Publié par Jean-Patrick Grumberg le 24 janvier 2021

En 2009, Boris Johnson, alors maire de Londres, avait remarqué que peu après être devenu président, Barack Obama avait fait retirer un buste de Winston Churchill du Bureau ovale.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

En guise d’explication, Johnson avait attaqué « l’antipathie ancestrale du président en partie kenyan pour l’Empire britannique ». La réalité était plus nuancée, car le buste avait bien été retiré, mais c’était un buste prêté jusqu’en 2009 par Cameron à Bush. Cependant, Johnson avait raison : au lieu de le remplacer par le buste de Churchill que possède la Maison-Blanche depuis 1960, Obama trouva comme excuse (1) « le manque d’espace et le risque de désordre ».

Et jeudi, le président Biden a lui aussi fait retirer du Bureau ovale le buste de l’ancien Premier ministre Winston Churchill que le président Trump avait fait remettre en prenant possession du bureau ovale en janvier 2017.

Mais cette fois, Biden a trouvé une autre excuse, aussi fumeuse que la précédente : « ce n’est qu’un buste », a déclaré l’ambassade des États-Unis à Londres, pour justifier le retrait du buste de Winston Churchill du Bureau ovale, déclarant que la relation spéciale que les deux pays partagent est plus qu’un « simple buste ».

La réponse mi-figue mi-raisin des Britanniques ne se fit pas attendre :

« C’est bien sûr au président de décorer le bureau ovale comme il le souhaite », a déclaré un porte-parole du gouvernement britannique dans un communiqué envoyé par email aux journalistes.

« Nous ne doutons pas de l’importance que le président Biden accorde aux relations entre le Royaume-Uni et les États-Unis ».

L’ombre d’Obama plane sur la Maison-Blanche. Biden a été choisi pour sa faiblesse et sa médiocrité, Obama décide jusqu’au moindre détail. Je peux me tromper, mais je pense que c’est à la demande d’Obama que Biden a fait retirer le buste de Churchill. Biden, et cela est une réalité attestée par ses 40 ans en politique, n’a aucune conviction personnelle, et je doute que son attention soit encore opérante au point de remarquer un buste, lui qui si souvent ne savait pas dans quel Etat il se trouvait pendant la campagne électorale.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.theguardian.com/us-news/2016/apr/22/barack-obama-winston-churchill-bust-oval-office-britain

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz