Publié par Gaia - Dreuz le 23 février 2021

Source : Lematin

Un responsable d’un institut de recherche polonais enquêtant sur les crimes nazis a quitté lundi son poste suite à la publication de photos compromettantes.

Un haut responsable d’un institut de recherche polonais chargé d’enquêter sur les crimes nazis et ceux commis pendant l’époque communiste a démissionné lundi après la publication de photos où on le voit faire le salut nazi en public il y a quelques années.

Tomasz Greniuch avait été nommé début février directeur de la section de Wroclaw (sud) de l’Institut pour la mémoire nationale (IPN). Peu après, des photos ont commencé à circuler montrant le responsable faisant le salut nazi dans des rassemblements d’extrême droite plusieurs années auparavant.

Le directeur de l’IPN Jaroslaw Szarek a annoncé dans un communiqué qu’il n’était plus possible pour Tomasz Greniuch « de continuer à assumer ses fonctions » et qu’il avait accepté sa démission.

Erreur de jeunesse

L’IPN avait été mis en place en 1999 pour enquêter et poursuivre les crimes commis sous le nazisme et le communisme en Pologne. La nomination de Tomasz Greniuch avait suscité immédiatement des critiques en Pologne et au niveau international.

L’ambassade israélienne avait ainsi estimé sur Twitter «qu’en Pologne, pays qui a tant souffert de l’occupation nazie, il ne devrait pas y avoir de place pour l’utilisation de symboles nazis». Mais dans un premier temps, l’institut avait défendu cette nomination, Jaroslaw Szarek estimant que Greniuch avait «présenté des excuses» et qu’il s’agissait d’une erreur de jeunesse.

Complicité dans le génocide

Le gouvernement polonais nationaliste a été accusé par le passé de politiser le travail de l’institut, refusant notamment de commémorer la mémoire de personnalités de l’ère communiste qui avaient combattu le nazisme.

Début février, la justice polonaise a ordonné à deux historiens renommés de publier des excuses en raison d’«inexactitudes» dans leur livre sur l’Holocauste, à l’issue d’un procès en diffamation qui a suscité un vif débat sur la liberté de la recherche scientifique dans le pays.

Les professeurs Barbara Engelking, présidente du Conseil international d’Auschwitz, et Jan Grabowski, de l’Université d’Ottawa, sont coauteurs d’un ouvrage intitulé «Plus loin, c’est encore la nuit», qui fait état de nombreux cas de complicité de Polonais dans le génocide juif pendant la Seconde Guerre mondiale.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

6
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz