Publié par Jean-Patrick Grumberg le 25 mars 2021

C’est ma cerise du jour sur mon gâteau – j’explique pourquoi dans ma conclusion : Reporters sans frontières (RSF) a déclaré mardi qu’il poursuivait Facebook en France pour avoir violé le code de la consommation européen avec des promesses trompeuses de lutte contre les discours de haine et les fausses informations.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Dans son communiqué de presse, l’organisation de défense de la liberté de la presse réclame ouvertement moins de liberté de la presse citoyenne pour redonner à la presse officielle son monopole sur la désinformation. RSF affirme que le géant américain des médias sociaux a enfreint ses propres conditions d’utilisation et a « permis à la désinformation et aux discours de haine de se développer » sur la plate-forme, notamment « la haine contre les journalistes » et « une désinformation importante sur COVID-19 ».

Une étude du département américain remise en janvier au Congrès a montré que les discours de haine ne se traduisaient pas dans la réalité par une augmentation des agressions de ce type. Alors, pourquoi vouloir les limiter ? Pour tenir d’une main de fer ce qu’il est permis de dire, la notion de propos de haine étant totalement subjective. Croyez-vous que RSF dénoncerait la propagande anti-israélienne des journalistes comme propos de haine ? Nooooooon !

Sont classés discours de haine – à ne pas confondre avec les appels directs à commettre des actes de violence ou de meurtre, ce qui est répréhensible et doit être interdit – tous les propos que les fascistes ne tolèrent pas.

Quand à la désinformation, il s’agit d’un grand sac fourre-tout où ils rangent toute l’information qu’ils ne veulent pas laisser arriver jusqu’aux oreilles du public – eux-mêmes étant les plus grands pourvoyeurs de désinformation, comme les organismes de fact checking, pourtant de gauche, le montrent régulièrement. D’ailleurs le journal de référence, le New York Times vient d’en faire les frais, pour avoir perdu un procès en diffamation contre James O’Keefe, où le juge a dénoncé le Times pour avoir tenté de déguiser leur propre opinion en faits. Cela n’intéresse pas RSF…

RSF a cité deux rapports comme « preuve » de la prétendue tolérance de Facebook envers les discours de haine contre les journalistes.

  • L’un détaille des dizaines de commentaires d’utilisateurs contenant « des insultes, des menaces et des appels à la violence » contre Charlie Hebdo et ses journalistes en septembre 2019. Notez l’amalgame entre appels à la violence et insultes, deux accusations sans rapport l’une avec l’autre, destinée à augmenter la répression.
  • L’autre rapport concerne les « messages de haine et les menaces » (là encore, RSF fait un amalgame malhonnête pour faire intégrer la censure de l’opinion qui devrait être libre, le message de haine forcément subjectif, et les menaces, qui doivent être réprimées) à l’encontre des journalistes travaillant sur l’émission télévisée française Quotidien, qui ont été publiés sur des pages Facebook publiques, et les commentaires menaçant le journal régional français L’Union, dont le photographe de 65 ans a été attaqué et gravement blessé en février dernier alors qu’il couvrait la violence chez les « jeunes ».

En outre, l’action en justice allègue que Facebook a omis d’étiqueter la « désinformation sur le COVID-19 » comme telle.

Ah je me disais bien que les fascistes ne s’arrêteraient pas en si bon chemin : toute opinion divergente sur le Covid est considérée comme désinformation, comme c’est pratique, pour limiter la liberté d’expression et soumettre un peuple déjà bien endormi.

Par exemple, les publications sur Facebook du film français de 2020 de style documentaire « Hold-up », qui diffuse ce que la RSF décrit comme une théorie du complot sur la pandémie du virus du PCC (Parti communiste chinois), sont restées visibles et ont été vues plus de 4,5 millions de fois en deux mois.

Sauf que la liberté que dit défendre RSF devrait permettre à des journalistes, des cinéastes et même de simples citoyens de poursuivre l’idée que le coronavirus est issu du PCC sans que cela soit qualifié de théorie du complot.

Les journalistes de RSF pourraient prendre quelques cours d’éducation et apprendre le sens du mot complot :

  • un soupçon de complot est légitime lorsqu’il existe des indications claires de plusieurs zones d’ombres dans le discours officiel. L’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi est un bon exemple de complot de l’Arabie saoudite et non de théorie du complot, parce que des zones d’ombre sont rapidement apparues dans le récit officiel, et les écervelés de RSF pourraient s’y référer si leur cerveau a du mal à faire la synthèse.
  • 9/11 n’est pas un complot, parce qu’aucune zone d’ombre n’existe, tout est le résultat du fantasme d’individus comme Mathieu Kassovitz, pour qui les noms d’oiseaux seraient encore trop doux.

Dans le cas concret, les lanceurs d’alerte chinois qui ont payé de leur vie, les vidéos qui sont rapidement apparues, les courageuses enquêtes de Bloomberg, suivies de l’expulsion des journalistes américains, interdits même de rester à Hong Kong, et les innombrables articles publiés dans la presse conservatrice, interdisent à RSF de classer en théorie du complot tout narratif qui écorche l’image de leur cher et proche Parti communiste chinois.

RSF ne devrait pas protéger le régime totalitaire chinois, mais les défier, et contester leur thèse officielle. Enfin… s’ils faisaient encore du journalisme.

La RSF a déclaré qu’elle avait choisi d’intenter une action en justice en France parce que le droit commercial français est « particulièrement bien adapté » pour traiter cette question et que Facebook compte 38 millions d’utilisateurs français, dont 24 millions d’utilisateurs actifs quotidiens.

En vertu du code français de la consommation, une pratique commerciale est considérée comme trompeuse « si elle repose sur de fausses allégations, déclarations ou représentations ou est susceptible d’induire en erreur. » L’infraction est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires annuel.

Facebook a déclaré mardi dans un communiqué : »nous avons une tolérance zéro pour tout contenu préjudiciable sur nos plateformes et nous investissons massivement pour lutter contre les discours haineux et la désinformation » – entendre « censure ». Oui, mais Facebook devrait savoir que ce n’est jamais assez, pour un esprit totalitaire, qui exige un contrôle total et absolu de ce qui est diffusé.

« Notre application ne sera jamais parfaite, mais si personne ne peut éliminer entièrement la désinformation et les discours de haine sur Internet, nous continuons à utiliser la recherche, les experts et les technologies pour nous y attaquer de la manière la plus complète et la plus efficace possible », a déclaré l’entreprise.

Conclusion

A titre personnel et égoïste, je suis très heureux que les journalistes en général, et RSF en particulier, exigent plus de censure, plus de restriction de la liberté d’informer, plus de répression.

Pourquoi ? Parce que cela développe le lectorat des médias pour lesquels j’écris – de plus en plus de citoyens sentant le souffle de la censure sur leur nuque vont ailleurs chercher une information plus honnête. Ils essayent même les sites classés en rouge par les pseudo-fact-checkers, et là, ils découvrent souvent le vent de liberté d’informer qu’ils recherchent ; et parce que cela rend l’honnêteté de mon travail bien plus visible. Lorsque je cherche à informer pour laisser le lecteur faire sa propre synthèse sans chercher à l’influencer, cela se voit d’autant mieux qu’aucun grand média ne le fait plus.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

7
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz