Publié par Mauricette le 24 mars 2021

Source : Timesofisrael

L’étiquetage approuvé par le ministère de la Santé indique que l’antiviral est efficace en 2 minutes ; il pourrait sauver des vies dans les pays n’ayant pas accès aux vaccins

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Un spray nasal qui sera commercialisé comme étant capable de tuer 99,9 % des particules virales a commencé à sortir des lignes de production d’une usine israélienne.

Ce spray aurait pu prévenir une grande partie des contaminations à la COVID-19 dans le monde, a déclaré son inventeur, le Dr Gilly Regev, au Times of Israël.

« Nous espérons que notre spray nasal va maintenant sauver les vies de nombreuses personnes dans les pays qui attendent le vaccin », a déclaré Regev, un biochimiste élevé en Israël qui a cofondé la société SaNOtize et développé le spray au Canada. « Ce sera abordable et il pourra être utilisé en prévention, pour se protéger de toute infection virale respiratoire. »

Elle précise que ce produit s’est avéré efficace en laboratoire contre un large éventail de virus, et affirme que les nouveaux variants du coronavirus n’interféreront pas avec son efficacité, soulignant qu’il « contient un antiviral à large spectre qui tue tous les virus et toutes les variantes. »

Regev a décrit Enovid comme un « équivalent du désinfectant pour les mains pour le nez », et a déclaré qu’il crée une barrière physique dans les voies nasales pour arrêter les virus ainsi qu’une « barrière chimique » d’oxyde nitrique, qui est connu pour ses qualités antimicrobiennes. « L’oxyde nitrique signifie qu’il s’agit d’un spray spécial qui ne se contente pas de bloquer les virus mais les tue réellement », a-t-elle déclaré.

Israël sera le premier pays où le spray sera vendu. Le ministère de la Santé a donné son accord provisoire pour sa vente en tant que dispositif médical adapté aux personnes âgées de plus de 12 ans – ce qui signifie qu’il pourrait être utilisé par de nombreuses personnes qui ne sont pas encore autorisées à recevoir des vaccins contre le coronavirus – avec un emballage indiquant : « Scientifiquement testé pour tuer 99,9 % des virus en 2 minutes ».

Il a également été approuvé pour la vente en Nouvelle-Zélande, et l’approbation est en cours dans d’autres pays, y compris le Royaume-Uni.

Regev a déclaré que l’usine, située à Ness Ziona près de Tel Aviv, s’efforce de produire un stock de 200 000 à 500 000 bouteilles d’ici mai. « Après cela, nous espérons atteindre une capacité d’un million de bouteilles par mois », a déclaré la diplômée de l’Université hébraïque, ajoutant qu’elle « espère que ce produit apportera fierté et emplois à Israël ».

L’allégation figurant sur l’emballage est basée sur des tests effectués en laboratoire, au cours desquels une série de virus vivants, dont la grippe et le SRAS-CoV-2, ont été soumis au spray. Elle a indiqué que les expériences se sont déroulées en dehors du corps humain, dans des tubes à essai, et qu’elles ne constituent pas une preuve définitive de l’efficacité du spray dans les voies nasales – même si elle a déclaré qu’elles étaient très encourageantes.

Des recherches distinctes, qui ne sont pas mentionnées sur l’emballage, ont suggéré que le spray peut atténuer l’impact du COVID-19 chez les personnes infectées.

La semaine dernière, SaNOtize et Ashford and St Peter’s Hospitals NHS Foundation Trust dans le Surrey, au Royaume-Uni, ont annoncé les résultats d’essais cliniques indiquant que le spray pourrait prévenir la transmission du COVID-19, raccourcir son évolution et réduire la gravité des symptômes et des dommages chez les personnes déjà infectées. L’étude a été soumise à une revue médicale de premier plan pour examen et publication.

Le spray était pleinement développé au moment où la pandémie a frappé, car il a été inventé principalement pour lutter contre la grippe. Son innovation réside dans la procédure de dosage de l’oxyde nitrique. « Le monoxyde d’azote se présente normalement sous forme de bouteilles de gaz et est normalement livré aux hôpitaux, mais nous voulions un moyen pratique de l’administrer sous forme d’anti-microbien liquide et nous avons passé les 12 dernières années à le développer », a déclaré Regev.

Les ingrédients du spray se mélangent lorsqu’il est administré pour former de l’oxyde nitrique, a-t-elle précisé, notant que « tous les composants sont largement utilisés dans l’industrie alimentaire et ont un profil de sécurité très solide. » Chaque flacon contient une réserve d’un mois pour une personne à vaporiser deux fois par jour pour se protéger des virus.

Elle a ajouté que « théoriquement, nous aurions pu le distribuer il y a un an, mais nous devions négocier l’approbation réglementaire. C’est la plus grande frustration, car cela fait un an que nous essayons 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 de le mettre sur le marché, alors qu’il aurait pu sauver beaucoup de vies. Je pense qu’il aurait permis de prévenir les infections et donc de réduire les décès. »

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

20
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz