliation», de listes noires, de purges, de nettoyage, de camps de rééducation, de dé-radicalisation et de déprogrammation – tout cela sortant de la bouche même des Démocrates.

Le fait qu’ils osent exprimer ces idées nocives à haute voix – proposer d’utiliser les mêmes tactiques employées par les pires despotes et mouvements politiques de l’histoire – devrait nous glacer le sang.

Dans l’Amérique de Joe Biden, les idées impures, décadentes ou subversives sont incluses dans tout ce qui ne plaît pas au régime.

Nous ne sommes pas libres de choisir les idées que nous voulons croire ou rejeter, celles que nous voulons adopter ou abhorrer – c’est un terrain qui n’est que trop familier aux millions de personnes qui ont échappé aux régimes oppressifs pour une vie plus libre en Amérique, mais étranger à ceux d’entre nous qui ont été élevés dans une Amérique où les hommes étaient autrefois libres.

Si les Conservateurs osent violer le code du discours autorisé du régime, remettre en question le programme des Démocrates, critiquer la presse, exiger que les grandes entreprises technologiques cessent de nous censurer, remettre en question l’intégrité des élections ou exprimer leur opinion sur n’importe quel sujet, nous sommes publiquement humiliés, désavoués, aliénés, étiquetés, rejetés ou «annulés», renvoyés de nos emplois et rendus «inemployables».

C’est désespérant ? Oui, mais pour en arriver à des jours meilleurs, j’implore tous les Conservateurs de rester impliqués et connectés et d’adhérer aux suggestions suivantes :

1. Ne baissez pas les bras. Même dans les heures les plus sombres, lorsqu’il semble que nous avons les mains liées et qu’il n’y a pas d’issue, gardez espoir, car il y a toujours la tournure inattendue des événements qui peut nous offrir une opportunité exploitable. Tous ces rescapés de l’ère Obama (embauchés par M. Biden), les Démocrates qui surjouent leur main, la bande du Squad qui est devenue rageuse, les événements mondiaux, la COVID-19, l’éviction éventuelle de Joe Biden par Kamala Harris… sont autant de jokers que nous connaissons déjà. C’est à l’inattendu que nous devons nous préparer.

2. Avant de créer un nouveau parti, voyons si l’infrastructure déjà existante du GOP peut répondre à nos besoins. Ils savent que nous sommes prêts à partir. Nous ne les laisserons pas oublier que nous sommes prêts à les quitter s’ils votent pour condamner ou destituer Donald Trump. Mais nous avons de vrais alliés au Congrès et une jolie brochette de nouveaux venus déterminés. Il est plus facile de faire pression et d’éliminer les dix mauvais élèves de la Chambre des Représentants qui ont voté avec les Démocrates en faveur de la destitution de M. Trump que de tout jeter à l’eau et repartir à zéro. Je suggère donc que nous attendions de voir ce que les Républicains du Congrès feront dans les six prochains mois.

3. Les Républicains du Congrès devraient voter selon la ligne de parti contre chaque projet de loi parrainé par les Démocrates, les privant ainsi d’autant de victoires législatives que possible. À moins que la base et nos représentants ne soient d’accord à 100 % sur la législation proposée et qu’elle soit conforme aux principes conservateurs, la législation et les dépenses de ce régime doivent être stoppées.

4. Les Conservateurs doivent s’impliquer davantage dans la politique locale et des États et envisager de se présenter aux élections fédérales. Je ne veux entendre personne se plaindre de payer ses cotisations au Tea Party. La politique est un sport d’équipe, et nous avons besoin de chaque joueur. Si toute l’énergie investie dans les articles, les livres, les croisières, les commentaires et les messages sur Facebook était tournée vers l’action, cela porterait ses fruits.

De plus, nous devons nous soutenir aveuglément les uns les autres comme le font les Démocrates. À moins qu’il ait commis un crime, nous devons former un essaim imperméable et protecteur autour de tout Conservateur attaqué par le complexe démocrate-médiatique. Si quelqu’un a eu une liaison, a été arrêté une fois, a avorté ou s’est drogué, qu’il en soit ainsi. Si cette personne a fait amende honorable et adhère aux principes conservateurs, nous formons un essaim. Une fois qu’un candidat a organisé une primaire, il a notre vote – nous ne restons pas à la maison pour protester ou voter pour un candidat libertaire.

5. Investissez dans des alternatives aux monopoles technologiques actuels et laissez le pouvoir du marché libre et de la concurrence s’épanouir. Cela prendra du temps et ce sera un parcours semé d’embûches, car les oligarques de la technologie se battent pour garder leur mainmise sur les médias sociaux. Les Démocrates résisteront parce qu’ils tirent un grand profit de Silicon Valley, mais nous devons jouer le jeu à long terme. Il n’y a pas de solution facile et à court terme pour cette lutte-ci.

6. Organiser, organiser, organiser. Nous avons besoin d’une organisation nationale avec un site web pour coordonner l’action et diffuser l’information et les communications. Le Tea Party a résisté à cela, et c’était une force, mais c’était aussi notre plus grand handicap. Nous ne devons pas répéter cette erreur. Les groupes locaux continueront à agir et devraient être en mesure de partager leurs idées et leurs préoccupations. Une présence nationale crédible sur Internet, semblable à celle de MoveOn.org, est essentielle pour nous aider à nous organiser et à nous mobiliser.

7. Pour l’instant, pas de protestations, de marches, de rassemblements ou de manifestations – pacifiques ou non. Je suis la première personne à soutenir les manifestations pacifiques, mais pas pour le moment. Les voyous de l’Antifa et du BLM, soutenus par les Démocrates, n’attendent que ça pour s’infiltrer, faire de l’agitation, inciter, contrarier et provoquer. Même avec de la documentation, des témoignages et des vidéos, nous serons toujours considérés comme les méchants et nous devrons en payer le prix. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous faire arrêter, emprisonner, blesser ou de tuer qui que ce soit. Quelle que soit notre passion et notre besoin de justice, cela nous détournera de nos objectifs ; nous ne pouvons pas donner cet avantage à la gauche pour le moment.

Pendant l’Inquisition espagnole, les Juifs ont été contraints de se soumettre au catholicisme ou d’être passés au fil de l’épée. Dans les deux cas, le judaïsme était condamné. Mais, ils ont en fait été sauvés par les « Conversos » qui se sont convertis et ont pratiqué le judaïsme en secret dans leurs foyers et l’ont transmis aux générations futures. La leçon à en tirer est qu’il y a toujours une autre voie.

Je ne dis pas que la réponse est de devenir démocrates, mais nous devons être plus intelligents, plus stratégiques, plus créatifs et plus réfléchis dans nos actions. Cette répression de nos droits est destinée à nous démoraliser et à nous soumettre. Donald Trump sert d’exemple de ce qui nous attend car les Démocrates n’hésiteront pas à utiliser les mêmes tactiques contre nous tous. Leur but est de nous briser.

Notre but à nous est de faire en sorte qu’ils échouent.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

24
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz