Publié par Jean-Patrick Grumberg le 10 avril 2021

Quelqu’un me fait remarquer qu’on ne connaît pas les effets à moyen et long terme des vaccins contre le virus chinois.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Je ressens dans cette étonnante remarque toute la détresse existentielle, toute l’angoisse, l’hésitation mais surtout l’immense peur de ceux qui hésitent ou refusent de se faire vacciner, pris entre deux dangers. Il me paraît important, puisque le sujet est toujours très brûlant (alors que personnellement il est loin de moi), de vous faire partager quelques remarques sur le vaccin :

  • Cette maladie n’est rien d’autre qu’une affaire de probabilité, de risque, son traitement aussi.
  • Dire que l’on ne connaît pas les effets à moyen et long terme, c’est enfoncer une porte ouverte, puisque le virus est né il y a moins de deux ans (entre septembre et décembre 2019), que le vaccin a commencé à être administré le 14 décembre 2020, et que nous sommes le 10 avril 2021, moins de quatre mois se sont écoulés.
  • Puisque le vaccin et le coronavirus ne sont rien d’autre qu’une affaire personnelle de calcul de risque, il me semble important d’ajouter que certes, on ne connaît pas les effets à moyen et long terme, mais on connaît les effets à court terme : on est protégé de la maladie.

Et voici ma conclusion :

  • La liberté n’est pas absolue, même dans les pays les plus libres comme l’Amérique.
  • Chacun est plus ou moins libre de se protéger contre les dangers de la vie. Nous sommes par exemple libres de prendre le risque d’attraper un cancer en fumant beaucoup, de mourir d’une overdose ou d’alcoolémie, mais nous ne sommes pas libres de rouler sans casque ou sans ceinture de sécurité.
  • Chacun doit pouvoir décider librement s’il veut ou pas se protéger contre le coronavirus.
  • Chacun est en droit de décider si le risque de l’attraper lui paraît faible, négligeable, ou élevé, et libre d’adapter son mode de vie en conséquence. D’autant que le risque dépend de l’âge et de l’état de santé.

Donc : chacun doit pouvoir décider librement comment il veut se protéger.

  • Ceux qui accusent les anti-vaccins d’être dangereux parce que s’ils l’attrapent, ils vont contaminer les autres se trompent : ils vont contaminer des gens non vaccinés, lesquels ont librement décidé comment ils veulent se protéger.
  • Et ceux qui accusent les gens vaccinés d’être inconscients parce qu’on ne connaît pas les effets à moyen et long terme se trompent aussi : ils ont comparé le risque à court terme et le risque à long terme, et ont choisi librement quel risque leur paraissait le moindre.

Conclusion de ma conclusion

Vous avez une peur bleue de vous faire vacciner ? Je vous rassure, le vaccin protège contre le virus mais pas contre la peur. Selon un sondage YouGov (1), 54 % des personnes qui ont déjà été vaccinées craignent toujours d’attraper le COVID.

Tout le monde se trompe, tout le monde a raison – pour soi – pas pour les autres.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

  1. https://twitter.com/breaking911/status/1380685183872012290?s=28

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

136
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz