Publié par Dreuz Info le 3 février 2021

On se croirait entre 1940 et 1945 : une lettre d’accusation anonyme circule à l’Université Libre de Bruxelles. Elle s’attaque au professeur Samuel Furfari. Je le savais, ai voulu en savoir plus et ai tout lu attentivement. Ainsi, son cours est déclaré saturé de « déviations idéologiques » relatives au consensus sur l’avenir de l’énergie en Europe.

L’accusation principale est le climato-scepticisme. Très grave ! Le fait est que, si l’information relative à l’innocence thermique du CO2 pouvait circuler, plus rien ne justifierait de payer l’énergie au moins dix fois trop cher  avec la formule « éoliennes – photovoltaïque – hydrogène ». On pourrait plutôt demander aux centrales thermiques connues de bien filtrer leurs gaz pour obtenir que seul s’échappe un CO2 pur indispensable à la nature, bien filtrer pour supprimer à leur niveau une pollution omniprésente. (Il est vrai que les filtres nécessaires doivent être  payés par les centrales et que les énergies « vertes » extraient beaucoup d’argent… sans devoir être réellement vertes!)

Précisons que le GIEC n’est pas aussi catégorique que ses zélateurs : il laisse ses  chercheurs déclarer, par exemple dans le premier chapitre de « Principes de base de l’effet de serre – Planet – Terre » : « L’effet de serre est une expression-piège. Dans le langage courant, elle fait référence au réchauffement à l’intérieur des serres horticoles et ce réchauffement est essentiellement dû à l’effet de confinement (convection limitée). En science du climat, elle fait référence au réchauffement de la surface des planètes dû à l’absorption du rayonnement infrarouge par l’atmosphère. Il n’existe pas à notre connaissance d’expérience simple montrant qu’une augmentation de la concentration en CO2 entraîne une augmentation de l’effet de serre (au sens des climatologues). »

Ainsi, l’Europe,isolée, envisage d’investir des milliers de milliards d’euros pour éliminer la production de CO2 dont l’augmentation pourrait (?) augmenter la température terrestre ! (1)

Et LA question est : pourquoi ces milliers de milliards « bons » à remplir quelques poches quand la solution – surtout pour ceux qui croient à l’effet réchauffant du C02 ! – est le nucléaire que promeut le GIEC ? Curieusement, le nucléaire n’est pas promu par Greta. Greta est l’égérie du professeur JP. van Ypersele, vice-président du GIEC, et on voudrait comprendre…..

Et LA question s’impose : comment se fait-il que la théorie du professeur van Ypersele sur l’évolution du CO2 dans l’air – théorie totalement contraire à la physique – n’ait pas été dénoncée par ses étudiants ? (2)

Il est vrai que la lettre anonyme de l’ULB exprime des craintes concernant l’esprit critique d’ étudiants  « soumis à plusieurs sons de cloche ». La controverse est la base de toute recherche scientifique, certains semblent l’ignorer…. et il est grand temps qu’elle retrouve sa place dans l’enseignement.

(1) En trente ans,  l’innocence (théorique) du CO2 s’est confirmée chaque jour plus, même si elle était déjà acquise il y a cent ans. DES preuves sont disponibles.

(2) Dans son livre Au coeur des turbulences climatiques, p.41, on lit : Cette inertie (du CO2) tient au fait que seule la moitié du carbone émis est absorbée par la végétation et les océans. L’autre moitié s’accumule dans l’atmosphère et y persiste durant des centaines d’années. Cela est totalement faux !

Une bouffée de 14C exceptionnelle, suivie par l’homme, nous apprend qu’en 20 ans elle a disparu pour moitié, pour 75 % en 40 ans etc. Cette loi de décroissance nous donne la vitesse à laquelle toute masse de CO2 projetée dans l’air se dilue essentiellement dans les océans (qui en contiennent 60 fois plus que l’air) et aussi dans la  biomasse.

Bref, les 100ppm de CO2 supplémentaires présents actuellement dans l’air du fait de l’activité humaine, auraient presque disparu dans 60 ans si on cessait d’en produire. Et en produire reste utile à condition d’installer des filtres anti-pollution. Mais qui a intérêt à semer la confusion régnante ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Claude Brasseur pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

28
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz