Publié par Jean-Patrick Grumberg le 20 février 2021

Coca-Cola encourage ses employés à suivre une formation en ligne leur disant d’ « essayer d’être moins blanc ».

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Des copies d’écran d’un cours antiraciste en ligne provenant d’un dénonciateur interne sont à couper le souffle. Le cours enseigne aux employés de Coca-Cola à être « moins blancs », parce qu’être blanc, c’est être arrogant, défensif, ignorant et oppressif.

Le cours est disponible sur le site « LinkedIn Learning » (1) du réseau d’entreprises LinkedIn. Coca-Cola n’est probablement pas la seule entreprise à utiliser cette formation pour ses employés.

Le cours affirme qu’en Occident, les enfants blancs sont socialisés « pour se sentir supérieurs par nature », et que les « ateliers ponctuels » sur le racisme ne suffisent pas, et que les gens doivent être régulièrement corrigés et endoctrinés à « l’antiracisme ». On retrouve ici les fondamentaux de la révolution culturelle communiste sous Mao.

Les copies d’écran ont été divulguées à Karlyn Borysenko par un dénonciateur interne de Coca-Cola. Elles montrent un cours de Robin DiAngelo intitulé « Confronting Racism » (Faire face au racisme). Le logo Coca-Cola apparait dans le coin supérieur droit de la page.

Aux Etats-unis et dans les autres nations occidentales, les blancs sont socialisés pour se sentir intrinsèquement supérieurs parce qu’ils sont blancs.
Les recherches [JPG : quelles recherches ?] montrent qu’à l’âge de 3 ou 4 ans, les enfants comprennent qu’il vaut mieux être blanc
Etre moins blanc, c’est :
– être moins oppressif
– être moins arrogant
– être moins certain
– être moins défensif
– être moins ignorant
– être plus humble
– écouter
– croire
– rompre avec l’indifférence
– ne plus être solidaire (avec les blancs)

Regardons de plus près cette copie d’écran.

Une analyse rapide permet de voir son côté destructeur. Il est écrit qu’être moins blanc, c’est :

  • être moins oppressif : donc les blancs sont par nature des oppresseurs. Aucune preuve n’est apportée de ce délire qui met tout le monde dans le même panier.
  • être moins arrogant : je me demande comment le patron d’Amazon, blanc et homme le plus riche du monde, Bill Gates, et l’employé de McDonald de Pennsylvanie qui travaille à 7,25 $ de l’heure se retrouvent dans la même catégorie avec le même trait de caractère. Je me demande si les psychologues adhèrent à cette définition.
  • être moins certain : vous ne devez pas avoir de pensée à vous, que vous avez développé avec votre intelligence et votre réflexion.
  • être moins défensif : si on est blanc, on est arrogant, et si on est blanc, on est défensif ? Mais arrogant et défensif sont deux traits qui se contredisent !
  • être moins ignorant : Hein ? Ah oui, cela veut dire « apprendre ce que la gauche progressiste veut qu’on apprenne : théorie du genre, climat, monde sans frontière, etc)
  • être plus humble : heu… tout le monde devrait être plus humble.
  • écouter : hein ?
  • croire : le doute, la réflexion personnelle, ne sont plus permis car ils font obstacle à l’endoctrinement, c’est évident. Le cours ne dit pas qui il faut croire, mais on se doute de la réponse : il faut croire la gauche et pas la droite.
  • rompre avec l’indifférence : heu… juste en dessous, il est demandé tout le contraire.
  • ne plus être solidaire (avec les blancs) : évidemment ! Quand on est solidaire, on se soutient ; quand on se soutient, on représente une force ; quand on représente une force, on fait concurrence à l’Etat socialiste et aux élites qui veulent tous les pouvoirs.
Confronter le racisme : comprendre que veut dire d’être blanc, et remettre en question la signification du racisme.

Nous vivons en pleine folie ! Folie progressiste qui consiste, tout simplement à détruire notre culture, notre passé, à détruire l’Amérique, qui est le pays qui a donné sa chance à plus de personnes au monde que n’importe quel autre pays, à faire table rase et à remplacer tout ça par le socialisme, un système opposé à la nature humaine.

Pourquoi, direz-vous en vous grattant la tête, une entreprise capitaliste mondiale comme Coca-Cola participe-t-elle à démanteler les conditions qui lui ont permis d’exister, de se développer, de devenir leader et de le rester.

La réponse est toute simple, trop simple pour les experts : leurs cadres, leurs dirigeants, ont été formés dans les grandes universités américaines comme Harvard, Princeton, Columbia, Yale ou encore Stanford.

Et ces universités sont dirigées depuis la fin des années 60 par des gauchistes. Les professeurs sont des marxistes et des socialistes qui ont fait un parfait lavage de cerveau sur leurs jeunes étudiants privilégiés en leur enseignant la haine de l’Amérique, en leur présentant le socialisme sous un angle positif et en effaçant son côté diabolique. Ainsi, pour les dirigeants de ces entreprises internationales, les idées socialistes ne sont que des bonnes idées, et l’Amérique est le berceau du mal, du racisme, de la discrimination, et la suprématie blanche la source de tous les maux de la terre. (Et bien entendu, tout ce beau monde est totalement et parfaitement blanc, il n’y a pas grande diversité en leur sein : la diversité, c’est pour nous, eux n’y sont pas contraints).

Conclusion

Des cours similaires contre les Blancs ont été interrompus par Coca-Cola à la suite du décret du président Trump interdisant la formation controversée sur la race pour les entrepreneurs fédéraux l’année dernière, « disant au personnel qu’il recommencerait si Biden gagnait », et qu’ils prévoient maintenant d’intégrer ce cours « à la formation » des nouveaux employés.

Je ne vais pas vous surprendre : je m’attends à ce que des cours antiracistes arrivent dans les écoles de vos enfants, tout comme les cours de « genre neutre » et de « théorie du genre » avaient tenté de faire leur entrée dans l’Education nationale quand Najat Vallaud-Belkacem était la ministre et niait leur existence. La différence, c’est que si vous refusez ce nouvel endoctrinement, vous serez étiqueté raciste. Ils ont pensé à tout : dans tous les cas, vous êtes perdant.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

  1. https://www.linkedin.com/learning/confronting-racism-with-robin-diangelo/understanding-what-it-means-to-be-white-challenging-what-it-means-to-be-racist

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

45
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz