Publié par Magali Marc le 18 février 2021

Après la deuxième tentative d’Impeachment ratée contre Donald Trump, le Sénateur McConnell n’a pas pu résister à la tentation de porter des coups à l’ex-Président Trump, disant qu’il était « pratiquement et moralement responsable » des événements du 6 janvier. Donald Trump a réagi en faisant une critique implacable du Sénateur.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, le 17 février.

*****************************

Donald Trump a exprimé son courroux envers Mitch McConnell

Le leader de la minorité au Sénat, Mitch McConnell, n’est pas un fan de Donald Trump.

Il était bien content d’obtenir l’appui du Président Trump lorsqu’il s’est présenté pour un autre mandat au Sénat en novembre dernier mais, tout comme Mitt Romney en 2018, une fois qu’il avait obtenu ce dont il avait besoin, il l’a envoyé promener sans ménagement.

Après que la deuxième tentative d’Impeachment de M. Trump ait abouti à un acquittement, le Sénateur McConnell a déclaré que le Président Trump était « pratiquement et moralement responsable » des événements du 6 janvier.

Donald Trump a attendu deux jours avant de réagir, mais sa réaction, quand elle est arrivée, a été virulente.

J’ai déjà écrit un article concernant la conduite de M. McConnell après la tentative de destitution, je ne vais donc pas revenir là-dessus.

J’ai estimé à ce moment-là, et j’estime encore, que la déclaration de Mitch McConnell était de mauvais goût. Je pense que les «preuves» présentées par les Démocrates n’ont pas étayé leurs affirmations et je ne peux que conclure que M. McConnell est désireux de revenir au bon vieux temps lorsque les gens du marécage menaient la barque à Washington.

Soit dit en passant, certains Conservateurs que je respecte pensent que M. McConnell espère faire une place à des Conservateurs qui n’aiment pas Trump, au sein du Parti Républicain, mais cette idée ne me plaît pas.

Franchement, en ce qui concerne Donald Trump en général et le 6 janvier en particulier, il n’y a pas de juste milieu. Seul un politicien stupide peut croire qu’il va faire travailler ensemble ceux qui n’apprécient tellement pas son style qu’ils sont prêts à lui reprocher tout et n’importe quoi, avec ceux qui croient que Donald Trump est l’un des plus grands présidents américains et qu’il devrait être encore à la Maison Blanche.

Quoi qu’il en soit, après que M. McConnell s’en soit pris à Donald Trump, l’ex-président, connu pour ses répliques cinglantes, a gardé le silence pendant deux jours.

Mais mardi (le 16 février), il a réagi férocement, insultant le manque de leadership et la fidélité du Sénateur McConnell au marécage de Washington, ses échecs en Géorgie (voulus?), sa duplicité, sa double loyauté et sa personnalité publique profondément désagréable. C’est une attaque véritablement épique et, à mon avis, bien méritée.

Concernant l’échec du leadership de M. McConnell, M. Trump a déclaré que le Sénateur est « voué au business as usual » et aux « politiques du statu quo » ; qu’il manque de « perspicacité politique, de sagesse, de compétence et de personnalité », et que le leader de la majorité démocrate et sénatoriale, Chuck Schumer, « le manipule facilement ».

M. Trump souligne ce que tout le monde a forcément remarqué, à savoir qu’il a eu fortement influencé le vote des Représentants au Congrès durant les élections de 2020.

C’est pourquoi beaucoup (moi y compris) ont du mal à accepter que M. Biden ait gagné, car Joe Biden n’a eu aucune influence sur les électeurs.
Dans sa réplique , Donald Trump explique comment, grâce à sa présence en tête de liste, les Républicains ont remporté 15 sièges à la Chambre des Représentants, ont obtenu la majorité dans « 59 des 98 Assemblées législatives des États » et « ont conservé au moins 12 sièges au Sénat ».

En ce qui concerne la Géorgie, M. Trump attribue la responsabilité de la perte des deux Sénateurs Républicains à M. McConnell :

« Lorsque le désastre de la Géorgie s’est produit, nous aurions dû gagner les deux sièges du Sénat américain, mais M. McConnell a modifié l’offre des Démocrates de 2 000 à 600 dollars pour les chèques destinés à relancer la consommation. Comment cela a-t-il fonctionné ? C’est devenu la principale annonce publicitaire des Démocrates, et ça leur a permis de gagner. M. McConnell, l’un des politiciens les plus impopulaires des États-Unis, s’est présenté lui-même dans les publicités. De nombreux républicains de Géorgie ont voté démocrate, ou n’ont tout simplement pas voté, en raison de leur angoisse face à l’incompétence de leur gouverneur, Brian Kemp, du Secrétaire d’État, Brad Raffensperger, et du Parti Républicain, qui n’a rien fait pour assurer l’intégrité des élections lors de la course à la présidence de 2020. »

Si Donald Trump ne regrette pas le rôle qu’il a joué dans l’élection, il regrette fortement d’avoir accepté lorsque M. McConnell l’a « supplié » afin d’obtenir son appui et son approbation pendant la campagne sénatoriale très serrée dans le Kentucky.

« Il oublie vite », a dit M. Trump. Il a ajouté, à juste titre, que M. McConnell n’aurait pas pu gagner sans lui.

Donald Trump s’est ensuite attaqué au manque de loyauté de Mitch McConnell envers l’Amérique :

« (…) McConnell n’a aucune crédibilité sur la Chine en raison d’importantes participations de sa famille dans les entreprises chinoises. Il n’a rien fait contre cette énorme menace économique et militaire.»
La personnalité de McConnell a été également prise à partie :
« Mitch est un politicien sans conviction, maussade, renfrogné et peu souriant, et si les sénateurs républicains restent avec lui, ils ne gagneront plus. Il ne fera jamais ce qui doit être fait, ou ce qui est bon pour notre pays
».

M. Trump met vraiment au défi, non seulement Mitch McConnell, mais chaque NeverTrumper, anti-MAGA, pro-status quo, démocrate-républicain au Congrès :

« Si nécessaire et approprié, j’appuierai ceux qui se présentent pour rivaliser avec (les RINO et les Never-Trumpers), ceux qui ont adopté le slogan « Making America Great Again » et notre politique de faire passer l’Amérique en premier. Nous voulons un leadership brillant, fort, réfléchi et compatissant. »

Le silence de Trump au cours du mois dernier était politiquement intelligent car il a permis aux gens de réaliser à quel point l’Administration Biden est horrible sans que les médias n’aient recours à Donald Trump pour faire distraction.

Cependant, M. Trump a maintenant fait savoir qu’il est encore présent et qu’il va continuer à se battre avec la même énergie pour la grandeur de l’Amérique.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

10
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz