Publié par Magali Marc le 1 avril 2021

Kamala Harris éclate souvent de rire lorsqu’on lui pose des questions. Ce ricanement nerveux est-il le signe d’un trouble neurologique ou est-elle simplement mal à l’aise dans son rôle de vice-présidente? Que se passera-t-il lorsqu’elle sera appelée à remplacer pour de bon Joe Biden et sera chargée de traiter avec les puissances étrangères. Que penseront Vladimir Poutine, Xi Jinping ou les mollahs d’Iran lorsqu’elle éclatera de rire en pleine négociations ?

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, le 30 mars.

****************************

Ce que signifient les ricanements de Kamala Harris

Une vidéo de Kamala Harris est apparue récemment, dans laquelle elle parle des problèmes auxquels les parents sont confrontés lorsque les écoles sont fermées et qu’ils n’ont pas les moyens de faire garder leurs enfants. Il s’agit d’un problème grave qui a des répercussions considérables sur le développement des enfants et sur les mères qui travaillent.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Pourtant Kamala s’est mise à rire, si fort qu’elle pouvait à peine parler.

Mais qu’est-ce qui lui arrive au juste ?

Vous pouvez regarder la vidéo, afin de constater que je n’exagère pas.

Pour une raison quelconque, Mme Harris trouve démesurément drôle que des parents et des enfants souffrent, alors même qu’elle maintient une distance avec le public.

Ce n’est pas la première fois que nous voyons Kamala rire de façon incontrôlable et inappropriée. D’autres exemples montrent qu’il s’agit pour elle d’un comportement habituel.

Par exemple, lorsque Stephen Colbert lui a demandé, avec beaucoup de délicatesse, comment elle pouvait accepter l’offre de devenir la vice-présidente de Joe Biden alors qu’elle avait convenu qu’il avait probablement agressé sexuellement quelqu’un, elle n’a pas pu s’empêcher de rire.

Kamala a également pensé qu’il était hystériquement drôle que les gens souffrent le long de la frontière sud maintenant que l’administration Biden a mis de côté les lois américaines sur l’immigration.

Elle n’a pas non plus pu s’arrêter de rire lorsqu’on lui a demandé si elle était socialiste…

Et puis il y a eu la fois, en 2018, où elle a pensé qu’il était hystériquement drôle de plaisanter sur le fait de tuer des Républicains, y compris le Président Donald Trump et le vice-président Mike Pence – une blague qui, pour n’importe qui d’autre, aurait fait en sorte que le FBI vienne cogner à sa porte.

Si vous faites une cherche sur Internet concernant le « rire inapproprié », plusieurs choses apparaissent. Il s’avère qu’il peut s’agir d’un trouble du système nerveux appelé affect pseudobulbaire (alias incontinence émotionnelle).

Selon le site Web de la Clinique Mayo :

« L’affect pseudobulbaire (APB) est un trouble caractérisé par des épisodes de rire ou de pleurs soudains, incontrôlables et inappropriés. L’affect pseudobulbaire survient généralement chez les personnes souffrant de certaines maladies ou lésions neurologiques, qui peuvent affecter la façon dont le cerveau contrôle les émotions. »

Autrement dit, en plus d’avoir un président qui sombre dans la démence, il se peut que la vice-présidente soit atteinte d’un trouble neurologique.

Cela se produit chez les personnes qui ont :

  • Un accident vasculaire cérébral
  • Une sclérose latérale amyotrophique (SLA)
  • Une sclérose en plaques (SEP)
  • Une lésion cérébrale traumatique
  • La maladie d’Alzheimer
  • La maladie de Parkinson

Il est peu probable que Mme Harris souffre de l’une de ces maladies. (Mais si c’était le cas, ne serait-ce pas un humiliant revers de fortune ?)

De plus, elle ne rit pas au hasard. Elle rit quand elle est nerveuse, et il y a même un nom pour ça : le rire nerveux.

Dans les années 1960, le psychologue Stanley Milgram de l’Université Yale a mené l’une des premières et des plus célèbres études sur le rire nerveux.

Son étude a révélé que les gens riaient souvent nerveusement dans des situations inconfortables.

Les participants à cette étude ont été invités à donner des décharges électriques à des inconnus, les décharges devenaient de plus en plus puissantes (jusqu’à 450 volts). Cependant, ils ne savaient pas que les « inconnus » étaient des chercheurs participant à l’étude – ils n’étaient pas réellement électrocutés. Mais plus les volts étaient élevés, plus les participants avaient tendance à rire de la violence de la situation.

Le neuroscientifique V.S. Ramachandran a exploré cette idée dans son livre « A Brief Tour of Human Consciousness » (Un bref tour d’horizon de la conscience humaine).

Il estime que le rire est apparu dans l’histoire de l’humanité comme un moyen d’indiquer à notre entourage que ce qui nous fait rire n’est pas une menace ou ne mérite pas qu’on s’en inquiète.

Ainsi, lorsque nous rions d’une situation inconfortable, nous nous rassurons essentiellement en nous disant que ce qui nous met mal à l’aise n’est pas si grave.

La question est donc de savoir ce qui rend Mme Harris nerveuse lorsque :

  • (1) elle passe sous silence le fait d’avoir fait campagne avec une personne qu’elle a accusée d’agression sexuelle, ou
  • (2) elle plaisante sur le fait de tuer le président, ou
  • (3) elle rit de la souffrance des parents qui travaillent lorsque leurs enfants ne peuvent pas aller à l’école ?

À mon avis, son ricanement se produit pour les raisons suivantes :

  • (a) Elle reconnaît qu’elle n’a pas de boussole morale et qu’elle est prise en flagrant délit de mensonge ;
  • (b) Elle sait qu’elle a violé un tabou social et juridique ; et
  • (c) Elle reconnaît que les politiques de son administration non seulement n’aident pas, mais aggravent la situation.

En d’autres termes, dans chaque cas, Kamala rit parce qu’elle sait que ce qu’elle fait est mauvais et incorrect. Je suppose que cela montre qu’elle a un semblant de conscience et qu’elle n’est donc pas une véritable sociopathe.
Mais imaginez ce que ce sera quand, inévitablement, elle remplacera Joe Biden et sera chargée de traiter avec les puissances étrangères.

Ce sera désastreux, signalant haut et fort à ses adversaires (Poutine, Xi, les mollahs d’Iran) qu’elle ment, qu’elle fait quelque chose de mal ou qu’elle est sur le point d’aggraver les choses.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source :

https://www.americanthinker.com/blog/2021/03/the_meaning_behind_kamalas_cackle.html

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

22
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz