Publié par Guy Millière le 18 février 2021

Macron et le gouvernement ont décidé de prolonger l’”état d’urgence sanitaire” jusqu’au 1er juin.

Cela signifie que cafés, restaurants, nombre de commerces vont rester fermés.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Cela signifie que le couvre-feu à six heures du soir va durer, et que la population va continuer à vivre dans un fonctionnement digne d’un régime autoritaire.

Cela va conduire à bien plus de pauvreté et de chômage encore. Cela va accélérer la ruine du pays.

C’est d’autant plus insupportable que l’”état d’urgence sanitaire” ne sert strictement à rien et ne permettra pas davantage aujourd’hui qu’hier de faire reculer la maladie, bien au contraire.

Aucune vie ne sera sauvée. Des vies, par contre, continueront à être sacrifiées.

La présidence Macron était déjà une catastrophe pour le pays avant la pandémie. Elle atteint désormais le niveau d’une catastrophe absolue.

On a rarement vu une telle accumulation d’incompétence, d’arrogance et de monstruosité.

Il y a dans ce qui se passe une dimension de fuite en avant : changer de politique serait pour Macron et pour son gouvernement reconnaître qu’ils se sont trompés et se sont conduits de manière criminelle. Donc ils continuent.

Redonner de la liberté à la population, ce serait, pour eux, prendre le risque de voir le désespoir et la colère exploser, ce qui pourrait conduire à un soulèvement plus ample et plus intense que celui des gilets jaunes. Donc ils ne redonnent aucune liberté, ou alors tout juste celle dont disposaient les habitants des pays d’Europe centrale soumis à la dictature communiste, avant la chute de l’empire soviétique.

Au point où en sont les choses, Macron et le gouvernement pourraient envisager, qui sait, de suivre la même ligne jusqu’au printemps 2022. Peut-être y songent-ils.

C’est d’autant plus immonde que non seulement l’”état d’urgence sanitaire” ne sert strictement à rien et ne permettra pas davantage aujourd’hui qu’hier de faire reculer la maladie, mais que la maladie elle-même n’a jamais atteint le niveau de gravité qu’on lui attribue – ce dont on s’apercevra, je l’espère, un jour, quand il sera possible d’en revenir aux faits et de les dissocier de la propagande.

Quand bien même il y a des morts chez les gens de moins de 75 ans, ils représentent une faible proportion du nombre total des morts, qui lui-même ne permet pas de distinguer les morts du Covid des morts décédés d’autre chose mais atteints par le Covid. (La fiabilité des tests étant relative, on peut en outre émettre des doutes sur le nombre de ceux qui étaient effectivement atteints.)

Je dois, en supplément, le souligner à nouveau : le recours au traitement à l’hydroxychloroquine prôné par le professeur Raoult aurait permis de diminuer très fortement le nombre des morts et d’éviter l’effroyable situation présente.

Une préférence a été accordée à des traitements inutiles (doliprane), à l’absence de traitement, au Remdesivir, produit aux effets secondaires dangereux, et au Rivotril pour l’euthanasie dans les maisons de retraite.

Les vaccins aujourd’hui sont distribués avec une inefficacité absolument remarquable.

Et je n’ai pas parlé ici de la politique menée en matière d’immigration, et des mesures censées être prises contre l’insécurité ou pour contrer l’islamisation du pays. La plus notable semble être la dissolution de l’organisation Génération Identitaire, qui est incontestablement un dangereux regroupement de djihadistes et de lecteurs fanatiques du Coran. La loi sur le “séparatisme” (inepte et vaine car l’islam ne sépare pas, il conquiert) est si vidée de sa substance qu’elle devrait finir directement à la poubelle.

Au cours de la présidence Hollande, j’écrivais qu’il serait difficile de trouver pire, et j’ai dû m’apercevoir très vite que je me trompais.

J’ai compris dès la campagne électorale en 2017 que Macron serait bien pire.

Je n’imaginais pas qu’il pourrait être pire à ce degré.

Je ne peux m’empêcher de penser souvent au diagnostic posé à distance par un psychiatre italien en mars-avril 2017, et à l’affirmation inhérente à ce diagnostic : Macron est un psychopathe arrogant, totalement indifférent à la souffrance des autres, et qui peut même prendre plaisir à infliger de la souffrance.

Macron était l’homme qu’il fallait pour briser la France, et les maîtres du monde l’ont installé au pouvoir pour cela.

La pandémie a permis d’accélérer la destruction.

L’incompétence n’est peut-être que le masque derrière lequel se cachent une arrogance et une monstruosité plus intenses encore qu’on l’imagine.

La France s’effondre au milieu d’une Europe qui s’effondre, elle aussi, et dans laquelle la soumission à une nomenklatura mondiale se prépare.

Certains pays du monde occidental s’effondrent un peu moins vite, mais tous sont touchés.

Un sursaut viendra-t-il ? Pour l’heure, en tout cas, je ne le vois pas venir.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

51
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz