Publié par Rosaly le 28 janvier 2021
La Cancel Culture ou le suicide de l'occident.
La Cancel Culture ou le suicide de l’Occident.

Le terme « Woke » (éveillé ou réveillé) est apparu dans les années 1940. Les dictionnaires Oxford ont enregistré les premières utilisations politiques de ce terme dans un article de 1962, « If You’re Woke You Dig It » de William Melvin Kelley, paru dans le NY Times.

Le terme a récemment refait surface en tant que concept symbolisant la perception d’une prise de conscience des questions sociales et d’un mouvement social éclairé. A la fin des années 2010, le mot « woke » fut adopté comme terme argotique générique largement associé à la politique de gauche, à l’activisme pour la justice sociale et aux cause progressistes ou socialement libérales telles que l’antiracisme.

Nombreuses personnes croient que le terme « woke » signifie tout simplement une manifestation de la conscience adolescente et de l’activisme en herbe. Ils se trompent, car ce mot est un indicateur avancé d’une stupidité abjecte. Si vous êtes progressiste, « l’éveil » est devenu à la fois votre être et votre néant.

Selon de journaliste indépendant, Jorge Gonzalez-Gallarza:

En plaçant l’expiation des transgressions passées au centre de la politique, l’idéologie du « wokeness » cherche à répartir le pouvoir proportionnellement à l’innocence. S’exprimer en tant que membre d’un groupe innocent confère instantanément une légitimité similaire à ce que Coleman Hughes (philosophe et écrivain) appelle « une connaissance morale accrue ». Ah ah! Tous ces émeutiers, qui l’année dernière rendirent hommage à G. Floyd de manière si pacifique, durent recevoir un laissez-passer spécial pour ne pas être poursuivis par la justice et être acclamés, adulés, célébrés par les démocrates en raison de leur courage moral. C’est donc ainsi que cela se passe !

Ceux qui aspirent à vivre « éveillés » sont électrisés par le fait de pouvoir nous balancer leurs idées follement absurdes à la figure. En vérité, nous croyons tous en la justice, mais seulement si elle est appliquée aveuglement à chaque parcelle de notre République constitutionnelle. Or, les « woke » sont aveuglés par les feux de leur lutte violente pour la juste sociale. Ils sont dès lors incapables de voir l’injustice sociale, qu’ils créent en détruisant des entreprises, ni la myriade de vies, qui surmontèrent les véritables injustices pour créer leur propre rêve américain.

Quand « l’éveil » supprime les droits des autres à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur, il devient un mot vide de sens de quatre lettres. Vous êtes peut-être innocent des injustices sociales de la soupe du jour, mais si vous osez remettre en question les méthodes et les résultats, vous risquez de vous faire huer, démolir, abattre au cri de « WOKE YOU ! » Cela me fait penser au cri de guerre islamique « Allahou Akbar » . Cris différents, mais conséquences dramatiques identiques, le premier pour une prétendue justice sociale, le second pour la cause d’Allah, une divinité sanguinaire.

Voici les sept péchés mortels de l’idéologie du « Woke » :

Premier péché

Toute opposition à une cause « woke » est par définition fasciste et probablement raciste.

Les « Woke » aiment utiliser la manière douce pour expliquer leur idéologie, grâce à l’aide de bâtons et de pierres pour briser les os du malheureux, qui ose remettre en question leurs idées de justice sociale et leurs méthodes de persuasion.

Deuxième péché

« Créer une classe de pigeons »

Utiliser une cause pour aspirer ceux qui veulent leur justice sociale sous forme de réparations, d’université gratuite et de remise de dettes.

 Le fait que les médias, les universités et la classe politique propagent de telles absurdités, confirme la version de Tom Waits de la citation présumée de P.T. Barnum: « Toutes le minutes un pigeon naît et vous arrivez juste au bon moment. »

Troisième péché

Dé-financer la police, c’est faire preuve de justice sociale pour une juste cause.

Ils veulent nier notre droit et celui des personnes plus fragiles, ayant le plus besoin de protection, à la sécurité. Pensez à Chicago, Portland, Baltimore, New York ! Ceux qui tombent dans cette stupidité deviennent plus bêtes qu’une boîte pleine de pierres, car tout ce qu’ils ont gagné c’est une hausse accrue de la violence et de la honte engendrée par leur idéologie « woke ».

Quatrième péché

Il est permis de détruire des biens personnels*.

L’astérisque signifie : « Nous n’habitons pas ici, donc c’est votre problème pigeon ! »

Cinquième péché

L’idéologie «Woke» est symbolisée par des slogans dénués de sens.

« Woke » est vénéré et célébré par des organisations aux symboles idéologiques insipides comme BLM, LGBTQXYZ, ProChoice, Antifa et Climate Change, tout en refusant aux autres le droit de s’exprimer, en particulier aux enfants à naître.

Sixième péché

Nous sommes un mouvement non-violent et peu organisé. MENSONGE !

Le mouvement est alimenté par des centaines de millions de dollars au nom de la justice sociale, soutenant des mois d’émeutes, des agressions violentes à l’encontre de pacifiques manifestants pro-Trump et les menaces à l’égard des forces de police. George Soros et les milliardaires de Big Tech cautionnent le thème suivant: « Vous ne pouvez pas être « Woke » si vous êtes fauchés … et nous sommes là pour vous financer. »

Septième péché

Nous sommes en colère à propos de… (Remplisser les blancs)

Etre « woke » signifie être toujours en colère et ne jamais avoir à dire : « nous sommes désolés ou nous avons tort. » Piétiner des têtes, brûler des quartiers et priver les autres de leurs droits est légitimé, car ils détestent seulement la prétendue oppression de leurs causes chéries par les « non éveillés ». Les causes des « non woke » ne les intéressent pas. Ils peuvent être opprimés, bafoués, attaqués, cela ne les concerne pas. Ainsi pour les « Woke », tous les moyens illégaux et immoraux peuvent être utilisés pour justifier leurs actions violentes et obtenir ce qu’ils veulent. Et c’est là le péché le plus mortel de tous.

Les « Woke » ne seraient-ils pas à leur tour les « pigeons » d’un projet totalitaire aux tendances de plus en plus orwelliennes ?

Avec la victoire frauduleuse des démocrates, l’Amérique semble s’engouffrer dans une idéologie totalitaire, tyrannique, anti-démocratique sans précédent, où la chasse aux sorcières, la délation, la répression des partisans de Trump seront ses plus « beaux » fleurons, une idéologie qui n’a rien à envier à Staline, à Hitler à Mao, à Ceacescu, à Pol Pot et autres grands dictateurs du XXème siècle. Et dire, que Nancy Pelosi et ses collègues démocrates n’ont eu de cesse de qualifier Donald Trump de nazi, de fasciste, de fou, de dictateur. Ils feraient mieux de regarder l’immense poutre qui aveugle leurs yeux au lieu d’ hystériser à la folie la brindille de paille dans les yeux de Donald Trump.

Ce monde des « Woke » est caractérisé par un éveil vindicatif, une soif de revanche, une haine des Blancs démesurée.

J’ai lu quelque part qu’en termes d’équilibre psychique, être toujours en éveil finit par ressembler à une forme d’état psychotique proche de la paranoïa . Ainsi de… « woke » les « éveillés » pourraient devenir des « walking dead ».

Les « Woke » ne seraient-ils pas à leur tour les « pigeons » d’un projet totalitaire de plus en plus orwellien ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source : « The seven deadly Sins of Woke. » (FrontPage Mag)

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

13
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz