Publié par Jean-Patrick Grumberg le 1 avril 2021

Préambule : Dreuz ne participe pas aux blagues du 1er avril, et nous pensons que les médias ne devraient pas céder à la tentation de faire des poissons d’avril. Ils font planer un doute sur la qualité des informations publiées, surtout si des événements, du fait du hasard du calendrier, sortent très largement de l’ordinaire. Bref, les médias devraient s’abstenir.

Après l’émeute du Capitole le 6 janvier, Joe Biden avait déclaré que la tentative des émeutiers « frise la sédition ». 

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Le procureur général Merrick Garland avait déclaré que les poursuites judiciaires étaient sa priorité absolue, et que l’assaut du Congrès était « une attaque odieuse contre une pierre angulaire de notre démocratie ».

Les procureurs du ministère de la Justice y étaient eux-aussi allés de leurs accusations délirantes, et ils ont fait monter les attentes de condamnation en flèche, dans leurs premières déclarations et dans les documents déposés au tribunal que j’ai pu consulter, en parlant de complots élaborés pour « assassiner des législateurs » – descriptions qu’ils ont largement tempérées à mesure que de nouveaux détails bien plus triviaux apparaissaient.

Tout ça pour en arriver à l’intéressante réalité, rapportée par POLITICO, et que vous ne verrez pas au journal de 20h ou sur BFMTV : près d’un quart des plus de 230 accusés formellement et publiquement inculpés jusqu’à présent ne sont accusés que d’infractions mineures. 

Les juges, les procureurs et les avocats de la défense ont tous maintenant indiqué qu’ils s’attendent à ce que peu de ces « touristes MAGA » – c’est l’expression qu’ils emploient – soient condamnés à de lourdes peines.

Il y a deux raisons principales à cela :

  1. Bien que les procureurs aient noirci leurs documents d’accusation de langages comme « menace existentielle » « insurrection contre la république », les actions de beaucoup d’émeutiers se résument souvent à une simple infraction d’introduction par effraction. 
  2. Et les juges ont eu du mal à déterminer avec quelle agressivité ils doivent classer ces affaires mineures, comparé à celles de suspects plus sérieux.

« Je parie qu’un grand nombre de ces affaires seront jugées sans peine de prison », a déclaré Erica Hashimoto, un ancien défenseur public fédéral qui est maintenant professeur de droit à Georgetown. 

« L’une des valeurs fondamentales de ce pays est que nous pouvons protester si nous ne sommes pas d’accord avec notre gouvernement. Bien sûr, certaines protestations impliquent des actes criminels, mais tant que les personnes qui tentent d’exprimer leur point de vue ne s’engagent pas dans la violence, les délits mineurs peuvent être plus appropriés que les crimes. »

Les procureurs se sont donc retrouvés à taper sur les doigts de nombreux émeutiers, alors que ces crimes ont été présentés par les médias comme faisant partie d’une insurrection qui représentait une grave menace pour la démocratie américaine.

De plus, les procureurs sont maintenant confrontés à la pression des juges, qui demandent que leur discours sur la sédition soit soutenu par des preuves, ou qu’ils la mettent en veilleuse. 

Michael Sherwin, procureur principal de l’émeute du 6 janvier, s’est vu réprimander par d’autres procureurs et par le juge Amit Mehta lui-même, la semaine dernière, pour avoir publiquement parlé de « poursuites pour sédition » alors qu’aucune preuve n’avait encore été retenue.

Et beaucoup, dans le système judiciaire de Washington, qualifient maintenant l’affaire de « tourisme MAGA », et disent qu’ils sont presque tous certains d’échapper à la prison.

En résumé, « les juges vont commencer à en avoir assez de toute cette histoire. À un moment donné, ils vont commencer à leur faire passer des accords en groupe, dans ces affaires », a déclaré un avocat de la défense.

Ainsi, Donald Trump avait encore raison…

La semaine dernière, sur Fox news, il a expliqué que les procureurs et le FBI en font un tartine, et font trop de cas de cette émeute du Capitole.

« Il n’y avait aucune menace réelle. Dès le début, ça a été une fausse menace », a déclaré Trump. « Ils sont entrés – ils n’auraient pas dû le faire – certains d’entre eux sont entrés, et ils ont fait des câlins et donné des baisers aux policiers et aux gardes ! Ils avaient des contacts amicaux. Beaucoup de gens ont été salués à l’entrée. Ils sont entrés, et ils sont sortis. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz