Publié par Guy Millière le 27 mars 2021

Je reviendrai sur la pseudo conférence de presse censée avoir été tenue par Joe Biden, dans l’après-midi du jeudi 25 mars.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Ce n’était en réalité pas une conférence de presse : les questions avaient été transmises et choisies à l’avance à la Maison-Blanche, l’ordre dans lequel elles devaient être posées et le nom des journalistes devant les poser avaient été établis à l’avance, les réponses avaient elles-mêmes été préparées à l’avance.

Ils sont quasiment tous passés de la haine forcenée et irrationnelle contre Trump à l’adoration aveugle et irrationnelle envers Joe Biden

Joe Biden avait répété le spectacle qu’il devait donner, et il avait des fiches sur lesquelles les réponses étaient écrites. Il s’est acquitté de sa tâche de manière médiocre, mais sans s’effondrer. Il a perdu le fil de ses propos une quinzaine de fois, il a menti sans cesse, et il a prononcé plusieurs phrases absolument grotesques qui n’étaient pas sur ses fiches, mais aucun journaliste ne vous le dira : ils sont quasiment tous passés de la haine forcenée et irrationnelle contre Trump à l’adoration aveugle et irrationnelle envers Joe Biden. Ils pratiquent une identique adoration envers Kamala Harris, et quand celle-ci remplacera Joe Biden, ils se comporteront de manière identique. Leur tâche sera même plus facile, car ils n’auront pas affaire à un vieillard sénile, mais à une gauchiste pas du tout sénile, mais parfaitement idiote… et ils seront heureux. L’administration Biden-Harris (c’est désormais l’appellation officielle) est d’ores et déjà la plus catastrophique de l’histoire du pays, et la gauche mondiale (à laquelle quasiment tous les journalistes appartiennent) a de quoi être satisfaite.

Je reviendrai sur le sujet, donc. J’entends parler d’abord d’un sujet beaucoup plus grave. 

Une tuerie a eu lieu dans un supermarché à Boulder, Colorado.

Commentant ce qui s’est passé, les journalistes américains (et les journalistes français qui recopient docilement ce que disent et écrivent les journalistes américains), après avoir affirmé, sans preuve, que le tueur était un “suprématiste blanc”, ont dit qu’il était “dérangé mentalement”, ont incriminé les armes à feu, et ont repris les propos de l’administration Biden qui entend mener une action contre le droit de posséder des armes, puis ils sont rapidement passés à autre chose. Quelques-uns parmi eux (pas tous, loin de là) ont donné le nom du tueur, Ahmad al Aliwi Alissa, et noté qu’il était d’origine syrienne. Un ou deux ont ajouté qu’il était musulman, très rapidement en en passant. Aucun n’a donné davantage de détails, et aucun, en particulier n’a dit à quel supermarché le tueur s’est attaqué : le King Soopers de Table Mesa Drive. 

Il importe dès lors de rétablir les faits

This undated photo provided by the Boulder Police Department shows Colorado shooting suspect Ahmad Al Aliwi Alissa. Alissa has been identified as the suspect in Monday, March 22, 2021 shooting rampage at a grocery store in Boulder. (Boulder Police Department via AP)
  • Le tueur, bien sûr, n’est pas un “suprématiste blanc”.
  • Il est loin d’être certain qu’il est dérangé mentalement (il ne semble pas avoir fait l’objet d’un suivi psychiatrique, et l’argument du dérangement mental lorsqu’il s’agit d’excuser un criminel musulman à l’allure d’un vieux disque rayé).
  • Les armes à feu ne tirent pas toutes seules (et si des possesseurs d’armes à feu dans le supermarché avaient été présents, il y aurait eu moins de victimes et le tueur aurait été éliminé rapidement, mais Boulder est une ville universitaire de gauche).
  • Le tueur est effectivement d’origine syrienne, mais, ce doit être dit, il vient de Raqqa, un bastion islamiste sunnite depuis longtemps, et une ville dont l’Etat islamique a fait sa capitale.
  • Le tueur est arrivé aux Etats-Unis en 2002, à l’âge de trois ans, sous George Walker Bush, avec sa famille, et a bénéficié, comme sa famille, du statut de réfugié politique.
  • Il est effectivement musulman : et sa page Facebook, effacée très vite juste après son crime, montrait qu’il avait été en contact avec des islamistes à Raqqa, jusqu’au moment de l’écrasement de l’Etat islamique, était très hostile aux Etats-Unis, détestait Donald Trump,et appréciait, cela va de soi, les faits d’armes de l’Etat islamique. 
  • Pendant sa scolarité (qui ne l’a pas conduit à aimer son pays d’accueil : quand on a des professeurs de gauche, ce n’est pas étonnant), des témoins disent qu’il tenait aisément des propos haineux, anti-américains et menaçants, et, pleinement conscient des discours de gauche tenus aux Etats-Unis (professeurs de gauche, ai-je dit), avertissait qu’il était musulman et que si une personne osait lui répondre, il l’accuserait de racisme islamophobe. Il a, ont ajouté les témoins, plusieurs fois, dans des moments de colère dit à des Américains qu’il les tuerait tous.
  • Il a été impliqué dans le dossier d’un autre criminel et a été interrogé dans un passé récent par des agents du FBI qui l’ont signalé comme dangereux et à surveiller de près. Le FBI étant chargé, depuis l’arrivée de Biden, de s’occuper prioritairement des “suprématistes blancs” et des “terroristes intérieurs”, “islamophobes” et “racistes” (les gens soutenant Trump), Ahmad al Aliwi Alissa n’a fait l’objet d’aucune surveillance. 

Ce doit être souligné depuis là. Son acte est celui d’un musulman hostile aux Etats-Unis, détestant Donald Trump, appréciant les faits d’armes de l’Etat islamique, ayant dit à des Américains qu’il les tuerait tous, défini par des agents du FBI comme dangereux et à surveiller de près : ces éléments constituent un faisceau permettant de parler d’acte terroriste. Et l’absence de surveillance de ce sinistre individu permet de parler de grave défaillance du FBI.

Ce doit être ajouté. Ce sinistre individu ne s’est, de surcroit, pas attaqué à n’importe quel supermarché : il y a une dizaine de supermarchés à Boulder. Il y a trois King Soopers. La particularité du King Soopers de Table Mesa Drive est d’être le seul supermarché de la ville à disposer d’un important rayon cacher, et il est dès lors très fréquenté par la clientèle juive de la ville. Il y est connu comme le “magasin juif”. Son slogan publicitaire est “Your One-Stop Shop For Kosher Groceries”. Des propos à teneur antisémite figuraient sur la page Facebook d’Ahmad al Aliwi Alissa. On peut légitimement douter que ce dernier ait choisi ce supermarché-là entièrement par hasard, et on peut légitimement penser qu’il a eu dans son acte une dimension antisémite, dimension que des rabbins et associations juives ont immédiatement soulignée. 

Que ce que je viens de décrire ait été passé largement sous silence est très inquiétant. 

S’il est possible de nier que l’auteur d’une tuerie a un profil de terroriste musulman (et les journalistes le font et préfèrent parler de dérangement mental, les autorités politiques aussi) cela signifie qu’un aveuglement volontaire règne et se trouve entretenu sur ce qui est, concrètement, la principale source de risque terroriste aujourd’hui. Et cet aveuglement est criminel.

S’il est possible de nier qu’une attaque terroriste a une dimension antisémite (et les journalistes le font, tout comme les autorités politiques), cela signifie qu’un aveuglement volontaire règne et se trouve entretenu sur le principal danger qui peut toucher les Juifs sur terre aujourd’hui : l’antisémitisme musulman. Et cet aveuglement est criminel lui aussi.

Décrire ce que je viens de décrire vaut en général d’être qualifié de “raciste islamophobe” par l’essentiel des journalistes et des dirigeants politiques, je sais. 

Le FBI sous Biden ne pratique pas le “racisme islamophobe”. C’est comme cela que des tueries comme celle de Boulder arrivent. 

Les grands médias ne pratiquent pas le “racisme islamophobe”, eux non plus. C’est comme cela qu’un aveuglement criminel règne et se trouve entretenu.

Un acte terroriste islamique, vraisemblablement antisémite, a été commis à Boulder, Colorado. Et si je n’avais pas écrit cet article, vous ne le sauriez pas. 

Je place ci-dessous la liste des victimes. Ce sont des blancs. Parmi eux, il y a peut-être des Juifs. Et il y a parmi eux un policier chrétien et conservateur qui s’est conduit en héros. Dans le monde du politiquement correct, les victimes n’ont dès lors aucune importance.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

18
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz