Publié par Christian Larnet le 1 février 2021
Dr Steven Quay

Un article a été publié par le Dr Steven Quay (1), M.D., PhD, PDG d’Atossa Therapeutics, Inc, intitulé « Une analyse bayésienne conclut au-delà de tout doute raisonnable que le SRAS-CoV-2 n’est pas une zoonose naturelle mais qu’il est plutôt dérivé en laboratoire ».

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

99,8 % de probabilité que le SRAS-CoV-2 provienne d’un laboratoire et seulement 0,2 % de probabilité qu’il provienne de la nature

L’objectif de l’étude était de déterminer l’origine du SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19. En partant d’une probabilité de 98,2 % qu’il s’agisse d’un saut zoonotique par rapport à la nature, avec une probabilité de seulement 1,2 % qu’il s’agisse d’une fuite en laboratoire, vingt-six faits et preuves différents et indépendants ont été examinés. La conclusion finale est qu’il y a 99,8 % de probabilité que le SRAS-CoV-2 provienne d’un laboratoire et seulement 0,2 % de probabilité qu’il provienne de la nature.

L’article de 193 pages peut être téléchargé (2) sur Zenodo, un dépôt d’archives général à accès libre géré par le CERN.

« Comme beaucoup, je suis préoccupé par ce qui semble être d’importants conflits d’intérêts entre les membres de l’équipe de l’OMS et les scientifiques et médecins en Chine, et par le fait que cela empêcherait un examen impartial de l’origine du CoV-2 du SRAS », a déclaré le Dr Quay.

« En ne prenant que des preuves scientifiques accessibles au public sur le CoV-2 du SRAS, et en utilisant des estimations très prudentes dans mon analyse, je conclus néanmoins qu’il est hors de tout doute raisonnable que le CoV-2 du SRAS s’est échappé d’un laboratoire.

Les preuves supplémentaires de ce qui semble être des séquences génétiques de vaccins adénoviraux dans des échantillons de cinq patients de décembre 2019, et séquencés par l’Institut de virologie de Wuhan, nécessitent une explication. Vous verriez ce genre de données dans un essai de provocation vaccinale, par exemple. Il faut espérer que l’équipe de l’OMS pourra obtenir des réponses à ces questions ».

Il est essentiel de se pencher sur les origines du virus afin de comprendre pleinement comment il infecte les humains, et de mettre au point de meilleurs traitements, explique le Dr. Quay.

« En étudiant ce processus, j’ai trouvé un schéma inhabituel dans ce qu’on appelle un groupe génétique ».

Il poursuit en disant qu’il y avait quatre patients avec « littéralement le même virus, ou seulement un nombre infime de changements qui représentent la première version du virus, le SRAS-CoV-2, qui est entré dans les humains. »

Les quatre patients ont été vus à l’hôpital de l’Armée de libération du peuple (ALP) à Wuhan, en Chine, qui se trouve à 100 mètres de la ligne 2 du métro de Wuhan.

Le Dr Quay a ensuite pris ces informations et a relié les 100 premiers patients de Wuhan à cette même ligne de métro, qui transporte un million de personnes par jour. La ligne 2 comporte également une station du train à grande vitesse, qui relie toute la Chine en quelques heures, et se termine à l’aéroport international de Wuhan, avec des vols quotidiens dans le monde entier. 

« En décembre 2019, chaque patient s’est rendu dans un hôpital situé près de la ligne 2 du métro de Wuhan. Et donc je pense que cette remarquable combinaison de l’hôpital de l’ALP en tant que premier groupe génétique de patients et de la ligne 2 du métro de Wuhan en tant que conduit vers n’importe quel endroit du monde en quelques heures et avant l’apparition des symptômes, peut largement expliquer la nature explosive de la pandémie ».

« Vous pouvez littéralement quitter l’hôpital de l’ALP, descendre les escaliers du métro, et atteindre Houston, Londres, New York ; et ne plus jamais avoir à sortir », a noté le Dr Quay. 

Pour aider à découvrir la vérité et pour obtenir un retour d’information sur les méthodologies utilisées et les conclusions tirées dans ce document, une copie pré-publication de ce document a été envoyée à vingt-six scientifiques du monde entier, y compris les chercheurs de l’OMS actuellement à Wuhan, les scientifiques de l’Institut de virologie de Wuhan, ainsi que d’autres virologistes éminents.

Voici une courte vidéo des conclusions du docteur Quay :

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

  1. Le Dr Steven Quay a publié plus de 360 contributions à la médecine et a été cité plus de 10 000 fois, ce qui le place dans le 1% des plus grands scientifiques du monde entier. Il détient 87 brevets américains et a inventé sept produits pharmaceutiques approuvés par la FDA, qui ont aidé plus de 80 millions de personnes. Il est l’auteur du livre le plus vendu sur la survie à la pandémie, Stay Safe : A Physician’s Guide to Survive Coronavirus (Guide du médecin pour survivre au coronavirus), qui est un best-seller. Il est le PDG d’Atossa Therapeutics Inc. (Nasdaq : ATOS), une société biopharmaceutique en phase clinique qui développe de nouvelles thérapies pour traiter le cancer du sein et le COVID-19.
  2. https://c212.net/c/link/?t=0&l=en&o=3051729-1&h=4045803507&u=https%3A%2F%2Fzenodo.org%2Frecord%2F4477081&a=https%3A%2F%2Fzenodo.org%2Frecord%2F4477081%23
18
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz