Publié par Guy Millière le 23 mars 2021

Israël a l’immense chance d’avoir à sa tête le plus grand homme d’Etat en activité aujourd’hui, Binyamin Netanyahou.

Avant le coup d’Etat qui a chassé Donald Trump, il y avait un autre grand homme d’Etat à la tête des Etats-Unis, le coup d’Etat contre Donald Trump ayant, hélas, réussi, les Etats-Unis sont dirigés présentement par un assemblage de gauchistes anti-américains et anti-israéliens dirigés par Barack Obama, cachés dans l’ombre cloacale d’un homme corrompu atteint de la maladie d’Alzheimer, et Binyamin Netanyahou est seul. Il l’était déjà au temps où   Barack Obama était Président, mais maintenant que Barack Obama se tient dans l’ombre et peut aller plus loin dans l’ignominie que lorsqu’il était visible, c’est pire.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Israël va devoir faire redémarrer son économie après avoir dû surmonter la pandémie, et nul n’est mieux place que Binyamin Netanyahou, qui a pris au cours des trois dernières décennies l’essentiel des mesures qui ont fait d’Israël la startup nation dont l’exemple est enseigné dans toutes les business schools du monde, pour prendre les mesures requises pour ce redémarrage (on me dira, je sais, qu’il y a de la pauvreté en Israël, des monopoles qui créent des abus, des impôts élevés, un secteur du logement où les prix sont souvent inabordables, et je sais que des décisions devraient être prises, mais je ne vois, en prenant en compte le contexte concret d’Israël aujourd’hui, aucun dirigeant politique israélien à même de faire mieux que Netanyahou: je laisse de côté bien sûr, les démagogues susceptibles de dire que demain on rasera gratis et que ce sera la paix universelle).

Israël va, surtout, devoir affronter plusieurs tempêtes : les gauchistes anti-américains et anti-israéliens susdits sont au pouvoir à Washington, et les mollahs de Téhéran, les communistes chinois de Pékin, les islamistes, d’autres criminels, savent que des opportunités maléfiques s’ouvrent pour eux. Ils savent que les dirigeants de l’Union Européenne sont sur la même nauséabonde longueur d’onde que les gauchistes au. Pouvoir à Washington. 

Le programme nucléaire militaire iranien tourne à plein régime, et les mollahs vont sans doute retrouver très vite les moyens de financer Hamas, Hezbollah, milices Houthi, al Qaida, ce qui rend très possible la sanctuarisation de l’Iran et une recrudescence du terrorisme. La déstabilisation des monarchies du Golfe et de l’Arabie Saoudite au profit des Frères Musulmans et de l’Iran s’esquisse. Des pressions venues de Washington s’exercent sur les pays arabes signataires des accords d’Abraham et sur l’Arabie Saoudite. Elles s’exercent aussi sur Israël, et l’Europe va se mettre de la partie : l’Autorité Palestinienne a déjà renoué avec ses offensives de lawfare, et la sinistre “solution à deux Etats” va ressortir des bocaux de formol où elle avait été placée sous Trump, le Hamas va monter en puissance, et c’est un ami du Hamas, Hedy Amr, qui a été nommé négociateur américain avec Israël. La Chine, qui est l’alliée du régime des mollahs ne se contente pas de pratiquer un génocide dans le Xinjiang, d’écraser Hong Kong et de menacer Taïwan : elle a des visées au Proche-Orient.

Les gauchistes au pouvoir à Washington ont enclenché une hausse des prix du pétrole qui va favoriser l’Iran davantage encore.  

Nul n’est mieux place que Binyamin Netanyahou pour agir tactiquement et stratégiquement face aux tempêtes qui s’annoncent. Il l’a montré remarquablement pendant les années Obama. 

Son bilan est extraordinaire et admirable. Il est, pour l’heure, indispensable et irremplaçable.

Binyamin Netanyahou devrait pouvoir être à la tête d’un gouvernement solide.

Ce n’est pas le cas depuis plus de deux ans parce que le système électoral de proportionnelle intégrale est un facteur d’instabilité politique qui donne un pouvoir démesuré à de petits partis souvent éphémères, et ce système à mes yeux devrait être modifié ou remplacé. (Les systèmes anglais et américains impliquent des regroupements et des coalitions, et existent, précisément, parce qu’ils permettent la stabilité, et jusqu’au coup d’Etat contre Trump, le système aux Etats-Unis n’empêchait pas la diversité politique.)

Ce n’est pas le cas depuis plus de deux ans aussi parce que des dirigeants politiques opportunistes ont fait passer leurs ambitions personnelles avant l’intérêt du pays et ont montré qu’ils ne sont pas du tout des hommes d’Etat. (Sans la vile attitude d’Avigdor Lieberman lors de la première des quatre élections successives qu’a connu Israël, un gouvernement aurait été formé depuis longtemps, le plan de paix Trump aurait été présenté plus tôt, les accords d’Abraham auraient pris forme plus tôt, des avancées plus nettes auraient été possibles et une part de la Judée-Samarie et la vallée du Jourdain seraient pleinement territoires israéliens, tout m’incite à le penser. Aujourd’hui Gideon Saar s’est à mes yeux très mal conduit et a montré qu’il n’avait vraiment pas the right stuff, comme on dit dans le flyover country, la vraie Amérique.)

Ce n’est pas le cas depuis deux ans parce que les médias israéliens sont, le plus souvent, aussi malsains que les grands médias américains et se comportent en ennemis de leur propre pays. (Les campagnes menées contre Binyamin Netanyahou et sa famille depuis des années sont ignobles et sordides.)

Je pourrais ajouter à la liste l’appareil judiciaire israélien et la Cour Suprême israélienne. Le harcèlement judiciaire subi par Binyamin Netanyahou est absolument répugnant. J’ai déjà écrit ce que je pense des accusations portées contre Binyamin Netanyahou. Le grand juriste Alan Dershowitz l’a écrit aussi. Ces accusations devraient avoir fini depuis longtemps dans une poubelle. Elles ne valent pas mieux que les accusations portées pendant quatre ans contre Donald Trump aux Etats-Unis. Elles sont une injure à la notion d’état de droit.

Je pourrais toucher un mot des mesures anti-pandémie prises par Binyamin Netanyahou. Prises dans un pays en paix et pas constamment menacé, ces mesures m’auraient paru excessives. Israël n’est hélas, pas un pays en paix et est constamment menacé, ce qui change les paramètres. Je pense que Binyamin Netanyahou a voulu protéger son pays et son peuple, et a considéré, une fois toutes les données prises en compte, que des mesures drastiques s’imposaient (je comprends les critiques des mesures prises qu’on entend ici et là, mais je réprouve absolument les propos excessifs et délirants parlant d’”expérimentation sur l’être humain” que j’ai pu lire et que j’attribue à une haine irrationnelle et à des phobies délirantes et conspirationnistes: les grands laboratoires pharmaceutiques ne sont pas dirigés par des disciples de Josef Mengele dont Binyamin Netanyahu serait le complice!). Israël est en mesure de redémarrer, essentiellement immunisé, dans le dynamisme et la liberté.

J’espère que Binyamin Netanyahou pourra enfin constituer un gouvernement solide. Sinon, je pense qu’Israël se dirigera vers de cinquièmes élections. Cela me semble absolument certain, et pas du tout souhaitable.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

10
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz