Publié par Gilles William Goldnadel le 2 mars 2021

Pour l’avocat et essayiste, le monde occidental ressemble, aujourd’hui, de plus en plus à un asile en raison de la prolifération d’une idéologie gauchisante, dont la manifestation symptomatique, relève selon lui, quasiment de la psychiatrie.

Je professe depuis plusieurs années la thèse assez ingrate que l’idéologie névrotique, qui agite le monde occidental par le truchement de ses médias, nous fait vivre désormais dans un asile. Au sens littéral et psychiatrique du terme.

Cette idéologie globalement gauchisante — et dont l’un des aspects est précisément l’islamo-gauchisme, si j’avais le courage intellectuel de le nommer – présente effectivement aujourd’hui des aspects délirants dont les domaines de manifestations symptomatiques sont la race, le sexe et le genre.

Je me propose donc de vous présenter, à titre d’exemples, sept piliers de la folie qui, tout dernièrement sont en train de bâtir notre asile de fous , qui par le déni du réel , qui par la dictature du fantasme.

Écriture inclusive intrusive: Selon les informations exclusives du Figaro, Sciences-po favorise l’écriture inclusive. L’institution d’études politiques demanderait aux étudiants lors de partiels de sociologie d’y avoir recours. Notre journal indique avoir eu accès aux copies d’élèves qui dénoncent les faits.

Sur ces documents, il est indiqué que ne pas utiliser l’écriture inclusive n’est pas pénalisant, en revanche «un demi-point de bonus» sera attribué à celles et ceux qui tenteront de l’utiliser.

Selon les étudiants, et au rebours de la consigne officielle, un enseignant donnant un cours magistral sur «les grandes questions de la sociologie et de prisme du genre» aurait indiqué aux élèves qu’ils seraient «pénalisés» s’ils n’utilisaient pas l’écriture inclusive. La mesure ayant provoqué un tel émoi dans la communauté estudiantine que l’enseignant serait revenu sur cette décision et aurait donc décidé d’instaurer le système du bonus.

Dilection pathogène pour l’altérité au mépris de notre sécurité : Il fut un temps où le réfugié, admis était astreint à une obligation de réserve sauf à être expulsé.

Plus inquiétant en matière de santé mentale, cette annonce de l’UNEF, à propos de la mise à disposition par le gouvernement de protections périodiques gratuites dans les universités:

«Victoire pour les étudiants-e-s. Mise à disposition gratuite de protections périodiques pour les étudiants-e-s sur ton campus!».

Puis-je suggérer qu’en cette circonstance, l’écriture inclusive s’impose comme une règle douloureuse pour l’esprit?

Dictature du Genre: Monsieur et Madame Patate sont deux gros légumes, mondialement connus du monde du jouet pour enfants qui devraient bientôt disparaître dans la poêle à frire idéologique.

Dans un communiqué publié sur son site, le groupe Hasbro a annoncé vouloir transformer cette famille traditionnelle de tubercules par une famille non genrée. Selon les informations de RTL, le fabricant de jouets a annoncé «vouloir s’assurer que tout le monde se sente bienvenu dans le monde des têtes de patate.» «De nouveaux personnages «non genrés» devraient les remplacer, afin de«promouvoir l’égalité des genres et inclusions». Nous voilà tellement rassurés qu’on a la patate.

Migrations et xénophilie pathologique: la Cour Nationale du Droit d’Asile, confirmée par le Conseil d’Etat, considère, contre l’avis de l’OFPRA, qu’un réfugié , déjà plusieurs fois condamné, qui fait l’apologie du terrorisme ne doit pas pour autant être déchu du droit d’asile réclamé.

C’est cette même noble institution qui avait autorisé l’assassin soudanais de Pau à rester sur le territoire national, toujours contre l’avis de l’OFPRA, comme elle l’avait fait pour l’assassin tchétchène de Samuel Paty.

Dilection pathogène pour l’altérité au mépris de notre sécurité: Il fut un temps où le réfugié, admis uniquement en tant qu’opposant personnellement en danger, était astreint à une stricte obligation de réserve sauf à être immédiatement expulsé.

Sexualité racisée et décolonisation: «Décoloniser la sexualité»: promue par le CCIF et Médiapart, Fatima Khemilat, doctorante en sciences politiques, animera une conférence interdite aux femmes blanches. La séance est proposée sans complexe.

Elle se déroulera le 6 mars, pendant deux heures via l’application Zoom. Dans le cadre d’un atelier intitulé: «décoloniser la sexualité: comment se réapproprier sa sexualité» Dans le message de présentation il est clairement indiqué que l’atelier est réservé aux femmes racisées (arabes, noires, asiatiques, latines) qui veulent se «réapproprier leur sexualité». Dans un message adressé à ses lectrices, la doctorante précise qu’elle parlera de «l’identification des freins et colons de la sexualité» la séance est facturée 10€. On voudra donc bien excuser mon absence. Il y a un an , la dame racisée défendait la cause des burkas et burkinis.

Sur France Inter, Pascal Blanchard, n’a pas hésité à comparer l’utilisation « d’islamo-gauchisme au « judéo-bolchévisme » utilisé durant les années 30 par l’extrême droite antisémite.

Partout, cette race, qui n’existe pas, et dont il était interdit jadis par les antiracistes, de prononcer ou d’écrire même le nom. Choses lues:

Aux États-Unis, une enseignante a été sanctionnée pour avoir refusé de faire le salut «Wakanda forever» du film Black Panther. Cette enseignante du Bronx , rapporte le Washington Examiner du 21 février, a saisi la Cour Suprême de Manhattan. Raffaella Espinal, une Américaine d’origine dominicaine, s’identifiait pourtant comme «afro-latina» mais ne serait pas suffisamment identifiée comme «noire» . Elle aurait été «réprimandée» après avoir refusé de réaliser ce geste.

Pour fuir le racisme aux États-Unis, Stevie Wonder a annoncé s’installer au Ghana.

La tribu amérindienne des Cherokee exige que Jeep change le nom de son 4×4.

«Noir», «Blanc». Un compte YouTube dédié aux échecs a été suspendu pour «contenus nuisibles».

Islamo-gauchisme et déni: sur France Inter lundi dernier, Pascal Blanchard, historien, réfutant toute pertinence à l’étiquette peu gratifiante «d’islamo-gauchiste», n’a pas hésité à comparer son utilisation infâme au «judéo-bolchevisme» utilisé durant les années 30 par l’extrême droite antisémite.

Il ne se trouva personne dans le studio de la radio de service public qui eut la pertinence de lui faire remarquer que ce qui est notamment reproché aux islamo-gauchistes, c’est de comparer le sort du musulman d’aujourd’hui avec le sort des juifs durant les années brunes qui utilisaient assez peu le terrorisme. Et que donc cette remarque fleurait bon son islamo-gauchiste.

Obsession et transphobie: Dans les hôpitaux universitaires de Brighton, les sages- femmes sont invitées à remplacer l’expression «lait maternel» par «lait humain». Un changement linguistique pour faire disparaître ce qui est estimé comme de la «transphobie» selon le Marianne du 22 février. Les sages- femmes devront également éviter d’utiliser les termes «mère» ou «père» devant les personnes transgenres pour ne point les blesser.

À cette aune, je pourrais ressentir l’expression «sage-femme» comme sexiste et blessante.

Quoi qu’il en soit, je suggère de transformer, toutes affaires cessantes, ces hôpitaux universitaires en hôpitaux psychiatriques.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel pour Dreuz.info

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

15
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz