Publié par Magali Marc le 26 janvier 2021

Tandis que Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des Représentants, va faire déposer l’article de destitution de l’ex-Président Trump au Sénat aujourd’hui (le 25 janvier), on peut estimer que les Républicains du Sénat qui se joindront aux Démocrates afin de voter la destitution du Président Trump en rapport avec la fausse accusation d’avoir «incité » l’émeute du Capitole le 6 janvier, mettront fin à leur carrière. Les 74,2 millions d’électeurs qui ont voté pour le Président Trump lors des dernières élections ne pardonneront pas au Parti Républicain une telle trahison. Cette tentative de mettre fin à la carrière politique de Donald Trump ne fera que le renforcer.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Jeff Charles, paru sur le site de Red State, le 25 janvier.

**************************

Les sénateurs républicains ont de mauvaises nouvelles pour les Démocrates enthousiasmés par l’Impeachment

Les Démocrates sont tout échauffés à l’idée de destituer Donald Trump, même s’il n’est plus en fonction, et risquent de connaître un réveil brutal.
Plusieurs sénateurs républicains ont indiqué qu’ils ne veulent pas participer à une autre comédie burlesque de destitution.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Par ailleurs, les Conservateurs font des réserves de pop-corn dans l’espoir d’être divertis par les incessantes plaintes de la gauche qui ne manqueront pas de suivre l’échec des efforts démocrates visant à faire destituer l’ex-président.

Tout d’abord, je pense que l'[idée de tenir] ce procès est stupide », a déclaré le Sénateur Marco Rubio (un Républicain de la Floride) lors d’une apparition à l’émission « Fox News Sunday.

Il a ajouté : « Je pense que c’est contre-productif. Notre pays est déjà agité, et [ce procès de destitution consiste] à jeter de l’huile sur le feu. »

Bien que M. Rubio ait déclaré que Donald Trump « porte la responsabilité d’une partie de ce qui s’est passé » lors de l’assaut sur le bâtiment du Capitole américain, il ne pense pas que l’Impeachment soit la manière juste de traiter cette affaire. Le Sénateur a également fait valoir qu’il serait «arrogant» de prétendre que l’ancien président devrait être empêché de se re-présenter lors d’élections fédérales.

À la première occasion que j’aurai de voter pour mettre fin à ce procès, je le ferai, parce que je pense que c’est mauvais pour l’Amérique », a-t-il promis. « Si vous voulez tenir les gens responsables de leurs actes, il y a d’autres façons de le faire, en particulier quand il s’agit d’un président.

Marco Rubio a insisté sur le fait qu’un autre procès pour destitution « risque de rendre plus difficile la réalisation de choses importantes, et cela va continuer à alimenter ces divisions qui ont paralysé le pays et nous ont transformé en un pays de gens qui se détestent ».

Le Sénateur Mike Rounds (un Républicain du South Dakota) a qualifié le procès de destitution de « question discutable », lors d’une apparition à l’émission « Meet The Press » de NBC News.

Il a poursuivi : « Je pense qu’à l’heure actuelle, Donald Trump n’est plus le président. Il est l’ex-président ». Il affirme que l’Impeachment d’un ex-président n’est pas viable sur le plan constitutionnel et que le procès d’Impeachment au Sénat l’empêchera de s’occuper d’affaires plus urgentes.

Le Sénateur Rand Paul (un Républicain du Kentucky), un allié de Donald Trump, demeuré loyal, a écrit un article pour le journal The Hill dans lequel il critique les arguments de ceux qui poussent à l’Impeachment. Il a écrit : « Il est absurde de prétendre que tout politicien qui dit à une foule de « se battre pour reprendre son pays » est en quelque sorte coupable d’incitation ».

Le Sénateur a fait part de son expérience, estimant qu’il ne serait pas logique de blâmer les politiciens démocrates pour les actions de leurs partisans. Il a écrit :

Si nous devons blâmer les politiciens pour les actes les plus violents de leurs partisans les plus fous, alors beaucoup de mes collègues seraient eux-mêmes confrontés à des accusations assez sévères. On m’a tiré dessus, j’ai été agressé et harcelé par des partisans de la gauche, y compris par certains qui ont dit clairement que les paroles des politiciens les avaient poussés à cette violence.

Le Sénateur Paul a également rappelé son expérience face à une tentative d’assassinat par un homme qui a tenté de tuer des législateurs du GOP sur un terrain de baseball en 2018. L’agresseur était un fervent supporter de Bernie Sanders.

À l’époque, les Démocrates soutenaient que le projet du GOP concernant les soins de santé consistait à « laisser les gens tomber malade, puis à les laisser mourir », a noté M. Paul. Faut-il s’étonner qu’un tireur dément de gauche ait pris cette rhétorique à cœur et ait conclu : « Si le GOP veut me laisser mourir, alors peut-être que je devrais d’abord les tuer » ?

Le législateur a souligné que « pas un seul Républicain ne s’est avancé pour accuser Bernie Sanders ou suggérer qu’il soit destitué ou tenu pour responsable de la tentative d’assassinat sur plus de 20 membres du Congrès ».

Le Sénateur Paul a fait valoir qu’il n’appuierait pas l’Impeachment parce que :

La Constitution dit deux choses à propos de l’Impeachment : c’est un outil permettant de destituer un titulaire de sa fonction, et elle doit être présidée par le président de la Cour suprême. Ni l’une ni l’autre de ces choses n’arrivera. Le Président Trump est parti, et le juge en chef de la Cour Suprême, John Roberts, constatant à juste titre l’absence du fonctionnaire à destituer, refuse de présider le procès

Pour faire condamner M. Trump, les Démocrates auraient besoin qu’au moins 17 sénateurs républicains se joignent à l’effort. À en juger par les commentaires de plusieurs législateurs du GOP, il semble que les efforts des Démocrates soient voués à l’échec.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources :

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

24
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz