Publié par Guy Millière le 7 mars 2021

Discernant que certains lecteurs doutent et en viennent à critiquer Donald Trump, discernant aussi l’intensité de la désinformation disséminée dans la plupart des médias, je pense utile de (re)préciser certains points.

  • Donald Trump a décidé de se présenter à l’élection présidentielle de 2016 par amour de son pays et du peuple américain, parce qu’il discernait que Barack Obama entrainait le pays et le monde vers le désastre, en sachant qu’il avait beaucoup à y perdre, et qu’il prendrait des coups, mais il pensait que c’était son devoir. J’ai expliqué tout cela dans plusieurs livres. Donald Trump y a perdu beaucoup. Il a pris de nombreux coups. Il y a chez lui une dimension héroïque.
  • Donald Trump, en quatre années, a accompli bien davantage que ses prédécesseurs les plus remarquables. Dresser la liste de ses accomplissements impliquerait bien plus qu’un article. Je donne le détail, là encore, dans plusieurs livres.  Le redressement qu’il a mené à bien a été sans précédent, et la situation économique américaine en février 2020 était la meilleure depuis plus de cinquante ans, la situation en matière de sécurité était la meilleure depuis les années Reagan, l’immigration clandestine avait baissé de plus de 70 pour cent, près de huit cent kilomètres du mur sur la frontière sud avaient été construits, dans les zones les plus utilisées par les passeurs. En politique étrangère, Donald Trump a conduit une politique d’endiguement efficace vis-à-vis de la Corée du Nord, enclenché un endiguement de la Chine communiste, asphyxié le régime des mollahs en Iran et le régime du Hezbollah au Liban, détruit l’Etat Islamique, posé les jalons vers une paix régionale au Proche-Orient, impulsé entre Israël et des pays arabes Sunnites des accords de paix que tous les diplomates du monde auraient considérés comme inenvisageable il y a cinq ans. Il a obtenu de pays membres de l’OTAN qu’ils respectent les accords qu’ils ont signé et redéfini le rôle de l’OTAN, en en faisant une alliance antitotalitaire à l’échelle de la planète. Non seulement il a tenu quasiment toutes les promesses qui figuraient dans son programme, mais il a marqué l’histoire et il est d’ores et déjà l’un des trois ou quatre plus grands Présidents de l’histoire des Etats-Unis.  Et il a accompli tout ce qu’il a accompli malgré l’hostilité vicieuse et frénétique de la gauche américaine de tous les médias de gauche que compte la planète, de l’establishment de son propre parti et du marécage de Washington, ce cloaque empli de coups bas, de traitres, et de liens de corruption.
  • Donald Trump savait que la gauche lui serait hostile. Il savait que les médias de gauche de la planète entière lui seraient hostiles eux aussi (et cela inclut 90 pour cent des médias américains, 99 pour cent des médias français). Il savait que l’establishment de son parti lui serait hostile lui aussi, et il savait que le marécage de Washington, DC était un cloaque. Il ne pensait pas avoir affaire à autant de traitres et à ce que des gens qu’il avait généreusement aidé le poignardent dans le dos. C’est exact. Mais qui aurait pu dire que des hommes tels que Jeff Sessions et William Barr, ses deux ministres de la justice successifs le trahiraient de manière aussi odieuse ? Qui aurait pensé que John Bolton se conduirait de cette façon (ayant bien connu John Bolton, j’en ai moi-même été stupéfait). Qui aurait pensé que Mike Pence se coucherait au dernier moment ? Qui aurait pensé que Christopher Wray, que Trump a nommé à la tête du FBI en remplacement de James Comey se révélerait être bien plus crapuleux encore que son prédécesseur ? Qui aurait pensé que sur les trois juges qu’il a nommé à la Cour Suprême et qui semblaient tous être impeccables, un seul (Neil Gorsuch) se conduirait de manière un peu plus digne, alors que les autres tourneraient le dos à la Constitution elle-même ? Une vieille phrase dit que la critique est aisée, mais que l’art est difficile. L’unique avantage de l’effroyable période qui a commencé le 3 novembre au soir est que Trump a pu voir qui sont les hommes et les femmes de conviction sur qui il peut compter, et qui sont les créatures du cloaque. Il s’entourera désormais des hommes et des femmes de conviction sur qui il peut compter. Pour s’entourer d’eux, il devra avoir les mains libres pour les nommer (les nominations de ministres doivent être validées par le Senat), et cela implique qu’il fasse le ménage au Congrès, et il a pu voir au sein du Congres qui étaient les politiciens à éliminer ou mettre hors d’état de nuire.
  • Il est clair que Donald Trump entend se présenter à nouveau en 2024. Il l’a quasiment dit à Orlando et a laissé la foule réunie devant lui le dire explicitement à sa place. Il a, à Orlando, posé les étapes de ce qui est à faire d’ici là. La première tâche, essentielle, est de mettre fin au système de fraudes qui a permis d’installer l’imposteur Biden à la Maison Blanche (et la gauchiste Kamala Harris dans la salle d’attente). Le combat sur ce point ne fait que commencer. Il sera mené. Une loi soviétoïde a été votée à la chambre des représentants, la loi HR1 qui rendrait toutes les fraudes légales. Cette loi est totalement anticonstitutionnelle et elle vole le pouvoir de décision aux législatures d’Etat. Si le Sénat l’adopte, elle devra être refusée de toutes les façons concevables et les procureurs républicains de vingt Etats ont d’ores et déjà dit qu’ils la refusaient et ne l’appliqueraient pas si elle était adoptée.  Les législatures d’état républicaines n’ont pas encore pris position, mais il parait difficilement concevable que les législatures républicaines adoptent des positions différentes de celles des procureurs susdits. Si la loi est adoptée, la Cour Suprême devrait l’invalider. Si la Cour Suprême ne l’invalide pas parce qu’elle persiste à tourner le dos à la Constitution, les procureurs républicains de vingt Etats changeront-ils de position ? Je ne pense pas. Les législatures républicaines se laisseront elles voler leur pouvoir ? Je ne pense pas non plus. Et en ce cas que fera l’administration Biden ?  Elle enverra l’armée occuper vingt Etats (sans doute davantage) comme elle occupe Washington en ce moment ? Je ne pense pas, vraiment pas. Trump non plus. Les Etats-Unis ne sont pas l’Union Soviétique ! Si les Etats-Unis deviennent l’Union Soviétique, ce sera différent, bien sûr, mais je n’imagine pas que ce sera le cas, non… Si, comme c’est probable, la loi HR1 est invalidée, ou si elle ne l’est pas, mais se révèle inapplicable dans de nombreux Etats en raison des refus qu’elle suscite, le système de fraudes sera largement éliminé (les fraudes qui ont permis le vol de l’élection de 2020 ont été perpétrées dans six Etats, dont 5 ont des législatures républicaines). La tâche suivante sera alors de faire élire des représentants et sénateurs républicains fiables et d’obtenir une majorité solide dans les deux chambres du Congrès. C’est tout à fait possible, et très envisageable. Trump le pense. Plusieurs traitres (Mitt Romney, Mitch McConnell) le pensent aussi, et, sentant le vent tourner, tentent de retourner leur veste une nouvelle fois… Si une majorité solide dans les deux chambres prend place, Trump se mettra en campagne, alentour de Janvier 2023 : sauf improbable ennui de santé. Il aura 77 ans, mais ses bulletins médicaux désespèrent ses ennemis : cet homme ne fume pas et ne boit pas une goutte d’alcool. C’est est un roc, et l’inverse sur tous les plans de la loque inhumaine Joe Biden (j’aurais pitié de lui s’il n’était aussi sordide). Dans ces conditions, il ne fait guère de doute que Trump sera réélu, il pourra alors composer une administration faite de gens de conviction. Il choisira un vice-président ou une vice-présidente digne de ce nom (les favoris en cet instant sont Ron de Santis, gouverneur de Floride, et Kristi Noem, gouverneur de Dakota du Sud). Ce qui renforce la possibilité que les choses se passent ainsi est que oui, l’élection de novembre 2020 a été volée à Donald Trump et à ses électeurs par une fraude massive (les démocrates ne cachent même pas ce qu’ils ont fait, et tout est dit ou presque dans un article de Molly Ball publié voici peu par Time magazine) : sans répétition de la fraude massive, les démocrates seront balayés. Et oui aussi, l’administration Biden se révèle d’ores et déjà être une catastrophe.
  • Dans le discours remarquable que Trump a tenu à Orlando dimanche dernier, Trump a dit que c’était d’ores et déjà l’administration la plus catastrophique de l’histoire des Etats-Unis : c’est exact, et cela ne va pas s’arranger. Ce discours a montré l’abime qui sépare un très grand homme d’Etat et un pantin sénile sorti du cloaque. Trente et un millions d’Américains l’ont regardé en direct, un chiffre record. Plus de quatre millions d’Américains l’ont regardé sur YouTube le lendemain (le discours a ensuite été éliminé par les censeurs régissant YouTube).
  • Les journalistes de gauche qui se vautrent dans le cloaque comme des porcs dans leur bauge (je ne donnerai pas de nom, vous les connaissez) préfèrent, bien sûr, le pantin sénile sorti du cloaque et espèrent avec ardeur que les Etats-Unis dans quelques années vont ressembler au Venezuela sous Chavez. L’espoir de la grande majorité du peuple américain est très différent.
  • Je reviendrai sur les méfaits de l’administration Biden dans un prochain article. Chaque jour apporte son lot de monstruosités hideuses et grotesques.  C’est pour cela, et parce que je sais qui est Donald Trump que je dis : si les Etats Unis ne deviennent pas l’Union Soviétique au cours des trois années qui viennent, Donald Trump sera réélu en 2024, cela ne me semble guère faire de doute, oui, et, comme Donald Trump l’a dit à Orlando, il battra alors la gauche pour la troisième fois. Les journalistes de gauche disent que Trump n’a toujours pas “reconnu sa défaite”. C’est lamentable et risible. Donald Trump sait qu’il a gagné le 3 novembre 2020, et n’a dès lors rien à reconnaitre. Ses électeurs le savent aussi.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

100
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz