Publié par Jean-Patrick Grumberg le 5 mars 2021

Kissinger vient de suggérer à Biden de ne pas abandonner la « brillante » politique de Trump au Moyen-Orient.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

L’ancien secrétaire d’État Henry Kissinger, qui incarne l’establishment de Washington qui a fait reculer le bien-être des Américains et élargit son pouvoir de gouvernance – donc de nuisance – a fait une surprenante éloge de la politique Trump en appelant l’administration Biden à poursuive la politique au Moyen-Orient de l’ancien président Trump, qu’il a qualifiée de « brillante », ce qui est en réalité un mot faible. Le qualificatif le plus juste devrait être : « extraordinaire ». Surtout si l’on songe que la diplomatie française, très impliquée, tente depuis 50 ans de convaincre le Moyen-Orient d’adopter sa solution aux conflits sans obtenir aucun résultat concret (tout en semant au passage le chaos en Libye), et 50 ans plus tard, continue à offrir à Israël la même solution qu’il y a 50 ans, comme un coq acharné sur 30 cm de grillage au lieu de le contourner pour atteindre la nourriture située de l’autre côté.


« Nous n’en étions qu’au début », a déclaré l’ancien secrétaire d’État à propos de ce qu’il considère comme la formidable politique du président Donald Trump au Moyen-Orient.

« Je pense que l’un des grands succès de l’administration précédente a été … qu’ils ont réalisé deux choses au Moyen-Orient », a déclaré Kissinger mardi dans un discours.

« L’une, séparer le problème palestinien de tous les autres problèmes afin qu’il ne représente pas un veto sur tout le reste.

Deuxièmement, aligner les Etats sunnites en combinaison réelle ou potentielle contre les Etats chiites, c’est-à-dire l’Iran, qui développe une capacité à les menacer.

Je pense que c’était un concept brillant », a ajouté M. Kissinger. « Nous n’en étions qu’au début. »

Kissinger faisait un discours sur son rôle dans la transition de l’administration Johnson vers l’administration Nixon, lors du « Séminaire Nixon », une conférence mensuelle sur la politique étrangère.

Kissinger :

« Dans la situation actuelle, il est important que nous ne glissions pas dans la dilution de ce modèle qui a été créé et qui, à un moment approprié, peut même conduire à des discussions avec l’Iran [Trump a déclaré la même chose lors de la CPAC la semaine dernière]. Nous ne devrions pas abandonner les pressions qui existent sur l’Iran tant que nous ne savons pas où elles mènent. [Biden refait les mêmes erreurs qu’Obama, John Kerry, et tous les « pacifistes » de la Terre : il joue la carte de l’apaisement qui historiquement mène vers des génocides.]

Je pense que c’est quelque chose que nous devons considérer avec attention dans la période actuelle. Si nous séparons la question iranienne de la question globale du Moyen-Orient, nous courons le risque de perdre les deux acquis, à savoir la séparation de la question palestinienne, qui la supprime en tant que veto sur tout le reste, et la coopération sunnite avec Israël, qui est unique dans son ouverture.

C’est donc ainsi que je traiterais cette question ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

5
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz