Publié par Dreuz Info le 10 avril 2021

J’ai lui et relu le livre de Vladimir Jabotinsky, La rédemption sociale*, avec un profond plaisir.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

La préface (1) de Pierre Lurçat (2) est remarquable.

Relire Jabotinsky m’a ramené à une époque où les théories politiques sionistes ne se mesuraient pas uniquement au conflit avec les Palestiniens, mais par une vision spirituelle et philosophique pour l’humanité toute entière.

De Herzl à Rabin, en passant par Ben Gourion et Begin, la cause sioniste—aussi bien avant qu’après la création de l’Etat—était menée par des grands bonshommes. Même lorsqu’on était opposé à leurs idées, on ne pouvait que les respecter.

Je ne sais pas comment nous sommes passés, sur les cinq continents, à un monde rétréci, administré par des dirigeants de toute petite envergure.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Elio Zarmati, écrivain pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

  1. Les textes publiés en français pour la première fois exposent les conceptions originales de Jabotinsky en matière sociale et économique, inspirées par la Bible hébraïque. La pensée économique et sociale de Jabotinsky n’est exposée de manière exhaustive et systématique dans aucun livre, ni même dans un recueil. On la trouve éparse dans quelques discours et articles, et notamment dans les Éléments de philosophie sociale de la Bible et dans L’idée du Yovel, qu’on lira ci-après. C’est dans la Bible hébraïque que Jabotinsky trouve le fondement de toute sa philosophie économique et sociale, qu’il résume dans la notion de Tikkoun Olam (réparation du monde).

    Comme il l’explique, “Dieu a certes créé le monde tel qu’il est, mais que l’homme se garde bien de se satisfaire que le monde reste toujours “tel qu’il est” – car il est tenu de s’efforcer à tout moment de le perfectionner… car si Dieu y a laissé de si nombreuses lacunes – c’est précisément pour que l’homme lutte et aspire à la “réparation du monde”. L’idée de Tikkoun Olam trouve son application dans l’impératif de combattre la pauvreté, qui est à ses yeux non pas tant un mal inévitable qu’un mal inutile, qu’il incombe de faire disparaître en “réparant” le monde.
  2. dreuz.info/jabotinsky-une-philosophie-economique-et-sociale-moderne-fondee-sur-la-bible

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

V. Jabotinsky, La rédemption sociale*, traduction et présentation de P. Lurçat.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz