Publié par Dreuz Info le 5 mars 2021

Dans la série The West Wing sur Netflix, dans le 1er épisode de la 5e saison, Josh évoque une réunion où les dirigeants démocrates vont les punir pour avoir invoqué le 25e amendement. Josh dit : « Quelqu’un d’autre vient assister à l’autodafé ? »

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Chine Labbé, directrice de la publication de NewsGuard Europe, une entreprise financée par Microsoft qui voulait se faire passer pour dénonciateur indépendant de fausses informations, attaque Dreuz en l’accusant de diffuser des Fakes News sur la fraude électorale de novembre, et sur l’efficacité de l’hydroxy pour soigner les gens juste au moment où ils viennent d’attraper le virus chinois, et nous demande de nous expliquer.

En réponse, nous lui avons posé une question : « Merci de nous indiquer la liste des fausses informations que vous avez relevées en 2020 sur BFMTV, Le Monde, Libération, L’Obs, France Inter etc. »

Labbé n’a jamais répondu à cette simple question parce qu’elle ne pouvait pas répondre. Elle était brusquement exposée pour ce qu’elle est : une personne malhonnête qui n’a aucune envie de vérifier les fausses nouvelles. Elle avouait, par son silence, qu’elle n’est en rien le juge indépendant qu’elle prétend être, mais la gauchiste acharnée à autoriser uniquement les idées que les fascistes acceptent que la droite exprime, et strictement rien d’autre.

  • Lorsque les islamistes d’Al-Qaïda ont envahi le Mali, puis Tombouctou en 2012, parmi leurs cibles figuraient des manuscrits – des livres inestimables qui devaient être brûlés. Abdel Kader Haidara a risqué sa vie pour protéger ces œuvres médiévales. Avec d’autres, il a réussi à faire sortir clandestinement 350 000 manuscrits, prouvant ainsi que les gens ordinaires étaient prêts à prendre des risques pour sauver la culture que les terroristes veulent détruire.

Chine Labbé n’aurait pas été aux côtés de ceux qui ont pris des risques pour sauver la culture.

  • En 213 avant J.-C., l’empereur chinois Qin Shi Huang a ordonné de brûler des livres. Son objectif ? Le nouvel empereur ne voulait pas être comparé aux souverains « plus vertueux ou plus compétents » que lui.

    C’est le travail quotidien de Chine Labbé.

    Elle ne peut pas physiquement brûler Dreuz et les médias dont le message lui déplaît, car ils s’expriment sur internet, pourtant elle tente de nous brûler. NewsGuard s’efforce d’inciter le public à se détourner de Dreuz, des médias de droite, afin que les gens ne comparent pas les médias traditionnels qu’elle protège, à des médias « plus vertueux ou plus compétents ».

Grâce à la connaissance, les gens ne sont plus contrôlés exclusivement par les élites

  • Selon Rebecca Knuth (1), auteur de Burning Books and Leveling Libraries : Extremist Violence and Cultural Destruction, les motifs derrière la destruction des livres pendant la Seconde Guerre mondiale étaient que les gens voyaient la connaissance comme un moyen de se changer eux-mêmes, et qu’ils n’étaient « plus contrôlés exclusivement par l’élite ». Le but était de « rétablir l’équilibre des pouvoirs ».

    C’est ce que voudrait faire Chine Labbé : rétablir l’équilibre, rendre le contrôle aux élites.
  • J’ai été frappé par la similitude du passage suivant avec la façon d’agir de Labbé :

« Le facteur unificateur entre tous les types de brûleurs de livres au 20e siècle, » dit Knuth, « est que les auteurs se sentent comme des victimes, même si ce sont eux qui sont au pouvoir ».

« Les brûlages de livres les plus tristement célèbres sont peut-être ceux mis en scène par Adolf Hitler et les nazis, qui utilisaient régulièrement un langage se présentant comme les victimes des Juifs.

De même, lorsque Mao Zedong a pris le pouvoir en Chine et a mis en œuvre la révolution culturelle, tout livre qui n’était pas conforme à la propagande du parti, comme ceux qui faisaient la promotion du capitalisme ou d’autres idées dangereuses, était détruit.

Voyez-vous comme moi le lien direct entre la pensée de Chine Labbé, les nazis et Mao Zedong ? Les objectifs sont strictement identiques :

  • Labbé travaille à empêcher les gens de reprendre le pouvoir, elle veut qu’il reste entre les mains des médias dominants.
  • Elle veut faire interdire tout ce qui n’est pas conforme à la propagande.
  • Labbé ne veut pas qu’on fasse la promotion « d’idées dangereuses »,
  • Et elle se sent victime, même si elle travaille pour BigTech qui a le pouvoir.

Quand nous avons demandé à Chine Labbé la liste des principaux médias qu’elle a vérifiés en 2020, elle a été exposée pour ce qu’elle est vraiment.

J’aurais pu lui demander si elle a dénoncé le New York Times, pour qui elle a travaillé, qui a pendant trois ans soutenu la fausse nouvelle que le président Trump a colludé avec la Russie. Trois ans c’est long, et Labbé avait largement le temps de le dénoncer. Rien. Pas un mot. Pas une ligne.

Labbé a-t-elle relevé la fausse information lorsque le NYT a titré que Trump était coupable, juste après avoir été innocenté dans le procès en destitution après les émeutes du 6 janvier au Capitole ? Nooooon ! Labbé était trop occupée à vérifier si les médias de droite ne dépassaient pas les bornes que son esprit totalitaire a fixées.

Je n’aime pas les fausses nouvelles. Elles demandent beaucoup d’énergie pour faire le tri et trouver les faits. Je le sais, car je les croise tous les jours dans les grands médias concernant Israël, concernant Donald Trump, concernant l’immigration, concernant le racisme, concernant… concernant…

Je soutiendrai et applaudirai une organisation neutre qui dénoncerait toutes les fausses informations. Mais en ne ciblant que les médias de droite, Mme Labbé avoue qu’elle ne se soucie guère des fausses nouvelles, raison pour laquelle elle ne vérifie pas les médias grand public. Tout ce qui l’intéresse, c’est de contrôler l’esprit des gens pour leur enlever leur pouvoir, leur liberté de pensée, et le rendre à l’élite.

C’est la haine pure pour l’être humain, considéré comme trop bête pour réfléchir par lui-même, et devant être rééduqué. C’est du totalitarisme. La cancel culture à laquelle participe Labbé s’appelle le fascisme. Jamais dans l’Histoire de l’homme, les gens qui cherchaient à censurer les autres ne se trouvaient dans le camp des libérateurs, mais dans celui des oppresseurs.

Labbé, merci de nous avoir donné l’occasion de le rappeler.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

  1. https://www.smithsonianmag.com/history/brief-history-book-burning-printing-press-internet-archives-180964697/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

35
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz