Publié par Gaia - Dreuz le 4 février 2021

Source : Theepochetimes

Les États-Unis doivent être prêts à une guerre nucléaire avec la Russie et la Chine tout en cherchant des méthodes pour limiter leur utilisation d’armes stratégiques, a déclaré le commandant du Commandement stratégique américain, le département qui gère la défense antimissile intégrée et d’autres systèmes.

L’amiral Charles Richard a écrit qu’il existe une « réelle possibilité » de crise régionale avec la Chine ou la Russie qui « pourrait rapidement dégénérer en conflit impliquant des armes nucléaires, si ces pays percevaient qu’une perte conventionnelle menacerait le régime ou l’État.

« En conséquence, l’armée américaine doit modifier sa conception principale des choses, en cessant de dire que ‘l’emploi du nucléaire n’est pas possible », mais en disant plutôt que ‘l’emploi du nucléaire est une possibilité très réelle’, et agir pour faire face à cette réalité et la prévenir », a-t-il écrit pour le journal de février de l’Institut naval américain. « Nous ne pouvons pas aborder la dissuasion nucléaire de la même manière. Elle doit être adaptée et évoluée en fonction de l’environnement dynamique auquel nous sommes confrontés. »

L’amiral Richard a déclaré que le département devrait « établir une unité » pour faire face à d’éventuelles « agressions russes et chinoises, tout en comprenant qu’elles nécessitent des approches de dissuasion différentes, et en incorporant cette pensée dans l’enseignement militaire professionnel dès que possible ».

Ces dernières années, Moscou et Pékin ont investi dans des capacités nucléaires conçues pour contraindre et contrer les États-Unis et même « les dépasser », a ajouté M. Richard.

« Tant que le ministère de la Défense ne comprendra pas, voire n’acceptera pas, ce à quoi il est confronté et ce qui doit être fait, nous courrons le risque de développer des plans que nous ne pouvons pas exécuter et de nous procurer des capacités qui ne produiront pas les résultats souhaités », a déclaré M. Richard. « En l’absence de changement, nous resterons sur la voie, une fois de plus, de nous préparer au conflit que nous préférons, au lieu de celui auquel nous sommes susceptibles d’être confrontés. »

S’adressant au Washington Times, Richard a déclaré que la Russie et la Chine pourraient devenir « deux compagnons disposant d’une bonne capacité nucléaire d’ici la fin de cette décennie », ce qu’il a qualifié de sans précédent.

« Nous avons supposé que la dissuasion stratégique tiendra à l’avenir, mais comme le contexte de la menace change, cela pourrait ne pas être le cas », a-t-il ajouté. « Nous devons être prêts à répondre aux menaces inter-domaines pour assurer la sécurité de notre nation et de nos alliés en pensant de manière holistique à la dissuasion stratégique au XXIe siècle. »

La semaine dernière, le Kremlin et les États-Unis ont annoncé qu’ils étaient parvenus à un accord pour prolonger le traité de contrôle des armes nucléaires New START, à la suite d’un appel téléphonique entre le président Joe Biden et le dirigeant russe Vladimir Poutine.

À la suite de cet accord, les responsables russes ont déclaré que l’accord avait été conclu « selon [leurs propres] conditions ».

L’ancien président Donald Trump avait cherché à ne pas renouveler le pacte, affirmant que la Russie n’y adhérait pas.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

31
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz