Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 mars 2021

Les scientifiques ont lutté pendant plus d’une décennie pour que les régulateurs autorisent les vaccins à ARNm.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Lorsque la pandémie est apparue, le président Donald Trump a forcé les régulateurs à revoir leurs réglementations afin d’accélérer la mise sur le marché d’un vaccin.

  • Le 15 mai 2020, lors d’une conférence dans la roseraie de la Maison-Blanche, l’administration Trump présentait (3) un plan hyper-ambitieux visant à développer et à fabriquer des centaines de millions de doses de vaccin Covid-19 d’ici à la fin de 2020, décrivant un processus agressif qui, s’il était couronné de succès, bouleverserait les idées reçues sur le processus habituel de développement des vaccins contre les maladies infectieuses émergentes.

    Trump présentait ce jour-là un plan visant à fournir des « centaines de millions » de doses de vaccin Covid-19 d’ici à la fin de 2020.
  • Le 19 mai 2020, le président Trump annonçait (2) un décret visant à procéder à des centaines de déréglementations afin d’éliminer les obstacles à l’accélération du développement d’un vaccin ou d’un traitement contre le coronavirus. J’ai applaudi.
  • Fin juillet 2020, Trump annonçait qu’un vaccin serait disponible avant la fin de l’année. J’ai encore applaudi. Aucun pro-Trump n’a émis la moindre critique. Personne ne s’est déclaré contre le vaccin. Depuis, les anti-vaccins qui aiment Trump se sont réveillés – j’ai du mal à comprendre. Et qu’on ne me reproche pas d’être constant dans mon admiration pour les actions du président Trump.
  • Lorsqu’au mois de juillet 2020 disais-je, Trump a annoncé qu’un vaccin contre le virus chinois, ce poison mortel qui emporte certains de nos proches, serait sur le marché avant la fin de l’année, les médias se sont littéralement fichus de lui en déclarant, témoignages scientifiques à l’appui, que jamais un vaccin ne peut être diffusé si vite, et qu’il faut plusieurs années.
  • Le 22 juillet 2020, le président Donald Trump qualifiait l’accord de 1,95 milliard de dollars conclu par son administration avec Pfizer et la société de biotechnologie BioNTech d’ « accord historique qui aidera le pays à distribuer un vaccin contre le coronavirus en un temps record ».

« Nous espérons que le processus d’approbation sera très rapide et nous pensons que nous avons un gagnant. Nous pensons également que d’autres entreprises sont juste derrière et que l’avancée des vaccins se porte très bien, avec beaucoup d’avance sur le calendrier », a déclaré M. Trump aux journalistes à la Maison-Blanche.

https://www.cnbc.com/2020/07/22/trump-applauds-government-contract-with-pfizer-and-biontech-says-he-thinks-vaccine-is-a-winner.html
  • Les sociétés allemandes BioNTech et Pfizer, qui développaient conjointement quatre vaccins potentiels, annonçaient le 22 juillet la conclusion d’un accord qui permettrait aux États-Unis d’obtenir 100 millions de doses de leur vaccin potentiel s’il s’avérait sûr et efficace. En vertu de l’accord, les États-Unis pouvaient acheter 500 millions de doses.

Mais aujourd’hui, Joe Biden s’attribue les mérites du vaccin, et les médias ont « oublié » leurs critiques acerbes, leurs ricanements contre Trump de l’été dernier.

La scientifique qui a remporté la course à la mise au point du premier vaccin contre le coronavirus chinois a déclaré que la technologie sur laquelle elle repose sera bientôt utilisée pour combattre un autre fléau mondial : le cancer.

Ozlem Tureci, qui a cofondé avec son mari la société allemande BioNTech, travaillait sur un moyen d’exploiter le système immunitaire de l’organisme pour lutter contre les tumeurs lorsqu’ils ont appris l’an dernier qu’un virus inconnu infectait des personnes en Chine.

11 mois plus tard, la Grande-Bretagne autorisait l’utilisation du vaccin à ARNm que BioNTech avait développé avec le géant pharmaceutique américain Pfizer, suivie une semaine plus tard par les États-Unis.

« Le processus d’approbation d’un médicament ou d’un vaccin est un processus dans lequel de nombreuses questions sont posées, de nombreux experts sont impliqués et il y a un examen externe par les pairs de toutes les données et du discours scientifique », a-t-elle déclaré.

Les vaccins fabriqués par BioNTech-Pfizer et son concurrent américain Moderna utilisent l’ARN messager, ou ARNm, pour transmettre au corps humain les instructions nécessaires à la fabrication de protéines qui le préparent à attaquer un virus spécifique. Le même principe peut être appliqué pour amener le système immunitaire à s’attaquer aux tumeurs.

« Nous avons plusieurs vaccins anticancéreux différents basés sur l’ARNm », a déclaré M. Tureci, qui est le directeur médical de BioNTech.

À la question de savoir quand une telle thérapie pourrait être disponible, M. Tureci a répondu que « c’est très difficile à prévoir dans un développement innovant. Mais nous pensons que d’ici quelques années seulement, nous aurons nos vaccins (contre) le cancer à un stade où nous pourrons les proposer aux gens. »

S’ils avaient annoncé 8 jours plus tôt la disponibilité du vaccin, Donald Trump était réélu haut la main, la fraude n’aurait pas été assez importante pour renverser le vote massif. Je l’ai toujours dit : c’est le coronavirus – avec toutes ses conséquences – qui a coûté l’élection à Donald Trump.

  • Au mois d’août, le président Donald Trump a publiquement accusé la FDA (Food and Drug Administration) d’essayer de retarder le vaccin contre le coronavirus jusqu’après l’élection à des fins politiques.
  • Après son échec à la présidentielle, Trump a accusé (1) Pfizer et BioNTech d’avoir intentionnellement retardé l’annonce de la disponibilité du vaccin jusqu’après le jour de l’élection dans le but d’influencer les résultats.

    Je le pense aussi.

    S’ils avaient annoncé 8 jours plus tôt la disponibilité du vaccin, Donald Trump était réélu haut la main, la fraude n’aurait pas été assez importante pour renverser le vote massif. Je l’ai toujours dit : c’est le coronavirus – avec toutes ses conséquences – qui a coûté l’élection à Donald Trump.

C’est à Donald Trump que nous devons d’avoir permis le développement et d’avoir fait accepter au monde le vaccin ARNm contre le Covid-19 chinois.

En conséquence, les scientifiques vont maintenant pouvoir mettre sur le marché de plus en plus de médicaments à ARNm. Le traitement du cancer pourrait être le prochain.

Je repose ma question : Trump recevra-t-il des lauriers pour avoir fait progresser la science médicale pour les décennies à venir ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

  1. https://www.washingtonpost.com/politics/2020/11/11/trump-angry-about-pfizer-vaccine/
  2. https://www.foxnews.com/politics/trump-executive-order-to-identify-regulations-that-can-be-suspended-for-coronavirus-recovery
  3. https://www.statnews.com/2020/05/15/trump-audacious-plan-vaccine-covid19/
60
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz