Publié par Guy Millière le 7 avril 2021

Reuven Rivlin, Président d’Israël, a donc désigné Binyamin Netanyahou pour qu’il tente de former un gouvernement. C’est une décision logique dès lors que le Likoud est de très loin la première formation politique du pays. Mais il l’a fait en disant que c’était une décision difficile à prendre, pour des raisons “morales et éthiques”, et en refusant d’être dans la même pièce que Binyamin Netanyahou, ce qui est lamentable et déplacé. Former un gouvernement sera, pour Binyamin Netanyahou, difficile, et les propos de Reuven Rivlin rendront les choses plus difficiles encore.

La droite en Israël est très nettement majoritaire, mais elle est émiettée, et elle inclut des gens qui sont aux antipodes de ce qu’on peut attendre d’hommes d’Etat, et qui correspondent assez nettement à la définition qu’on peut donner d’opportunistes sans principes.

Si les manœuvres anti-Netanyahou devaient l’empêcher de former un gouvernement, l’alternative serait un gouvernement aux allures de bric-à-brac hétéroclite que ses adeptes osent appeler “gouvernement de réconciliation”. Un tel gouvernement durerait peu de temps et conduirait Israël vers de cinquièmes élections en moins de trois ans, et ce en un moment où la sordide administration Biden est en train de semer le désordre et le trouble dans la région et ailleurs sur terre, et commence à exercer des pressions sur le pays.

Que dans ce contexte, Binyamin Netanyahou ne puisse être certain de former un gouvernement fort et stable, qu’une sorte de conjuration des imbéciles prétende former un bloc anti-Netanyahou qui n’est réuni que par la haine contre Netanyahou, l’aveuglement, et strictement rien d’autre, est consternant.

Qu’un homme qui est sans aucun doute le plus grand homme d’Etat en activité aujourd’hui au sein du monde occidental, qui a accompli immensément pour son pays, et qui peut encore accomplir immensément, soit traité comme il l’est par une conjuration des imbéciles imprégnés de haine et d’aveuglement, est tout aussi consternant.

Et je le dis, oui : il faut être imprégné d’imbécilité pour ne pas voir les orages qui prennent forme à cause de la sordide administration Biden, et il faut être imprégné d’imbécillité pour ne pas voir ce que Binyamin Netanyahou a accompli pour son pays et peut encore accomplir. Il faut être imprégné d’imbécillité pour ne pas voir le génie stratégique de Binyamin Netanyahou. Et pour ne pas comprendre qu’il faut un homme de ce calibre pour faire face aux orages qui prennent forme. Comme l’a écrit récemment Martin Sherman, ce n’est vraiment pas le moment de placer un apprenti au poste de Premier ministre d’Israël (et le mot apprenti est trop gentil).

Je l’ajoute, la haine que je vois déferler me parait malsaine, et je considère que la haine est un sentiment dégradant : je peux la comprendre si elle est dirigée vers des assassins et des criminels contre l’humanité. Mais la haine contre un homme tel que Binyamin Netanyahou ? Elle devrait être laissée aux adeptes du terrorisme et aux antisémites. Les adeptes de la haine anti-Netanyahou se souviennent-ils des valeurs fondamentales du judaïsme ?

Je l’ajoute : l’aveuglement ne sert jamais de guide, sauf si l’on veut se diriger vers le pire.

Je pourrais l’ajouter, l’imbécillité teintée de haine et d’aveuglement peut conduire à l’égarement intellectuel, et des commentateurs pour lesquels j’avais de l’estime, Emmanuel Navon par exemple, ont tenu récemment des propos tels que l’estime que j’avais pour eux appartient au passé. Dire que “c’est grâce à Gideon Saar que Binyamin Netanyahou n’a pas de majorité”, et souligner dès lors comme un acte glorieux la création d’une division déstabilisatrice n’est pas même risible. Dire que Binyamin Netanyahou n’a “plus les qualités pour être Premier ministre”, et décrire Gideon Saar comme un “homme d’Etat” est moins risible encore.

Un diviseur opportuniste prêt à participer à un bric-à-brac hétéroclite nocif pour le pays serait un homme d’Etat ? En quittant la Knesset, le premier jour de la réunion de celle-ci, Gideon Saar, plutôt qu’aller à droite, est sorti par la porte de gauche, tout un programme…

La situation en Israël est ce qu’elle est, je l’ai déjà dit, en raison du système électoral israélien, qui devrait être réformé. Un système de proportionnelle intégrale favorise l’émiettement, et donne un poids disproportionné à des petits partis souvent éphémères et à des dirigeants sans qualité qui peuvent user de leur poignée de députés pour exercer des chantages et envisager des coalitions ineptes et bancales. Un tel système nuit a la possibilité de constituer des gouvernements forts et stables. Et les conséquences peuvent être délétères : si un gouvernement Netanyahou avait pu être formé il y a deux ans, il est certain que le plan de paix Trump aurait été présenté plus tôt, et il est vraisemblable que les accords d’Abraham auraient eux-mêmes été signés plus tôt. Il est vraisemblable aussi que la vallée du Jourdain et un tiers de la Judée-Samarie seraient aujourd’hui sous souveraineté israélienne (on connait le nom du dirigeant sans qualité qui porte une lourde responsabilité dans ce que je viens de décrire : Avigdor Lieberman).

La situation en Israël est aussi ce qu’elle est, je l’ai déjà dit aussi, parce que les médias israéliens se comportent de manière très malsaine, sont biaisés par la mentalité de gauche qui pourrit tout sur son passage, et ressemblent en cela aux grands médias américains ou français. Depuis des années, un acharnement odieux s’exerce contre Binyamin Netanyahou, et touche aussi son épouse et son fils. La responsabilité de journalistes ressentimentaux est immense. Donald Trump aux Etats-Unis appelle, à juste titre, ce type de journalistes des “ennemis du peuple”. Les journalistes ressentimentaux sont, partout où ils sévissent, effectivement, des ennemis du peuple : au lieu d’apporter l’information et la connaissance, ils égarent et ils aveuglent.

La situation en Israël est, enfin, ce qu’elle est aujourd’hui parce qu’il y a quelque chose de pourri dans la justice israélienne. Et le procès contre Binyamin Netanyahou, qui vient de commencer, est indigne d’un état de droit, comme l’ont expliqué plusieurs grands juristes américains, dont le professeur Alan Dershowitz. Tous les motifs de poursuite contre Binyamin Netanyahou devraient n’avoir qu’une seule place : la poubelle. Avichai Mandelblit est, à mes yeux, indigne d’occuper la fonction qu’il occupe. La Cour Suprême israélienne est, à mes yeux, indigne du nom de Cour Suprême. Des réformes très profondes devraient être menées dans le domaine du pouvoir judiciaire aussi. Pour l’heure, et je le dis avec douleur, car je ne cesse de défendre Israël depuis des décennies, Israël n’est pas pleinement un état de droit. Le droit peut y être confisqué par des ennemis du droit. Binyamin Netanyahou parle de “chasse aux sorcières” : il a raison. Je n’évoque même pas les motifs des poursuites contre Binyamin Netanyahou : je l’ai fait dans le passé. Je dis aujourd’hui seulement que ces faits sont aussi “fondés” que ceux des deux procédures de destitution contre Donald Trump. Corruption ? Fraudes ? Abus de confiance ? Allons donc ! Le premier jour du procès a été consacré au “témoignage” du directeur d’un média qui a subi des pressions de la part du propriétaire de ce média qui lui a demandé d’être moins orienté vers l’extrême gauche et qui a eu une réaction d’horreur : être moins à l’extrême gauche, lui ! Comment serait-ce imaginable ? … Sans commentaire.

Les quatre semaines qui commencent vont permettre de voir de quelle étoffe sont faits ceux qui se disent de droite, mais qui pour l’heure, préfèrent le bric-à-brac hétéroclite (je sais que certains d’entre eux, dont Gideon Saar, disent que si Binyamin Netanyahou s’efface, une grande coalition de droite prendra forme : ce type de propos les disqualifie d’emblée, et montre leur total irrespect pour la démocratie et le suffrage universel, et leur esprit putschiste).

Gideon Saar est visiblement fait d’une étoffe viciée, Avigdor Lieberman aussi. Reste des gens qui se sont rangés derrière ces mauvais chefs et qui pourraient penser aux intérêts du pays.

Un homme que je pensais solide, Naftali Bennett, a eu ces derniers temps une attitude fluctuante et a semblé prêt à participer à un jeu de chaises musicales avec Yair Lapid, un homme de gauche qui n’est vraiment pas sérieux. Il a l’opportunité de montrer qu’il est effectivement un homme d’Etat. J’en viens à avoir des doutes.

Certains disent, ici ou là, que Binyamin Netanyahou a blessé l’orgueil de certains de ceux qui se sont éloignés de lui : c’est peut-être vrai, mais quand le choix est entre l’orgueil et le pays, l’attitude digne implique de choisir le pays. 

Binyamin Netanyahou n’est pas parfait, c’est un être humain. Mais ce qu’il a accompli pour son pays devrait lui valoir autre chose que des torrents de boue et des convocations au tribunal pour des motifs frelatés.

Parce que je ne cesse de défendre Israël depuis des décennies, j’ose espérer que Binyamin Netanyahou pourra former un gouvernement et que la machination “judiciaire” montée contre lui échouera. J’ose espérer que le bric-à-brac, l’opportunisme et l’instabilité ne l’emporteront pas. J’ose espérer qu’Israël surmontera les épreuves présentes. Israël est un pays magnifique et mérite mieux que ces dernières. Binyamin Netanyahou mérite mieux que la façon dont certains le traitent aujourd’hui.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

25
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz