Publié par Dreuz Info le 16 janvier 2021

Sans avertissement préalable, Ron Paul a été empêché d’accéder à la plate-forme où il compte 1,2 million d’abonnés et pour la première fois de sa vie, il a été réduit au silence. 

Ron Paul, est un partisan du libertarianisme, il préconise un État fédéral au rôle limité, de faibles impôts, des marchés libres, une politique étrangère non interventionniste ainsi qu’un retour à des politiques monétaires basées sur des métaux (orargent) pour étalon.

Ses positions républicaines sont proche de Trump sur certains sujets et éloignées sur d’autres.

L’ancien législateur et triple candidat à la présidence américaine, le libertarien Ron Paul, a donc été réduit au silence par Facebook.

Son fils, le sénateur Rand Paul, a souligne dans un Tweet, que la promotion de la liberté est considérée comme une sédition pour Facebook.

La censure des opinions est à l’ordre du jour par les grandes entreprises technologiques. 

Pendant la campagne électorale déjà il avait déjà reçu la censure, sa vidéo de Ron Paul Liberty Report, a été censurée sur YouTube en septembre 2019, compte tenu d’un soi-disant viol des « Règles de la communauté » de, pratiques trompeuses et escroqueries. » 

Après une enquête plus approfondie on a découvert que ce qui avait commis le péché terrible (défini par Youtube) de ne pas être d’accord avec les directives de l’OMS sur Covid-19. Alors que l’OMS elle-même a modifié à plusieurs reprises ses directives sur la pandémie, les utilisateurs ordinaires ne sont pas autorisés à «Contester l’efficacité des recommandations de l’OMS.».

Ils ont commencé avec le président Donald Trump et la boule de neige s’est abattue sur le libertarien le plus remarquable des USA: Ron Paul.

Sans avertissement, l’homme de 84 ans n’a pas été autorisé à accéder à la plateforme où il compte 1,2 million d’abonnés.

Lorsque la censure contre le président Trump a commencé, d’innombrables libéraux ont souligné que, comme il s’agissait d’entreprises privées, ils étaient en liberté. 

Cependant, comme de plus en plus de personnes sont touchées, la connivence qui existe entre les entreprises et le pouvoir de l’État est évidente.

Comme l’a souligné le secrétaire d’État sortant Mike Pompeo,

Twitter a fonctionné de telle manière qu’il a profité au Parti démocrate et a nui au Parti républicain.

Maintenant, ils font même taire les référents libertariens, comme Ron Paul, qui depuis 1976 a été actif dans la diffusion politique des idées libertariennes et pour la première fois de sa vie a été réduit au silence .

Les nouveaux oligopoles

Le corporatisme a nourri les oligopoles qui déterminent aujourd’hui à qui se taire. Non seulement ils réduisent le profil des utilisateurs, mais leur refusent lentement l’accès à Internet.

Tout comme à Cuba, où le Parti communiste a le monopole des services et détermine par conséquent qui peut les avoir, dans ce qui était autrefois la terre de la liberté jusqu’à présent, où les exilés du monde ont fui, maintenant il a fait taire les voix.

La campagne du président Trump a même perdu l’utilisation de son courrier électronique pendant plus de deux jours.

Depuis sa campagne électorale de 2016, Trump est accusé par ses opposants d’être un tyran, fasciste, nazi, autoritaire, etc.

Cependant, c’est depuis son départ imminent du pouvoir que les rues de la capitale ont été militarisées et la liberté d’expression limitée. Pas l’inverse.

L’autoritarisme se cache

Cette situation rend le poème de Martin Niemöller plus pertinent que jamais.

«(…) Ils sont d’abord venus chercher les communistes et je n’ai rien dit parce que je n’étais pas communiste.

 Puis ils sont venus chercher les juifs et je n’ai rien dit parce que je n’étais pas juif. 

Puis ils sont venus chercher les syndicalistes et je n’ai rien dit parce que je n’étais pas syndicaliste. 

Puis ils sont venus chercher les catholiques et je n’ai rien dit parce que j’étais protestant. 

Puis ils sont venus me chercher, mais à ce moment-là, il n’y avait plus personne à qui dire quoi que ce soit. »

L’avertissement de Niemöller est clair: n’attendez pas que l’autoritarisme frappe à votre porte, car il pourrait être trop tard.

La « Big Tech » contre Trump

Trump a rompu avec la figure traditionnelle du président. Il n’est pas diplomate. C’est un homme d’affaires, frontal. C’est pourquoi il a provoqué des passions, de l’amour et de la haine si contradictoires.

Étant une figure si polarisante, ses détracteurs ont applaudi ou sont restés passifs face à la censure à son encontre. Eh bien, ils allèguent qu’il a incité à la violence, à la suite des événements du 6 janvier au Capitole.

Mais son discours montre le contraire, il a appelé à la paix, au respect de l’autorité et en se rappelant qu’il représente le parti de la loi et de l’ordre.

Cependant, les médias de masse ainsi que les réseaux sociaux ont supprimé son message et l’ont accusé de provoquer les émeutes et de justifier la censure à son encontre.

Alléguant qu’il mettait en danger les institutions du pays, la « BIG TECH » s’est attaquée au premier amendement de la Constitution Américaine: la liberté d’expression.

Comme l’a dit Benjamin Franklin, « ceux qui renoncent à la liberté essentielle pour acheter un peu de sécurité temporaire ne méritent ni liberté ni sécurité. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Spartacus pour Dreuz.info. (son site et Tweeter )

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

13
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz