Publié par Abbé Alain Arbez le 14 mars 2021

Les Algériens revendiquent la Tour Eiffel ? Mais si le métal vient de la région barbaresque ottomane devenue « Algérie » en 1830 par l’intermédiaire de la France, il vaut la peine de s’interroger sur l’origine de sa conception, car Gustave Eiffel n’est pas réellement le créateur initial de la célèbre tour qui porte son nom.

C’est le Suisse Maurice Koechlin, chef du bureau d’études Eiffel, qui a élaboré en premier le projet d’une tour monumentale destinée à l’exposition universelle de Paris. Né en 1856,  Maurice Koechlin se marie en 1886 et fonde une famille de six enfants à Vevey (Vaud)

Ancien élève brillant du Polytechnicum de Zürich, Maurice Koechlin assisté de l’ingénieur français Emile Nouguier présente à Gustave Eiffel les plans de la fameuse tour. Il paraît que – au départ – Eiffel se dit fort peu enthousiasmé par l’idée, mais c’est par la suite qu’il décide d’acheter le brevet d’invention à Maurice Koechlin pour s’attribuer finalement la paternité du projet qui sera primé et réalisé.

Un document officiel précise d’ailleurs : « Messieurs Maurice Koechlin et Emile Nouguier s’engagent à céder à Monsieur Gustave Eiffel la propriété exclusive du susdit brevet et déclarent être prêts à lui faire cession de tous leurs droits sans aucune restriction ni réserve et à réaliser cette promesse sous la forme que Gustave Eiffel jugera convenable au moment qu’il choisira… »

Parallèlement, c’est le même Maurice Koechlin qui dessine toute l’ossature métallique de la statue de la liberté commandée par la ville de New York, conçue, elle, par Auguste Bartholdi. Il participe à la même période au projet du viaduc de Garabit (1880-1884).

La tour Eiffel, fruit d’une collaboration inventive, a été une innovation architecturale considérable pour l’époque et elle est devenue le symbole de Paris pour les millions de visiteurs étrangers. Monsieur Eiffel s’était engagé par contrat à toujours citer le nom du concepteur Koechlin et de son associé Nouguier lors de l’inauguration officielle, mais cet engagement ne s’est jamais concrétisé, ce qui fait que personne ne connaît aujourd’hui le processus de conception et de réalisation de cet incontournable monument emblématique de Paris.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

36
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz